Accompagnement renforcé, atelier de jardinage collectif… Pour inciter les citoyens à avoir la main verte et créer davantage d’espaces de nature en ville, la municipalité lance le dispositif « rue jardin » et un appel à manifestation d’intérêt. L’ambition est de végétaliser tous les quartiers marseillais.

On le connaissait sous le nom de visa vert, un passeport pour végétaliser les rues. Il devient « rue jardin » et, avec ce changement de nom, amène de nouvelles ambitions.

Réouvertures et réhabilitations des squares, rénovations de parcs et jardins, créations d’espaces verts, y compris dans la construction de nouveaux équipements, préemptions lorsque c’est possible… Depuis le début de la mandature, la municipalité a impulsé une stratégie transversale, sur l’ensemble des délégations, pour renaturer la ville. « Dans tous nos projets, on repense la ville avec de la verdure », exprime Nassera Benmarnia, en charge du retour de la nature en ville.

Après avoir perdu sa délégation aux espaces verts, parcs et jardins, suite à sa candidature dissidente aux élections départementales de 2021, retrouvée par la suite, l’adjointe portera des délibérations en ce sens lors du conseil municipal de ce vendredi 4 novembre.

De nouveaux usages dans les espaces verts

Le projet « rue jardin » a été initié pour répondre à une forte attente des citoyens qui souhaitent améliorer leur cadre de vie. « À chaque fois que nous menons une concertation, les habitants nous formulent cette demande. La récente pandémie a également révélé de nouveaux usages dans les espaces verts. Les habitants viennent chanter, échanger autour d’un livre, faire du yoga, des activités sportives… et aujourd’hui, ils ne veulent pas changer ces pratiques culturelles et sportives ».

Preuve aussi d’un engouement, 62 autorisations de visas verts ont été délivrées entre 2021 et 2022, contre 75 sur la période 2016-2020. « Nous avons multiplié les demandes annuelles. On voit bien que les citoyens veulent participer et fabriquer cette ville avec nous », poursuit l’élue. Le projet rue jardin s’inscrit « dans cette logique » et vise à « reconnaître la place des citoyens en s’appuyant sur leur énergie et leurs expertises pour nous aider à construire une ville plus verte ».

Faire de sa rue un véritable jardin en ville

Le périmètre de répartition des compétences entre la Métropole et la Ville dans le cadre de la loi 3DS doit « nous permettre d’avoir de nouvelles perspectives dans ce domaine, mais en attendant, nous avons réfléchi à cette notion de rue jardin à l’échelon communal. Nous avons défini des axes prioritaires de végétalisation en particulier dans les quartiers très denses et insuffisamment dotés d’espaces verts ; dans les secteurs touristiques ou dans les secteurs les plus pauvres qui manquent aussi cruellement d’équipements publics ».

La multiplication d’installation de pots de fleurs, jardinières sur les trottoirs, plantes grimpantes sur les murs… restera d’actualité, le visa vert servant de cadre juridique pour sécuriser les futurs projets. « Nous allons permettre aux citoyens, dès que cela sera possible, de fleurir les pieds d’arbres, les abords des façades, mais avec ce rapport, on passe à une autre idée, pour encourager et accompagner le citoyen pour faire de sa rue un véritable jardin en ville. Nous allons multiplier les mises en pots et en jardinières dans l’espace public ».

Les deux directions à l’Environnement et aux Espaces verts s’organisent afin d’accompagner et de planifier un budget d’investissement, qui n’a pas été chiffré à ce stade.

Un projet mené à Belsunce

À court terme, pour « interagir avec les citoyens », le site internet de la Ville va être réactualisé pour offrir plus de visibilité. Des modules de jardinage vont être mis en place « afin que les habitants ne se trompent pas sur le choix des plantes à mettre sur l’espace public, qu’elles leur demandent le moins d’interventions possibles et un entretien cohérent avec le réchauffement climatique, y compris à travers la gestion de l’arrosage ».

Les Marseillais ont également manifesté leur souhait d’organiser des concours de rue en rue, sur des méthodes de jardinages à partir de « je veux poser des pots devant ma porte jusqu’à arriver à créer une rue ou un quartier entier complètement jardiné ».

D’ailleurs, dans le cadre d’un partenariat avec l’École du paysage, la municipalité mène une expérimentation pour transformer Belsunce en quartier jardin. Dès 2023, la Ville va lancer un appel à manifestation d’intérêt pour cibler les rues et « pour que les forces vives se manifestent pour faire de Marseille une ville jardin ».

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !