Malgré sa convalescence suite à une opération mi-septembre, la maire de Marseille, Michèle Rubirola, « reste active » et continue notamment de participer aux discussions avec l’État sur les mesures sanitaires. Sa présence pour le conseil municipal du lundi 5 octobre n’est pas encore assurée.

La maire de Marseille, Michèle Rubirola, en convalescence depuis son opération chirurgicale le 14 septembre, « va vers le mieux », assure son entourage. « Elle reste active ». En effet, de chez elle, l’élue continue autant que possible le travail lié à sa fonction, notamment dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire.

Elle s’est d’ailleurs entretenue, mercredi 30 septembre, avec le Premier ministre Jean Castex au cours d’une audio conférence pour faire le point sur la situation sanitaire à Marseille et les mesures mises en place. Ils ont raccroché sur un « constat de désaccord sur les chiffres », nous confie Joël Canicave, en marge d’une conférence préparatoire au conseil municipal ce lundi 5 octobre.

« Si la crise devait durer, j’aimerais la mise en place d’un conseil scientifique dans chaque ville, qui joue le rôle de référent, et qui permettrait de ne pas contester la réalité des chiffres, parce que là, on nous annonce des chiffres qui ne sont pas faux mais qui retracent seulement une partie des choses. Et l’Etat se sert de ces valeurs-là pour nous imposer ce qu’il faut faire alors qu’on leur présente des courbes descendantes. C’est un discours qui mériterait une régulation », souligne l’adjoint aux finances.

Erreurs et incompréhension

Au cours de cette conversation, et sur la base des chiffres, Michèle Rubirola a réaffirmé son incompréhension au sujet des fermetures de bars et restaurants imposées dans la Ville, et a par ailleurs appuyé sur les aides financières attendues de l’État.

Parallèlement, dans un entretien accordé au Monde et paru ce jeudi 1er octobre, la maire de Marseille concède toutefois que la Ville « n’a peut-être pas réalisé ce qu’il se passait, parce qu’on observait une diminution de la diffusion virale (…) Nous avons fait des erreurs lorsqu’on a laissé de grandes fêtes se dérouler, notamment sur les rooftops ». 

« La question n’était plus dans l’air du temps. Les gens pensaient à autre chose qu’aux gestes barrières », souligne de son côté le premier adjoint, Benoît Payan.

La Ville participera aux discussions en fin de semaine dans le cadre de la clause de revoyure présente dans l’arrêté préfectoral.

Qui pour présider le conseil municipal du 5 octobre ?

Pour préparer son retour, la maire de la Marseille a annoncé à ses équipes qu’elle avait « un contrôle médical », confie Joël Canicave. Ce sont les « médecins qui programmeront son retour aux affaires réelles ». Donneront-ils leur feu vert pour une reprise en vue de la séance municipale de lundi ?

« Un communiqué de presse [qui sera envoyé demain, ndlr] informera de la temporalité de son retour. Il indiquera également qui présidera le conseil municipal du 5 octobre », a précisé Joël Canicave, se voulant rassurant sur le bon fonctionnement de l’équipe municipale malgré cette absence : « Nous ne sommes pas dans une organisation verticale, nous fonctionnons normalement, avec une équipe animée par le premier adjoint ».

C’est Benoît Payan, premier adjoint et maire par intérim depuis la convalescence de Michèle Rubirola, qui pourrait présider la séance si les médecins n’autorisent pas une reprise dans l’immédiat.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !