Le Préfet maritime de la Méditerranée a signé trois arrêtés visant à encadrer le mouillage dans le Parc national des calanques. Du Frioul à la baie de la Ciotat, en passant par les calanques marseillaises et cassidaines, tour d’horizon sur les nouvelles réglementations pour enrayer la sur-fréquentation du Parc et protéger l’herbier de posidonie, acteur dans la lutte contre le réchauffement climatique.

En mars 2021, nous vous annoncions l’interdiction du mouillage dans les calanques emblématiques d’En-Vau et Port-Pin dès cet été afin de lutter contre leur sur-fréquentation grandissante. Cette mesure, prise par le Parc national des calanques, vise également à protéger l’herbier de posidonie, plante sous-marine endémique de Méditerranée qui recouvre 100 500 hectares du Parc. Robustes et utiles dans la lutte contre le réchauffement climatique, elles se font cependant de plus en plus rares en raison du mouillage des bateaux, responsable de l’arrachage des plantes avec leurs ancres.

Afin de lutter contre ces deux tendances néfastes pour biodiversité des calanques, le Préfet maritime de la Méditerranée a ainsi signé trois arrêtés en fin de semaine dernière. Le premier concerne le mouillage des grands navires de plus de 24 mètres sur la zone du Frioul jusqu’à la baie de la Ciotat et de Saint-Cyr.

Les deux autres encadrent l’accueil des navires de plaisance sur le littoral des communes de Marseille et de Cassis. Ils résultent de deux ans de concertation entre le parc national des Calanques et près de 200 partenaires comme « les collectivités de Cassis, Saint-Cyr, la Ciotat, Marseille ainsi que de nombreux usagers de la mer », précise Zacharie Bruyas, directeur de la communication du Parc.

À relire

, Calanques : le mouillage des bateaux fortement réglementé sur le littoral, Made in Marseille
Le mouillage interdit dans les calanques d’En-Vau et Port-Pin dès cet été

Création de zones de mouillage interdites et de zones obligatoires

Concrètement, qu’impliquent ces arrêtés ? Pour les navires de plus 24 mètres navigant dans la zone allant du Frioul à la baie de la Ciotat et Saint-Cyr, le mouillage sera interdit dans les fonds de moins de 30 mètres de profondeur et devra s’effectuer au large. Pour les navires de plus de 45 mètres, des zones de mouillage obligatoires seront mises en place au large de Cassis, de la Ciotat et de Saint-Cyr.

De manière plus globale, le mouillage sera reconcentré sur des zones sableuses pour tous les types de navires. À Marseille, des zones de mouillage autorisées et des zones de mouillage interdites seront créées au nord et au sud de la calanque de Port de Banc au Frioul, au sud-ouest de l’île de Pomègues, dans la calanque de Port Pomègues, au nord et au sud de la Pointe Rouge et sur la côte Nord de l’île de Riou.

À Cassis, la même chose va être réalisée dans trois zones : au large de la Grande Mer, dans les anses de l’Arène et de Corton ainsi que dans la zone des falaises Soubeyranes.

Dans les calanques de Marseilleveyre et de Sugiton, les activités balnéaires seront privilégiées et les calanques d’En-Vau et Port-Pin, victimes de sur-fréquentation, verront l’interdiction permanente du mouillage, de l’arrêt et de la dérive de tout type de navire.

Installation de bouées de mouillage à l’horizon 2024

Le premier arrêté concernant les plus grands navires est d’ores et déjà en application. Les deux arrêtés concernant les navires de plaisance le seront dans les prochaines semaines, une fois le balisage mis en place.

Afin d’informer les plaisanciers, une nouvelle plaquette « mer » du Parc national sera distribuée et l’application « Mes Calanques » sera également mise à jour. Dès cet été, les services de l’État en mer et les patrouilles nautiques du Parc contrôleront les usagers afin de faire respecter ces nouvelles réglementations. Les plaisanciers qui ne respecteront pas ces nouvelles réglementations risquent jusqu’à 1 an de prison et 150 000 euros d’amende, ainsi que la suspension de leur permis bateau.

Ces nouvelles dispositions ne plaisent pas à tous les usagers puisqu’une centaine de navires se sont rassemblés ce dimanche dans le Port de Cassis en protestation contre l’interdiction du mouillage dans les calanques de Port-Pin et d’En-Vau. Pour Zacharie Bruyas, « ces décisions sont le fruit d’un long travail partagé avec de nombreux acteurs et prises dans l’optique de permettre la découverte de ces deux calanques au plus grand nombre, tout en préservant l’herbier ».

Elles sont la première étape du Schéma global d’organisation des mouillages, adopté par le conseil d’administration du Parc national en décembre dernier. En 2024, une seconde phase débutera afin de s’occuper des sites pour lesquels le report du “mouillage sur herbier” n’est pas envisageable.

Ainsi, des bouées de mouillage devraient être installées dans 7 sites différents : à l’ouest de Pomègues au Frioul, à Marseilleveyre, Sormiou, dans la calanque des Pierres Tombées à Morgiou, sur l’île Verte à la Ciotat, dans la baie de la Ciotat et à la Pointe Grenier, à Saint-Cyr-sur-Mer.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !