Entre hébergement social, restaurant solidaire, et accueil de projets à impact, l’aventure Coco Velten à Belsunce est prolongée d’une année supplémentaire. Les porteurs du projet souhaitent désormais racheter le bâtiment pour pérenniser leur travail.

Le bail devait prendre fin au 31 décembre, comme nous vous le racontions ici. Les acteurs impliqués dans le projet social et culturel de Belsunce, Coco Velten, attendaient la réponse de la Préfecture des Bouches-du-Rhône concernant la prolongation, ou non, de la mise à disposition du bâtiment appartenant à l’État. Devaient-ils faire leurs cartons ? Ou allaient-ils pouvoir continuer à animer ce site hybride entre hébergement social, restaurant solidaire, et espace de coworking pour projets à impact ?

C’est finalement la maire de secteur (1-7), Sophie Camard, qui a confirmé la décision ce jeudi 28 octobre, au détour de l’inauguration du cours Lieutaud, et en présence d’un représentant de la Préfecture : « Coco Velten est autorisé à poursuivre ses activités un an de plus », nous confie l’élue.

À lire aussi

, Coco Velten : l’aventure sociale et solidaire se poursuit un an de plus à Belsunce, Made in Marseille
Pour ses deux ans, Coco Velten fait le bilan de ses actions

Une année pour tenter de racheter le bâtiment et inscrire Coco Velten dans la durée

Un soulagement pour les acteurs présents sur le site. « C’est une excellente nouvelle », réagit Marie Riondel du Groupe SOS, qui gère la “résidence hôtelière à vocation sociale” de 80 places. En réunissant des activités culturelles, entrepreneuriales, sociales et solidaires autour de l’hébergement des sans-abri, Coco Velten développe un véritable écosystème d’insertion pour les publics les plus fragiles.

Toutefois, en expérimentation depuis début 2019, le projet était dès le début pensé comme éphémère. C’est d’ailleurs la marque de fabrique Yes We Camp, qui portait le dispositif aux côtés du Groupe SOS solidarités et de Plateau urbain. Mais aujourd’hui, « nous souhaitons le pérenniser », assure Kristel Guyon, l’une des coordinatrices du site.

Pour cela, le rachat du bâtiment est sur la table. « La prolongation d’un an peut nous permettre de le concrétiser », précise Kristel. Il restera à définir sous quelle forme et avec quels financements l’acquérir. Publics, privés, citoyens, les trois ? L’hypothèse d’un rachat citoyen était évoquée par les acteurs de Coco Velten. La question sera au cœur d’une réunion des partenaires impliqués, associatifs et institutionnels, prévue en novembre.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !