La réalisation du téléphérique pour relier le Vieux-Port à Notre Dame de la Garde, cher au maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, semble moins certaine. Depuis quelques semaines, des voix de sa propre majorité (LR) s’opposent au projet, dont Martine Vassal aujourd’hui. En tant que présidente de la Métropole, elle devrait avoir le dernier mot.

C’était l’une des promesses de Jean-Claude Gaudin lors de la dernière campagne aux municipales 2014. Le téléphérique pour relier Notre Dame de la Garde avait depuis fait l’objet d’un vote au conseil municipal et des études sont toujours en cours. Mais au sein même de la majorité municipale Les Républicains, les avis divergent depuis le début de l’année.

Début janvier, la maire (LR) des 1er et 7ème arrondissements de Marseille, Sabine Bernasconi, s’était prononcé en défaveur de ce projet « pharaonique et coûteux » dans les colonnes de La Provence, ce qu’elle nous confirmait quelques jours plus tard, lors de ses vœux le 8 janvier : « les études ont l’air de démontrer que le passage par la corderie paraît impossible à insérer dans paysage […] si le coût à payer c’est de défigurer Saint-Victor, ce n’est pas envisageable pour moi ».  L’élue semblait pencher pour le développement de navettes électriques pour désenclaver et désengorger l’accès à la Bonne Mère

Elle tranchait ainsi avec l’avis de Gérard Chenoz, adjoint (LR) au maire de Marseille en charge des grands projets, qui nous confiait avoir « fini les Assistances de maîtrise d’ouvrage (AMO) et transmis le dossier à la métropole. Le travail continue », évoquant même l’idée de développer le projet ailleurs dans la ville « Plusieurs endroits sont évoqués : le Jarret, l’Hôpital Nord, le Port, L’Estaque, il y en a même qui parlent d’aller aux Goudes en transport par câble ». Il expliquait dans la foulée sur France Bleu Provence que « le rapport sera rendu au mois de juin […] il devrait conclure que le projet est faisable ».

Le maire de Marseille rebondissait, confiant, lors de ses vœux à la presse du 21 janvier : « Nous suivrons de plus près les études pour le téléphérique que je souhaite voir mis en place vers Notre Dame de la Garde ». 

, Le téléphérique de Notre-Dame de la Garde n’est pas « indispensable » pour Martine Vassal, Made in Marseille
Entrée de Notre Dame de la Garde © DR

Martine Vassal : « c’est la Métropole qui tranchera, donc, pour l’instant, moi »

La présidente (LR) de la Métropole Aix-Marseille Provence, Martine Vassal, qui présentera ce mercredi 6 janvier une série de mesures pour le développement des transports sur le territoire, nous a pourtant exprimé des réticences quant au projet de téléphérique ce matin : « Je ne veux pas défigurer Marseille, on ne m’a pas présenté de projet satisfaisant pour l’instant. C’est vrai qu’il faut trouver une solution sur l’accessibilité à Notre Dame de la Garde… J’ai demandé aux services de regarder d’un peu plus près par rapport au fort d’Entracasteaux ce que l’on pourrait faire, mais on n’a aussi le problème financier qui se pose. D’accord, le téléphérique est beaucoup moins cher que le reste au kilomètre que d’autres transports, mais attention à ne pas défigurer Notre Dame de la Garde. Et puis, la Métropole se lance dans une série de projets indispensables pour la mobilité, le téléphérique l’est moins. Un parking de délestage, oui, ça c’est une priorité ».

On va concerter, on va regarder, le projet est important mais pas indispensable, il faut qu’on nous fasse des propositions techniques qui nous permettront d’être d’efficaces” poursuit la présidente.

La Métropole aurait également travaillé sur la question du désengorgement de la basilique. La création d’un parking conséquent aux abords de Notre-Dame de la Garde pourrait coïncider avec le projet de réseau de navettes électriques évoqué par Sabine Bernasconi pour le quartier.

Si le projet est porté par Jean-Claude Gaudin, la compétence pour les transports est métropolitaine. La décision finale pour le téléphérique reviendrait donc au président de l’intercommunalité. Ce que confirme Martine Vassal : « au final, c’est la Métropole qui tranchera, donc, pour l’instant, moi ».

, Le téléphérique de Notre-Dame de la Garde n’est pas « indispensable » pour Martine Vassal, Made in Marseille


Le projet expliqué dans notre article de mars 2018

Qui pour réaliser le projet de téléphérique ?

Systra a remporté l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) du téléphérique de Marseille entre le Vieux port et la Basilique Notre-Dame de la Garde. La société est ainsi mandataire d’un groupement composé de l’ingénierie Tim, spécialiste du transport par câble, de Transitec Ingénieurs Conseils, spécialiste en étude de trafic, et du cabinet d’avocats MCL. Le groupement assurera les études et supervisera les travaux, avec pour objectif une mise en service en 2021.

Après Brest, mis en service fin 2016, les projets de transports par câble en milieu urbain se multiplient en France. En 2017, SYSTRA a remporté les deux marchés de conception réalisation lancés à Toulouse et à Orléans.

Quel projet pour ce téléphérique urbain ?

Attaché à la “carte postale du Vieux-Port” comme il nous le confiait récemment, Jean-Claude Gaudin ne souhaite pas que le téléphérique traverse le Vieux Port. C’est pourquoi il a demandé à le faire partir au pied du Fort Entrecasteaux pour ensuite lui faire rejoindre Notre-Dame de la Garde.

À la fois moyen de transport et attraction touristique, ce projet a pour but de faciliter les déplacements des Marseillais et touristes qui souhaitent monter à la Bonne Mère, notamment pendant la saison estivale. “Entre juillet et août, Notre-Dame de la Garde reçoit 400 000 personnes et en tout il y a 2 millions de visiteurs à Marseille. L’été, il n’est plus possible d’aller à Notre-Dame de la Garde, c’est devenu inaccessible, donc il faut que l’on arrive à trouver quelque chose”, mettait en avant Jean-Claude Gaudin il y a quelques mois.

Ce projet évoqué depuis 2014 par les élus, pourrait être lancé avant la fin du mandat de Jean-Claude Gaudin en 2020, nous annonçait Gérard Chenoz, adjoint au maire et vice président de la métropole, que nous avons interviewé en décembre 2016 (voir ci-dessous).

Ce projet, dont le coût final n’est pas encore connu pourrait osciller entre 5 et 15 millions d’euros pour 1 km de câble, selon Gérard Chenoz. Un chiffre un peu différent lorsque l’on regarde le coût de revient du téléphérique de Londres (56 millions d’euros pour 1,1 km).

Le vote du Conseil municipal en décembre 2016

Le 5 décembre 2016 lors du Conseil municipal, une délibération portait sur le lancement d’une étude d’un million d’euros pour connaitre la faisabilité d’un tel projet. À gauche, les élus s’étaient dit favorables à un tel projet, mais s’inquiétaient des modalités de réalisation d’une infrastructure comme celle là. À l’extrême droite, l’inquiétude concernait un téléphérique trop court qui ne va pas jusqu’au J4 et ne franchit pas le Vieux-Port.

Eugène Caselli (groupe socialiste) nous confiait “Notre groupe n’est pas opposé à cette étude qui permet d’aménager un projet écologique, économique et qui va désengorger le très saturé secteur de Notre Dame de la Garde. Nous nous questionnons sur la dégradation paysagère que va entrainer cette construction et sur les modalités techniques. Qui sera le maitre d’ouvrage de ce projet ? Se posera aussi le problème de la desserte en cars de touristes au plus près de la station du téléphérique du côté du Vieux-Port ?

Le Front National s’était abstenu de voter un projet jugé insuffisant. Selon Elisabeth Philippe (Marseille d’abord) “Il aurait été préférable que le téléphérique aille de Notre Dame de la Garde au J4 en enjambant le MuCEM, pour que la pente soit plus douce et pour que l’accès soit plus aisé pour les cars et touristes.

De son côté Jean-Claude Gaudin a réaffirmé sa position sur un ouvrage franchissant du Vieux-Port qu’il voit d’un mauvais oeil “Je ne veux pas que l’on aille du J4 à Notre Dame de la Garde et je ne veux pas que l’on gâche la carte postale du Vieux-Port avec une passerelle ou un téléphérique. Il faut trouver un moyen de pouvoir accéder du Vieux-Port à Notre Dame de la Garde sans encombrer la ville.

Pourquoi un téléphérique ?

Les avantages d’un téléphérique urbain dans une ville au relief très marqué

  • le franchissement d’obstacles est plus facile
  • la faible emprise au sol
  • les impacts sonores du déplacement des cabines sur la ligne sont aussi très faibles
  • la fiabilité du service concernant les horaires
  • un cout 3 fois moins cher que le tramway et 10 fois moins que le métro
  • une pollution nettement plus faible que les autres moyens de transports

Les difficultés d’un téléphérique urbain

  • la négociation avec les habitants qui se retrouveront sous le tracé choisi
  • le cout de revient et la complexité d’aménager des stations – gares dans des espaces assez contraints
  • l’acceptation des Marseillais face à un projet qui va transformer le paysage
  • la complexité de faire fonctionner ce moyen de transport les jours de fort Mistral (les vitesses de vent maximales admissibles par les transports par câble varient de 70 à 110 km/h suivant les systèmes)

L’interview de Gérard Chenoz fin 2016

Pourquoi dévoilez-vous le projet maintenant, alors qu’il est dans les cartons depuis 2014 ?

Dans les grands projets d’attractivité dont j’ai la charge, il figure un téléphérique, hors jusqu’en novembre l’année dernière, on avait une réglementation assez stricte sur le survol des habitations, qui a été levée par un décret d’application à la Cop21, avec la loi de transition énergétique, ce qui veut dire que c’est devenu un peu plus facile qu’avant pour mettre en place le projet. Aujourd’hui, beaucoup de villes reconsidèrent le transport par câble en milieu urbain… On le voit à Brest ou à Lyon pour ne citer qu’elles.

, Le téléphérique de Notre-Dame de la Garde n’est pas « indispensable » pour Martine Vassal, Made in Marseille
Le tracé provisoire mesurerait 1 km selon nos calculs © DR

Quel est le principal objectif de ce projet ?

Il faut surtout désengorger l’accès à Notre Dame de la Garde, qui accueille 2 millions de visiteurs chaque année. Cela crée de gros problèmes de trafic avec les cars et les voitures dans le quartier. Donc, on pense que le premier téléphérique de Marseille devra desservir Notre Dame de la Garde. Et, on réfléchit actuellement à la manière de combiner l’enjeu touristique et l’usage régulier des habitants, même si l’objectif est clairement plus touristique que quotidien, surtout avec seulement deux stations.

Je voudrais d’ailleurs préciser que les emplacements des stations présentés sur la carte, ne sont pas définitifs. Nous réfléchissons aujourd’hui à la station du Vieux-Port, qui est pour l’instant localisée sur le Fort Saint-Nicolas, mais en fait la réflexion se porte sur tout ce secteur.

Des images de l’ascenseur de Notre Dame de la Garde 

Combien couterait un projet de téléphérique aux contribuables ?

Pour l’instant, même si l’on n’a pas une idée exacte du coût, on sait que c’est un moyen de transport peu cher, c’est d’ailleurs le transport urbain le moins cher. Puisque selon le terrain, le prix évolue de 5 à 8 millions d’euros le kilomètre (Ndlr : trois fois moins cher qu’un tramway et dix fois moins qu’un métro). En plus, techniquement il ne devrait y avoir aucun problème, car on voit tous les jours des téléphériques circuler dans des conditions extrêmes, dans les stations de ski par exemple.

Quand est ce que le projet pourrait être véritablement lancé ?

On peut imaginer avant 2020. Aujourd’hui, le projet est bien dans les tuyaux, les services travaillent et étudient les faisabilités techniques et les scenarii possibles pour savoir où doit passer exactement le téléphérique et où positionner les gares de départ et d’arrivée. Nous réalisons les premières études d’impact en interne. On pourra vous annoncer quelque chose de plus précis dans quelques mois. Mais, il faut quand même bien comprendre que même si les conditions géographiques sont favorables, faire passer un câble au dessus des habitations demande beaucoup de travail et de réflexion.

Combien coutera le ticket ?

On ne peut pas encore vous dire. Le modèle économique est à l’étude.


Aller plus loin sur les grands projets marseillais en images

6 commentaires

  1. Ce projet est intéressant, mais pourquoi ne pas avoir plus d’ambitions et faire partir ce téléphérique depuis le port des bateaux de croisières, avec des stations aux terrasses du Port, au J4, puis traversée du Vieux-Port ?
    Cela accentuerait sa rentabilité en faisant transiter les croisiéristes par les commerces des Terrasses du Port et des Docks (ces commerçants se plaignent de ne pas voir passer chez eux ces touristes), les conduiraient directement au MUCEM ou au Vieux Port ou à Notre Dame par un transport moins polluant et plus touristiques que les cars.

  2. Et des petites navettes électriques pour remplacer ces gros bus immondes et polluant , pour toutes les collines de Marseille et le Vieux port et centre ville entièrement piétonnier . Au moins on s’arrête et on remonte partout sur tous les itinéraires, ainsi non seulement les touristes mais aussi les marseillais seront desservis !
    Encore une idée pour faire branché, mais ça marche pas ! Arrêtez de comparer Marseille à d’autres grandes villes . Marseille c’est une ville de village et il faut les raccorder les uns aux autres et ne pas les ghettohiser comme vous le faites : la Joliette . La république haut. La république bas . Le vieux port mairie. Le centre opéra Rome. Le vieux port Criée/ Pharo. Que pour l’ensemble de ces quartiers qui n’en sont qu’un seul RIEN n’est en correspondance ou connivence. Faut le faire !!!!! Comment ne pas avoir pensé la ligne de tram quand vous l’avez conçue , descendre jusqu’au vieux port, mairie, Mucem, Halles major, terrasses, et Silo ?!… La vous deviez les voiture par la rue Caisserie pour rattraper la République mais c’est ABERRANT !

  3. Bonjour,

    Quel est le tracé exact ?
    Situation de la gare de départ ?
    Où va se trouver le pylône intermédiaire ?
    Situation de la gare d’arrivée ?
    Je imagine pas qu’à ce stade, que le tracé optimum n’est encore été choisi…

    cordialement
    Merci

  4. Je n’en connais pas les détails, mais il me semble que l’erreur a été de supprimer “l’ascenseur” qui était, il est vrai obsolète, mais aurait pu être remplacer par un modèle plus récent.
    Autre avantage, au bas de cet ascenseur il y avait de la place pour faire soit un parking, soit une gare d’autobus.

  5. Pourquoi mettre des majuscules à chaque mot quand vous citez quelqu’un ?
    C’est très moche et n’a strictement aucun intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !