Quelles solutions innovantes pour rendre le port Marseille-Fos plus performant économiquement et écologiquement ? Avis aux start-up. La quatrième édition du Smart port challenge est lancée pour inventer le port de demain.

8 défis pour construire le port du futur. Depuis 4 ans, le Smart port challenge permet de développer des solutions innovantes pour inventer le port de demain et lui permettre de conforter son excellence dans les domaines de la logistique portuaire, de la performance énergétique et du numérique.

« Une action emblématique » du French Smart Port in Med, initié en 2017, par le Port de Marseille Fos, la Chambre de commerce et d’industrie Aix-Marseille et Aix-Marseille Université, soutenus par la Ville de Marseille et la Métropole Aix-Marseille-Provence.

Ce Smart port challenge #4 marque « le point de départ d’une nouvelle feuille de route triennale (2023-2026) ambitieuse porteuse de nouveaux projets, de nouvelles idées, de nouvelles alliances qui sont autant de nouvelles perspectives de développement et de business pour nos entreprises », explique Marie-Laure Guidi, membre élue de la chambre, à l’occasion du lancement de l’édition 2023, il y a quelques jours, au Palais de la Bourse.

Être un smart port performant, vert et citoyen

Parmi les partenaires, certains accompagnent ce programme d’innovation depuis l’origine comme Hammerson (Terrasses du Port) et la CMA-CGM. D’autres ont embarqué la saison dernière, à l’instar de Veolia. Cette année, de grands comptes ont rejoint l’aventure : Air Liquide, ArcelorMittal, le groupe Bouygues, RWE mais aussi l’entreprise familiale Servaux. Chacun d’entre eux porte un défi autour de trois objectifs stratégiques : être un smart port performant, un smart port vert et un smart port citoyen.

À l’issue du processus de sélection en janvier 2023, huit lauréats seront retenus. Durant 5 mois, avec les porteurs de défis, ils seront engagés dans une démarche originale de co-innovation. Le Lica (Laboratoire d’intelligence collective et artificielle) apportera, pour la première fois, son expertise pour aider à créer les passerelles indispensables à la réussite des projets et déployer l’accompagnement à la co-innovation.

Nouveaux usages, applications, démonstrateurs… pourront ainsi être expérimentés. « Les solutions développées créeront de nouvelles sources de valeurs et permettront de prendre une longueur d’avance pour faire rayonner notre place portuaire », espère Marie-Laure Guidi.

A ce titre, la CCI dispose d’une palette d’outils à disposition des lauréats pour faciliter le passage à l’échelle des projets (aide à l’implantation et au financement, mise en réseau…).

port, Les start-up invitées à plancher sur le port de demain, plus vert et plus performant, Made in Marseille

Marseille-Fos, tête de pont d’un axe Méditerranée-Rhône-Saône

Ce Smart port challenge s’inscrit pleinement dans la stratégie du port, elle-même, prolongement de la politique nationale portuaire : améliorer la compétitivité, accompagner la transition énergétique…

L’ambition est de faire de Marseille-Fos, la tête de pont d’un axe Méditerranée-Rhône-Saône, comme l’avait exprimé Emmanuel Macron en septembre 2021, depuis les Jardins du Pharo. « Voir le smart port en grand, comme on voit le port en grand est une évidence », commente Hervé Martel, président du directoire du Grand Port maritime de Marseille (GPMM). On y travaille avec MGI, gestionnaire du système Ci5*. La feuille de route de l’année prochaine intègre la digitalisation. Toutes les plateformes intérieures seront rattachées à ce système et on travaille à l’extension de ce dispositif au trafic de vrac. En élargissant le smart port challenge à cette échelle on ouvre encore plus le champ des possibles ».

Le Smart port challenge est une initiative originale unique en son genre. À ce jour, aucune autre place portuaire n’a structuré « une démarche aussi collective et fructueuse » porteuse « de belles réussites », note Hervé Martel.

Exemple avec SeaRoutes, candidat sélectionné du #1. La start-up accélérée à Ze Box a développé un éco-calculateur qui permet d’optimiser les itinéraires maritimes et terrestres plus verts pour le transport de marchandises. « C’est une entreprise qui se développe, utile pour le verdissement des chaînes de transport international. C’est un très bel exemple de réussite de ce que peut produire cette démarche », ajoute Hervé Martel.

port, Les start-up invitées à plancher sur le port de demain, plus vert et plus performant, Made in Marseille
Les locaux de Zebox

L’atout de la recherche publique

Et c’est auprès d’Aix-Marseille Université (Amu) que Pierre Garreau, le président cofondateur de SeaRoutes, est venu chercher les compétences en intelligence artificielle nécessaires pour créer son algorithme servant aujourd’hui aux navires de la CMA CGM. D’où « l’intérêt de travailler avec la recherche publique », souligne Charlie Barla, directeur de la Cisam, représentant Éric Berton, président d’Amu.

Avec ses 80 000 étudiants, ses 120 laboratoires de recherches et 4 500 chercheurs ou enseignants-chercheurs sur site, la plus grande université francophone du monde dispose de précieuses compétences. « Les entreprises qui collaborent avec la recherche publique ont une croissance plus élevée, avec une forte valeur ajoutée pour faire la différence sur le marché », poursuit Charlie Barla.

Pour créer les conditions favorables à ces collaborations, tous les deux mois dès 2023, des rencontres sous forme de « petit-déjeuners smart port » seront organisées à la Cisam. Au programme, ateliers d’intelligence collective et mise à disposition d’experts académiques pour travailler sur des projets d’idéation en collaboration aussi avec des d’étudiants, pour favoriser leur insertion professionnelle.

L’enjeu citoyen, une priorité pour Marseille

Cette synergie entre les partenaires et les start-up témoigne « d’une belle réussite collective qui fait des envieux », ajoute Laurent Lhardit, qui était il y a quelques semaines au Havre. Pour la première fois, l’année dernière, la Ville avait présenté un défi tourné vers les aspects sociaux et la relation avec les habitants. « Un des défis principaux du développement du port », insiste l’adjoint au maire de Marseille, en charge du dynamisme économique, de lʼemploi et du tourisme durable.

Rappelant le cap que s’est fixée Marseille, lauréate des 100 villes climatiques neutres en carbone à l’horizon 2030, l’élu précise que l’intégration des problématiques de transition est au cœur des enjeux économiques des entreprises, soulignant qu’il n’est plus possible de proposer de projets de bouleversement économique sans réfléchir « en même temps » aux solutions d’amélioration de la qualité de vie des citoyens.

« Nous avons constaté, sous la précédente municipalité, que le “en même temps“ c’était de ne “s’occuper, ni du port, ni des habitants” qui sont à proximité des activités portuaires. Nous, on relève le défi inverse. Notre “en même temps” version Printemps marseillais, c’est de soutenir le développement du port et les revendications légitimes des habitants de qualité de vie, de bien-être et de santé publique ». 

L’occasion également de préciser que la Ville de Marseille ne peut pas réussir seul les transitions écologiques et sociales indispensables. « On a besoin de choses comme le Smart port challenge. Le port et les entreprises qui agissent sont un beau symbole pour montrer que beaucoup de choses ont été initiées à Marseille et que beaucoup restent à faire pour être à la hauteur de ces enjeux ». 

Les 8 défis lancés par les grands groupes

Défi 1. Air Liquide > Une application digitale uniformisée entre utilisateurs et constructeurs de mobilité hydrogène.

Défi 2. ArcelorMittal Méditerranée > HF-Alerte Sécurité pour améliorer la prévention des accidents graves.

Défi 3. Bouygues ELAB Bouygues Enerfies et Services > Le jumeau numérique moteur de la flexibilité et de la sobriété énergétique.

Défi 4. CMA CGM > Outil d’aide à la décision pour l’accélération du passage aux véhicules zéro émission pour les gestionnaires de flottes de poids lourds électriques et hydrogène.

Défi 5. Port de Marseille – Fos > Gérer les déchets dans une économie circulaire.

Défi 6. Hammerson – Terrasses du Port et Véolia > Développer l’agriculture urbaine sur les toits des Terrasses du port.

Défi 7. RWE Renouvelables France > La valorisation de la filière éolien en mer flottant par le tourisme.

Défi 8. Servaux > Interface numérique et sécurisée des documents règlementaires du navire.

Les infos plus en détail et inscription ici 


*Le dernier logiciel de Marseille Gyptis International (MGI), Ci5, permet de dématérialiser les documents utilisés par les acteurs privés et publics pour la gestion de marchandises d’une chaîne logistique portuaire.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !