C’est une excellente nouvelle pour cette spécialité de la région marseillaise. La Brousse du Rove vient de décrocher son Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) afin de protéger la fabrication de ce si délicieux fromage de chèvre frais.

Le 21 mars 2018, la Brousse du Rove avait obtenu l’appellation d’origine contrôlée (AOC) de la part de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO). Une étape clef qui nécessitait cependant, pour être effective, que le décret paraisse au Journal Officiel. C’est désormais chose faite (Journal Officiel du 8 juin 2018), ce qui porte à 21 le nombre de signes de qualité des produits issus du terroir local.

« Le fait que la Brousse du Rove soit désormais protégée par une AOC est une preuve qu’ici, sur le territoire de la plus vaste métropole de France, nous cultivons des produits agricoles de qualité. Par leur renommée internationale, ceux-ci représentent une force pour l’attractivité de notre territoire », a réagi Jean-Claude Gaudin, en tant que Président de la Métropole Aix-Marseille-Provence.

Le Rove, berceau du fromage de chèvre

Le village du Rove, frontalier avec le quartier de l’Estaque à la limite nord-ouest de Marseille, est le berceau de la race caprine du Rove. Au fil des siècles, la chèvre s’est façonnée dans ses collines y puisant son caractère et sa rusticité. C’est la seule race à avoir pris le nom de son terroir. Le passé pastoral du Rove est riche et a connu son apogée au début du XXe siècle où près de 4000 chèvres étaient recensées pour 400 habitants. Il a fallu la persévérance du maire Georges Rosso pour permettre la réintroduction des caprins dans le massif. Aujourd’hui, plus de 400 chèvres du Rove sont installées en plein cœur du massif à la bergerie de la Varune.

Pour obtenir cette AOC, un groupement de producteurs de brousses du Rove avait été créé rassemblant une douzaine d’éleveurs caprins, sous l’impulsion en 2007 d’André Gouiran, chevrier du Rove. Il a d’abord fallu définir une aire géographique comprise dans les départements des Bouches du Rhône, du sud du Vaucluse à l’Ouest du Var, et établir un cahier des charges très strict. Tout cela a pris du temps. Les contraintes ont été nombreuses et il a fallu beaucoup de détermination de la part des éleveurs pour ne pas se décourager.

L’AOC Brousse du Rove devient ainsi la plus petite de France et seulement la 46e dénomination d’origine de fromage. Elle est la 15e AOC au lait de chèvre, la 4e AOC dans la région Méditerranée et la 1e AOC dans les Bouches-du-Rhône. Elle est un gage de qualité supplémentaire et une formidable reconnaissance pour ces familles d’éleveurs.

Au Rove, elle a un écho particulier car elle renvoie à des siècles d’histoire, à des centaines de familles de bergers, à tous ces hommes et ces femmes qui ont perpétué cette tradition ancestrale. Elle renvoie à une multitude de récits, d’anecdotes, de souvenirs pour beaucoup de rovenains.

 

Une AOC pour lutter contre les contrefaçons

La Brousse du Rove est le fruit d’une fabrication exceptionnelle à plusieurs titres : basée sur la pratique quotidienne du pastoralisme et exclusivement fermière, elle est élaborée selon une technique originale qui repose sur la floculation du lait entier après la traite. Le cahier des charges, très restrictif, a été mis en œuvre par les éleveurs de façon à préserver l’indépendance à laquelle tous sont farouchement attachés : lait cru, race du Rove uniquement, alimentation en pâturage, aucune alimentation à base d’OGM, etc.

Mais profitant de la renommée de la Brousse du Rove, des producteurs peu scrupuleux, ne comptant aucune chèvre du Rove dans leur effectif, et pour beaucoup produisant des brousses à base de lait de vache et même de lait en poudre, utilisent l’appellation “brousse du rove”. C’est pourquoi l’AOC a été créée.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !