Trois ans après son ouverture, la ligne directe entre Marseille et la Corée du Sud augmente chaque année la fréquence de ses vols. De quoi ravir les Sud-Coréens admiratifs de ce territoire mais aussi toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui profite de ces nouvelles retombées économiques évaluées à 2,5 millions d’euros par an.

Au total cette année, huit vols dont la moitié ont déjà été assurés au printemps relieront les deux pays. En 2014, première année d’ouverture de la ligne au départ de l’aéroport de Marseille Provence, on en a compté trois puis quatre l’année suivante. Un doublement des vols pour l’année 2016 qui permet l’arrivée sur le territoire provençal de 1 000 touristes coréens.

Provence, La Provence, nouvelle destination prisée des Sud-Coréens, Made in Marseille
Au total en 2016, huit vols auront assuré la liaison entre Marseille-Provence et la Corée du Sud contre quatre en 2015 et trois en 2014

Marseille-Provence, seul aéroport régional à assurer la liaison

Hormis Paris, l’aéroport de Marseille-Provence est le seul à assurer un vol direct entre la France et la Corée du Sud. Une destination choisie volontairement par le tour opérateur coréen Hanjin Travel « La position centrale de l’aéroport Marseille-Provence dans le Sud de la France est un avantage indéniable », nous explique Pierre Régis, président du Directoire de l’aéroport Marseille Provence.

En effet, cette situation géographique permet aux touristes de se rendre plus rapidement dans les autres villes de la région et même de pousser leur séjour en dehors des frontières provençales jusqu’à d’autres destinations prisées comme Chamonix ou encore Toulouse. C’est ainsi tout un territoire et non pas seulement la ville de Marseille qui profite de la venue de ces nouveaux touristes ; territoire qui a su se mobiliser pour proposer une offre touristique adaptée aux attentes de ces touristes coréens.

Ce succès fait également suite à des actions de promotion de la Provence en Corée via notamment le Contrat de Destination Provence. Lancé en 2015, ce contrat réuni 23 partenaires institutionnels qui, sous une même bannière « Provence », financent et déploient un plan de promotion international.

Provence, La Provence, nouvelle destination prisée des Sud-Coréens, Made in Marseille
Hormis Paris, l’aéroport de Marseille-Provence est le seul a assuré un vol direct entre la France et la Corée du Sud.

Aix, Avignon et Marseille : destinations favorites des Coréens

Si en France, la culture du loisir ne date pas d’hier, ce n’est pas vraiment le cas pour les Coréens. Les premiers départs à l’étranger pour ces habitants datent seulement de 1988, année des Jeux Olympiques de Séoul. Prendre des congés en Corée était encore mal vu il y a de cela 20 ans. Aujourd’hui, le voyage à l’étranger fait partie des souhaits de consommation des Coréens et la France est la destination qui les fait le plus rêver. « La Provence recèle un imaginaire très fort auprès des Coréens. L’art de vivre, les couleurs, le patrimoine culturel sont des choses qu’ils recherchent particulièrement », explique Frédéric Tambon, Directeur Atout France en Corée du Sud.

Provence, La Provence, nouvelle destination prisée des Sud-Coréens, Made in Marseille
© Ben’Art

Sur les quatre derniers vols entre Marseille-Provence et la Corée du Sud de cette année, certains ont déjà été effectués. Une centaine de touristes coréens a ainsi passé une semaine en Provence en ce début du mois de septembre. Aix-en-Provence et Avignon font partie des villes les plus appréciées et même Marseille, malgré les clichés dont souffre la ville à l’étranger. « Avant de venir, je pensais que Marseille était une ville dangereuse car tout le monde me disait de ne pas y aller. Finalement, je trouve que c’est une ville très agréable qui m’a beaucoup plu », nous confie l’un des touristes coréens.

Sans grande surprise, les touristes ont ramené quelques souvenirs dans leur valise. Parmi eux, l’incontournable Savon de Marseille mais aussi d’autres spécialités régionales comme les Calisson d’Aix ou encore du vin. Des dépenses qui s’élèveront, une fois tous les vols effectués, à 2,5 millions d’euros pour l’année 2016.

Par Agathe Perrier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !