Résidence sociale, cantine solidaire, événements culturels… Deux ans après son ouverture au public, le lieu hybride Coco Velten (1er) fait le bilan de ses initiatives collectives et créatives. Alors que sa convention d’occupation arrive à échéance, la structure espère renouveler l’expérimentation pour « aller plus loin ».

Situé à deux pas de la Porte d’Aix, le lieu hybride Coco Velten (1er) souffle sa deuxième bougie. À l’initiative du Lab Zéro (laboratoire d’innovation en politique publique), cette structure de 4000 m2 est le résultat d’un pari pris en 2018 par la Préfecture des Bouches-du-Rhône avec Yes We Camp, la coopérative Plateau Urbain et le Groupe SOS pour mener une expérimentation de trois ans.

Son objectif : valoriser le patrimoine foncier vacant de l’État, en y développant des projets d’innovation œuvrant contre l’exclusion et pour l’expérimentation de nouvelles manières de cohabiter. Alors que sa convention d’occupation arrivera à échéance le 31 décembre 2021, l’heure est au bilan.

, Pour ses deux ans, Coco Velten fait le bilan de ses actions, Made in Marseille

« 135 personnes ont été logées au sein de la résidence sociale »

Ainsi, durant ces deux années d’ouverture au public, « dont 9 mois de fermeture en raison du confinement, 135 personnes ont été logées au sein de la résidence sociale (RHVS) », débute Christelle Guyon, coordinatrice de Coco Velten.

Depuis le lancement du projet, 31 résidents ont pu être orientés vers un logement autonome pérenne. Mais cet accompagnement aide aussi les résidents dans leur recherche de travail. C’est le cas de Ada qui, avec ses trois enfants, fait partie des 80 personnes résidant actuellement à Coco Velten. « Mon arrivée ici a été le début d’une nouvelle vie à Marseille. J’y ai eu mon premier titre de séjour et ma première boîte aux lettres personnelle », énumère-t-elle.

Elle a aussi obtenu son premier emploi au sein de l’association Yes We Camp et a ensuite été accompagnée dans son projet personnalisé pour devenir aide-soignante.

Au-delà de l’aspect social, le lieu propose aussi un soutien aux acteurs de la culture. Ainsi, il a accueilli 55 ateliers-bureaux, artisans, entrepreneurs et associations. Coco Velten, c’est aussi 261 événements culturels et artistiques gratuits co-organisés comme les fêtes de quartier Babelsunciades et 700 plantes cultivées dans la pépinière de son toit-terrasse qui ont contribué à végétaliser le quartier.

, Pour ses deux ans, Coco Velten fait le bilan de ses actions, Made in Marseille

 

Ouverture d’une conciergerie

Cette année, Coco Velten espère renforcer davantage ses actions en matière d’insertion professionnelle des personnes en situation de grande précarité, avec l’ouverture d’une conciergerie. Au sein de ses Archives, lieu dédié à l’art, elle espère aussi ouvrir un grand atelier afin de proposer un vaste espace de bricolage et d’apprentissage. Coco Velten prévoit également de continuer ses actions pour la végétalisation du quartier de Belsunce.

Enfin, sa Cantine se réinvente. Durant le premier confinement, elle était déjà devenue une véritable plateforme solidaire en se transformant en espace de production dédié à l’aide alimentaire. 2 200 colis alimentaires et 32 000 repas avaient été distribués durant le 1er et 2e confinement. Aujourd’hui, la Cantine se réinvente avec un nouveau brunch réalisé en partenariat avec le traiteur solidaire Yemma Yummy. Le tout premier aura lieu ce samedi.

« Le projet mérite d’être poursuivi »

Alors que la fin des trois ans d’expérimentation approche, Yes we Camp et ses partenaires ne souhaitent pas dire au revoir à Coco Velten. Pour eux, « le projet mérite d’être poursuivi. Les résultats obtenus en deux ans sont encourageants et nous voulons aller plus loin », insiste Christelle Guyon.

À Antoine Plane, directeur de Yes we Camp d’ajouter : « Travailler à une échelle plus large est une question qui nous intéresse beaucoup. Peut-être s’étendre au-delà de l’ilot, dans l’optique de la création d’un tiers-quartier ? Nous souhaitons expérimenter ».

L’objectif est de pérenniser les programmes déjà enclanchés sur site et de lancer de nouveaux partenariats en fonction des résultats obtenus. Pour cela, Coco Velten espère voir le renouvellement de son occupation temporaire. La décision est entre les mains de la Préfecture concernant le bâti, mais aussi des financeurs du projet sans qui la résidence sociale ne serait pas possible. « Les discussions sont en cours, les différents services de l’État sont en train de se réunir et on espère avoir une réponse avant le 30 juin », ajoute Christelle Guyon.

À relire

, Pour ses deux ans, Coco Velten fait le bilan de ses actions, Made in Marseille
Grâce à ses projets collectifs, Coco Velten relève le défi de la mixité sociale
Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !