Agenda – Le guide des expositions à voir en ce moment à Marseille

Entre expositions permanentes et temporaires, il y a toujours au moins une sortie culturelle dans l’un des musées de Marseille à ne pas rater. D’autant plus que la ville abrite de nombreux établissements, aussi connus qu’insolites à l’instar du MuCEM ou du musée de la pétanque !

Made in Marseille fait le point pour vous des expositions du moment à ne surtout pas manquer.

Découvrez tous les musées de Marseille


Jack London dans les mers du sud à la Vieille Charité

Cette exposition est une invitation au voyage et à l’aventure, symboles de la vie et de l’oeuvre de Jack London. Mettant en scène de nombreux objets et documents, certains souvent présentés au public pour la première fois, elle donne à revivre l’un des paris les plus audacieux de l’écrivain : son voyage dans les mers du sud entre 1907 et 1909.

La présentation s’articule autour des archipels traversés par l’écrivain : Hawaï, les îles Marquises, Tahiti, Fidji, Samoa, Vanuatu, les îles Salomon…

Une sélection d’oeuvres majeures, issues des collections du MAAOA et de grands musées spécialisés dans les Arts Premiers, est présentée aux côtés des objets rapportés par Jack London lui-même.

La scénographie mêle les oeuvres à des installations audiovisuelles proposant des documents rares ou inédits, des tirages photographiques issus de clichés des collections de la Huntington Library de San Marino et des Parcs de Californie, des objets historiques (objets de marine, appareil photographique, caméra, gramophone)…

Tout en faisant revivre le souffle de l’aventure maritime et la magie des rencontres effectuées, cette exposition constitue une ouverture formidable sur la diversité culturelle des peuples du Pacifique.

Tarif : 
Plein : 9 euros
Réduit : 5 euros
Du 8 septembre 2017 au 7 janvier 2018, tous les jours à partir de 13h30. Salle du Miroir – Centre de la Vieille Charité
2 Rue de la Charité

Affiche de l'exposition Jack London dans les mers du Sud


Escales Méditerranéennes au musée Regards de Provence

Près de 80 œuvres invitent à un parcours pictural qui nous fait caboter de port en port, grâce aux regards d’artistes des XIXème et XXèmesiècles comme Camoin, Dyf, Friesz, Guillaumin, Lebasque, Marquet, Martin, Olive, Peske, Picabia, Puy, Seyssaud, Valtat, Verdilhan, Ziem…, qui célèbrent un art de vivre méditerranéen, en rapport avec la mer, où l’élément humain tient une place prépondérante. Autant d’artistes qui vinrent poser leur chevalet dans ces escales, inspirés par le pittoresque de certaines villes, l’animation des ports, la géographie exceptionnelle du littoral, entre calanques et collines. Autant d’approches esthétiques qui mêlent romantisme, réalisme, néo-impressionnisme, divisionnisme, fauvisme, pointillisme et expressionnisme, et forment la trame narrative de ces dix étapes : Collioure, Martigues, Marseille, Cassis – La Ciotat, Toulon – Iles d’Hyères, Estérel – Agay, Saint-Tropez, Antibes – Cannes, Venise – Naples et Alexandrie – Alger.

Tarif:
2 expositions : 6,50 € – Tarifs réduits : 5,50 € – 4,70 € – 2 € 
Jusqu’au 7 janvier 2018 de 10h à 18h. Musée Regards de Provence
Avenue Vaudoyer, 13002 Marseille


AFFICHE ESCALES BD PORTRAIT SITE


Anke Doberauer – HOMMES

Anke Doberauer, connue du public marseillais surtout pour ses panoramiques en grand format, s’était fait une réputation artistique internationale dans les années 1990 en peignant des hommes à l’échelle un, inversant ainsi le couple historique artiste-homme/modèle-femme. Ses tableaux ont été présentés dans des institutions comme les Kunsthalle de Düsseldorf ou Breme, Castello di Rivara (Turin), FRAC Languedoc-Roussillon (Montpellier), MAC et MuCEM (Marseille), IVAM (Valencia) ou encore le MMK (Francfort), musée qui possède un ensemble important de son travail —dont Leo de 1995, exposé au MuCEM lors de son ouverture en 2013. La couleur joue un rôle primordial dans l’oeuvre de l’artiste, d’autant plus surprenant que les premiers croquis préparatoires se limitaient au noir et blanc. Il s’agit là d’une série de gravures en aquatinte de 1986, à l’échelle 1:10 des tableaux, ayant servi de modèle à sa toute première série d’hommes. Les gravures ne furent éditées qu’en 2013, et l’artiste a complété l’ensemble par une nouvelle série du même format et sujet.

Entrée gratuite 
Jusqu’au 29 septembre
Espace d’exposition GT, 72 rue De la Joliette, 13002 Marseille


 Le Nord fait le mur à la bibliothèque Saint-André

L’exposition est issue d’une vaste collecte photographique réalisée à partir d’un abécédaire de Marseille, pour raconter la ville en 26 lettres et en images. Plus de 2500 photos ont été collectées, notamment via des ateliers photographiques et d’écriture organisés dans des écoles, collèges, lycées, centres sociaux…

L’exposition, sous la direction artistique de Stéphan Muntaner, graphiste et plasticien, donne à voir des instants de vie et des fragments de paysage, composant de multiples récits autour de la richesse, la diversité des habitants des quartiers nord.
Une exposition participative de Lieux publics dans le cadre des Journées du patrimoine.

Entrée gratuite 
Du 16 septembre au 14 octobre. Bibliothèque Saint-André 
6 boulevard Jean Salducci
13016 Marseille


Le voyage imaginaire à la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art

L’artisanat fait voyager au travers des oeuvres. Dans le temps, dans l’espace et dans l’imaginaire créatif. Quand il crée l’artisan s’empare de techniques, de matières et de motifs venus d’ailleurs, hérités d’un long voyage au travers des époques il se les approprie, les interprète, les réinvente.

À cette démarche s’ajoute l’apport onirique dans la création, l’imaginaire de l’artisan qu’il retranscrit dans ses oeuvres et qui emporte ailleurs. Contrées lointaines ou proches, temps révolus ou inconnus, univers créatifs venus d’autres disciplines, l’artisan nous invite aussi à la découverte de son propre voyage imaginaire.

Le Voyage imaginaire n’est pas un voyage au sens littéral. Il renvoie aux sources d’inspiration des artisans aussi bien qu’à l’ailleurs qu’il suggère chez celui qui regarde l’oeuvre accomplie.

Très jeune, Yann Letestu effectue une traversée de l’Atlantique à la voile en famille, de Marseille au Venezuela. Un périple qui lui laissera le goût des voyages et celui de la peinture. En plaçant dans ses tableaux des personnages de dos, sur un quai ou sur une branche, immobiles ou en marche, toujours le regard tourné vers l’horizon, Yann Letestu nous plonge dans un lointain imaginaire. Comme eux on observe l’immensité et on rêve du départ. L’invitation au voyage est d’autant plus forte que les toiles sont marouflés avec des cartes marines comme une mise en abyme en filigrane. Lire une carte n’est-il pas le début du voyage ?

Entrée libre du mardi au vendredi de 10h à 12h et de 13h à 18h. Le samedi de 13h à 18h. Du 15 septembre au 31 octobre 2017 à la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art.
21 Cours Honoré d’Estienne d’Orves, 13001 Marseille

Sur un quai


Sonia Rykiel, la féminité en mouvement au Château Borély

Le noir, la maille, le velours, les rayures, l’envers et les coutures apparentes… Sonia Rykiel. Sacrée « Reine du tricot », elle a marqué de son empreinte la seconde moitié du 20e siècle et le début du nouveau millénaire, réinventant à son image la garde-robe féminine.

Pour son premier accrochage de l’année dans le département Mode, le Château Borély rend hommage à la créatrice disparue le 25 août 2016. Une vingtaine de silhouettes, emblématiques du style Rykiel, ont été sélectionnées dans le très riche fonds mode du musée. Elles renvoient l’image d’une femme, active et libre, à la recherche du confort et de l’élégance. Sonia Rykiel a créé un style unique, « paresseusement » chic, intemporel et sensuel, aux lignes épurées et fluides empruntées aux années 1930. Un style baptisé par elle-même « Le Nouveau Classicisme ». Retour sur le parcours d’une femme plurielle, icône de la « démode ».

Tarif : plein 5€ | Réduit 3€ | Musée Borély + Jardin Botanique 6€ (réduit 3€)
Du 16 mai au 17 septembre inclus, de 10h à 19h. Fermeture hebdomadaire le lundi. Fermeture le 1er novembre, 26 décembre et 1er janvier.
Au Château Borély, musée des Arts Décoratifs et de la Mode
134 avenue Clot-Bey, 13008 Marseille

sonia-rykiel-musee-art-decoratif


Echelles, cotons-tiges et autres objets au Studio Fotokino

Laurence Lagier dessine, au crayon ou au ruban adhésif. Formes parcellaires et archipéliques s’imbriquent et s’additionnent pour former des éparpillements. L’oeil se balade, furète, à la recherche d’objets familiers : échelles, raquettes de ping-pong, peignes, tables.

Laurence Lagier dessine, au crayon ou au ruban adhésif. Formes parcellaires et archipéliques s’imbriquent et s’additionnent pour former des éparpillements. L’oeil se balade, furète, à la recherche d’objets familiers : échelles, raquettes de ping-pong, peignes, tables.

De cette matière, Fanette Mellier et Clément Vauchez s’emparent pour penser un imprimé qui soit tout autant le support aux expérimentations de Laurence Lagier, que matière pour la publication qui suivra l’exposition.

Entrée gratuite
Jusqu’au 24 septembre, du mercredi au dimanche de 14h à 18h30 
Studio Fotokino
33 allées Léon Gambetta, 13001 Marseille


Une maison de verre

Centre d’art et atelier de recherche et de création contemporaine situé à Marseille, le Cirva accueille des plasticiens, designers ou architectes ayant des pratiques variées et désirant introduire le verre dans leur démarche créatrice. Ces artistes développent leurs projets de recherche assistés de l’équipe technique du Cirva, selon les modalités et le rythme convenant à chacun des projets. Il s’agit donc d’un réel laboratoire pensé pour les artistes, dans l’idée de leur offrir un espace et un outil de travail hors du commun. Depuis plus de vingt ans, le Cirva a accueilli quelque 200 artistes pour des projets divers, tant dans le domaine de l’art contemporain que du design et des arts décoratifs.

L’exposition au musée Cantini, musée d’art moderne de la ville de Marseille, a l’ambition de traverser les 30 années de résidence d’artistes au Cirva, de 1986 à aujourd’hui. Conçu de manière fluide et non chronologique, le parcours propose de découvrir l’univers des artistes représentés dans la collection en présentant leurs travaux du Cirva en regard d’une sélection d’œuvres issues des collections des musées de Marseille (Mac, Musée Cantini) et du Fonds régional d’art contemporain. Les choix sont opérés sur la base de l’approfondissement de l’œuvre d’un artiste ou d’une période spécifique de la création contemporaine, ou encore sur la base de rapprochements formels, esthétiques ou thématiques.

À l’image de la collection du Cirva, se côtoient des pièces qui relèvent des arts décoratifs et du design et des pièces de sculpture contemporaine. L’imbrication des différents champs de création au sein du parcours donne ainsi une vision poreuse des sources d’inspiration et des différentes approches des créateurs au Cirva.

Tarif : plein 5€ | Réduit 3€
Visites commentées les 1ers dimanches du mois à 15h et 16h30 : 4€
Jusqu’au 24 septembre du mardi au dimanche de 10h à 18h. Du 16 mai au 17 septembre inclus, de 10h à 19h. Fermeture hebdomadaire le lundi.
Au Musée Cantini
19 rue Grignan, 13006 Marseille
expo-maison-verre-musee-cantini


L.C. Radieuse

Un regard différent porté sur l’architecture de l’immeuble Le Corbusier, à l’occasion de son classement au patrimoine de l’Unesco, fin 2016. Dans la salle vintage du restaurant Le Ventre de l’Architecte, grâce au talent de Dominique et Alban Gérardin, propriétaires passionnés des lieux, l’art est partout et l’expérience visuelle permanente.

Pour commémorer le classement de l’immeuble au patrimoine de l’Unesco, ils ont retenu le travail du photographe Pixeliums qui revisite la Cité Radieuse avec une palette de couleurs différente. Une exposition placée sous le signe du plaisir et de la découverte.

Entrée libre
Jusqu’au 26 septembre de 12h à 22h
Au Ventre de l’Architecte
280 boulevard Michelet, 13008 Marseille


Hip hop : un âge d’or 1970-1995 au MAC

La culture Hip Hop ouvre les portes du musée d’Art contemporain à ceux qui aux États-Unis, en Europe et à Marseille incarnent un phénomène planétaire. Depuis les premières block parties du Bronx jusqu’à l’âge d’or marseillais, retrouvez la fièvre qui s’est emparée du monde en trois temps et quatre mouvements : DJing, MCing, Graffiti & Bboying.

La scénographie de l’exposition favorise les croisements entre toutes les disciplines qui ont été fécondées par ce mouvement : la musique, la danse, la mode, le cinéma, l’écriture, le graffiti, le tag, la photographie. L’exposition est conçue avec le MuCEM, qui met à disposition les plus belles pièces de sa collection, et s’inscrit dans la dynamique des projets de la Capitale européenne du sport à Marseille.
Tarif : plein 5€ | Réduit 3€

Jusqu’au 14 janvier 2018 du mardi au dimanche de 10h à 18h. Jusqu’au 17 septembre inclus, de 10h à 19h. Fermeture le 1er novembre, 26 décembre et 1er janvier
Au Musée d’Art Contemporain – MAC
69 avenue de Haïfa, 13008 Marseille

expo-hip-hop-musee-art-contemporain


Graff en Méditerranée au MuCEM

Le MuCEM mène depuis les années 1990 des enquêtes-collectes sur les pratiques urbaines contemporaines et a notamment constitué, depuis 2000, une des plus importantes collections de graff aujourd’hui répertoriées, comptant près de 1500 objets. Cet ensemble constitue un étonnant assortiment de panneaux graffés, affiches, autocollants, marqueurs, bombes aérosol, magazines, esquisses, photographies, vidéos… associés à une enquête qui pose les bases d’une réflexion sur les rapports sociaux en milieu urbain, la question de l’appropriation de l’espace public et de sa conquête par des pratiques qui se revendiquent de la rue.

Cette collection sera présentée à Marseille en 2017 au Musée d’art contemporain d’une part (pour les aspects historiques du mouvement Hip-Hop) et au MuCEM – Fort Saint-Jean – salle des collections, d’autre part (pour ce qui est des acquisitions récentes sur plusieurs scènes méditerranéennes très actives : Marseille, Espagne, Italie, Maroc, Tunisie…).

Tarif : plein 9,50€ | Réduit 5€
Jusqu’au 8 janvier 2018 tous les jours sauf le mardi, de 11h à 19h.
Au MuCEM
7 promenade Robert Laffont, 13002 Marseille


Poésie de Joseph Inguimberty au musée Regards de Provence

Le parcours artistique de Joseph Inguimberty est un regard croisé entre la Provence et l’Indochine. Son oeuvre incarne deux vies et expériences hors du commun, que sont celles de l’hôte du delta tonkinois et du peintre de la Provence. Deux pays : deux lumières et deux natures, qui révèlent pourtant les mêmes qualités fondamentales, le même souci de franchise d’une oeuvre intense, solide et sensible à la fois. Il s’inscrit dans la double filiation des paysagistes et des impressionnistes, en restituant une nature franche, une atmosphère traduite directement du motif, une description honnête et poétisée du paysage, entre harmonie et équilibre

Cette exposition réunit près de 80 oeuvres, liées à ses vingt années passées en Indochine, illustrant paysages, travailleurs dans les rizières, scènes de vie, intimités des femmes, et d’autres liées à son Sud natal révélant l’activité portuaire de Marseille, des paysages des calanques, de l’arrière-pays provençal, de la Côte d’Azur jusqu’à la frontière italienne.

Tarif :
Plein : 6,50 €
Réduit: 5,50 € – 4,70 €
Jusqu’au 12 novembre
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.
Au Musée Regards de Provence, Avenue Vaudoyer, 13002 Marseille AFFICHE INGUIMBERTY WEB Site bis

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE