Le Parc national des Calanques a distribué une enveloppe de 320 000 euros à quatre compagnies maritimes de visites des Calanques pour les aider à utiliser des moteurs hybrides pour leurs navires.

Sur environ 3 millions de visiteurs annuels dans la Parc national des Calanques, « 550 000 arrivent via des navires », explique Gaëlle Berthaud, la nouvelle directrice de la zone de protection naturelle. 35 sociétés proposent des visites touristiques par la mer et représentent une flotte de 60 bateaux.

On le sait, les écosystèmes des calanques subissent de multiples pressions dues à sa surfréquentation. Un visiteur sur six arrive par la mer. Il faut aussi prendre en compte les impacts de ce côté. Les navires « génèrent une forte pollution sonore pour la nature sous-marine. Le niveau de bruit moyen a augmenté de 20 décibels en 50 ans dans les mers fréquentées », poursuit la directrice du Parc.

Sans compter les émissions de gaz à effet de serre, autre grande pollution que l’institution a décidé de cibler. Or, ces deux problèmes sont directement liés aux moteurs thermiques des bateaux de tourisme. Une solution unique peut donc y répondre : passer à l’électrique.

C’est pourquoi, ce mercredi 14 décembre, l’institution a désigné quatre lauréats de son appel à projets « pour la transition énergétique du transport maritime ». Ils se partagent une enveloppe de 320 000 euros, principalement financée par le fonds national France Relance, pour changer le mode de propulsion de leurs navires. L’objectif : qu’ils circulent en électrique lorsqu’ils sont dans le cœur du Parc national.

Des vieux navires deviennent hybrides

La compagnie Croisières Marseille Calanques va transformer un de ses trois bateaux, le « Green Calanques », en rajoutant un moteur électrique. « Une opération à 570 000 euros », explique le directeur Vincent Capdeillayre. La société a reçu 115 000 euros de l’appel à projets. « Ce levier financier nous permet de lancer le chantier pour que le navire soit hybride en 2024 ».

Mais la dynamique doit se poursuivre avec les trois autres bateaux de la compagnie. Ils doivent tous devenir hybrides ou à hydrogène d’ici à 2030. « L’Ilienne va passer à l’hydrogène. Il date de 1979. On veut démontrer que les vieux bateaux peuvent aussi se convertir ». Son navire “Calanques”, à l’arrêt depuis des années, sert carrément de « laboratoire » à la start-up aixoise Hysilabs, spécialisée dans l’hydrogène liquéfié.

Les trois autres lauréats sont des navires des compagnies de Cassis : Le Régali, l’Oeil de Verre II et le Moby-Dick III. Et c’est une société cassidenne qui s’occupera de rendre leurs moteurs hybrides, Mayday Electronique.

navires, Les navires touristiques des calanques passent au vert, Made in Marseille
Gaëlle Berthaud signe la convention pour la transformation du navire de Claude Malet, l’Oeil de Verre II

Une enveloppe doublée avec un nouvel appel à projets

Aujourd’hui, seuls cinq navires sur la soixantaine en activité dans les calanques sont hybrides. Ce nombre va donc quasiment doubler grâce à l’appel à projets. Et cela devrait encore continuer puisqu’un nouvel appel à projets, encore plus conséquent, sera lancé la semaine prochaine.

« Cette fois, grâce à la participation financière du secrétariat d’État à la Mer, l’enveloppe totale sera de 700 000 euros », annonce la directrice du Parc. « On devrait donc aider 8 ou 9 navires supplémentaires à passer au vert ».

L’adjoint municipal au littoral, l’écologiste Hervé Menchon, a profité de l’événement pour rappeler que « le Parc est un démonstrateur des solutions à mettre en place ailleurs pour la transition écologique et énergétique ». Ce projet pourra d’ailleurs s’inscrire dans l’objectif de faire de Marseille une des 100 villes européennes neutres en carbone en 2030.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !