A l’occasion de sa conférence de presse, le Premier ministre, Jean Castex, a maintenu la fermeture des commerces non-essentiels jusqu’à nouvel ordre.

Malgré leurs demandes pressantes, à l’approche des fêtes de fin d’année, les commerces dit “non-essentiels” ne pourront pas encore rouvrir leurs portes à ce stade du confinement. Lors de sa prise de parole, ce jeudi 12 novembre, le Premier ministre, Jean Castex a décidé de « maintenir inchangées, au moins pour les 15 prochains jours, les règles du confinement ».

Les « commerces resteront encore fermés pour 15 jours supplémentaires », a-t-il déclaré.

Noël en ligne de mire

Le gouvernement souhaite préserver les fêtes de fin d’année. « Je sais quelles sont les angoisses des commerçants qui n’aspirent qu’à pouvoir travailler et qui sont très inquiets de ne pouvoir rouvrir assez tôt avant les fêtes de fin d’année. Notre objectif est bien de pouvoir y parvenir. Mais ce moment n’est pas encore venu », a précisé Jean Castex, considérant que la situation sanitaire n’est pas encore favorable. La fin du reconfinement est toujours, à l’heure actuelle, attendue le 1er décembre.

Cela fait quinze jours que sont contraints à la fermeture tous les commerces ne vendant pas de produits jugés essentiels. Pour l’heure, la livraison et le retrait de commandes, le fameux « click & collect » est autorisé pour l’ensemble des magasins, y compris ceux frappés de fermeture administrative, librairies, magasins d’habillement, de fleurs ou de jouets.

Réouverture sur la base d’un protocole renforcé à compter du 1er décembre

Lors de son allocution, Jean Castex a indiqué que l’heure n’est pas de « relâcher nos efforts, mais de les amplifier ».

Les semaines à venir vont être décisives pour permettre aux commerces de rouvrir. Si la tendance à l’amélioration se confirme, « dans ce cas, les premiers allègements pourraient intervenir à compter du 1er décembre, mais ils seraient strictement limités aux commerces que nous avons dû fermer à partir du confinement. Et leur réouverture ne pourrait s’envisager que sur la base d’un protocole renforcé ».

« Soutien économique massif »

Le Premier ministre a, par ailleurs, tenu à affirmer le « soutien économique massif » de l’État aux commerces lourdement impactés annonçant « le versement des premières aides financières de 10 000 euros par mois dans les prochains jours et d’ici la fin du mois de novembre ».

« La réouverture est vitale pour eux et nous le savons », a précisé à son tour, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

« Les commerçants sont au coeur de nos préoccupations. Nombre de nos commerçants ont hâte de rouvrir le plus rapidement possible. Beaucoup d’entres eux, je pense aux librairies, aux bijoutiers, aux magasins de jouets, qui font plus de la moitié de leur chiffre d’affaires dans les deux derniers mois de l’année (…) Je crois que le calendrier que vient de fixer le Premier ministre est un motif d’espoir pour les commerçants français. Mais la meilleure façon de réussir cette réouverture, c’est que chacun respecte les règles sanitaires ».

Le ministre a réaffirmé que « toutes les mesures économiques massives continueront de s’appliquer dans les 15 jours qui viennent ».

Il a annoncé la mise en place d’un nouveau dispositif concernant les loyers : un crédit d’impôt pour les bailleurs renonçant au loyer des commerces fermés. « Sans exception, nous mettrons en place dans le budget 2021 un crédit d’impôt de 50 % du montant du loyer abandonné pour tous les bailleurs qui renoncent au loyer du mois de novembre pour toutes les entreprises qui ont jusqu’à 250 salariés et qui sont fermées ».

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !