Alain Gargani, président de la CPME13 a décidé de s’engager en politique, aux côtés de Martine Vassal pour les municipales de mars 2020, et aider la candidate (LR) sur le volet économique.

C’est à l’occasion d’une conférence de presse, lors du salon de la CPME13, au Pharo, qu’Alain Gargani a annoncé qu’il se mettait en retrait de ses fonctions de président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) des Bouches-du-Rhône et du Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, « pour s’engager en tant que candidat aux côtés d’un candidat », sans dévoiler lequel.

C’est aux côtés de Martine Vassal qu’Alain Gargani a choisi de poursuivre sa route, le temps de la campagne des municipales de 2020.


La candidate Les Républicains a présenté sa nouvelle personnalité, « issue du monde économique marseillais », à l’occasion d’une conférence de presse, ce matin. Un nouveau soutien de poids pour sa thématique « travailler », sur laquelle planche aussi Stéphane Soto, qui a également fait le choix de démissionner de Medinsoft pour rejoindre la campagne de la candidate.

« Je suis très fier de m’engager aux côtés de Martine Vassal, pour l’aider à devenir maire de Marseille », a déclaré en préambule, le chef d’entreprise, retraçant son parcours.

Entrepreneur engagé depuis plus de 25 ans dans différents réseaux (JCE, CCIMP, Sud Entreprendre…), Alain Gargani met « sa connaissance fine de l’écosystème économique local, ses atouts, ses rouages », au service d’une femme qui est, selon lui, « la plus à même de faire avancer cette ville, de la transformer durablement. J’ai fait le ce choix, non pas par amitié pour elle, mais par un simple pragmatisme d’entrepreneur », a-t-il affirmé, ne tarissant pas d’éloges sur Martine Vassal.

« Marseille a souvent manqué ses rendez-vous avec l’histoire »

Une femme « de décision, efficace et engagée ». Il a également salué sa pugnacité à « fixer des objectifs chiffrés pour atteindre des résultats. Elle ne lâche rien ». 

Pour Alain Gargani, « Marseille a souvent manqué ses rendez-vous avec l’histoire, il est grand temps que l’on exploite son potentiel pour en faire enfin l’une des plus grandes capitales de l’Europe et de la Méditerranée ». 

Le choix de s’engager n’a pas été facile pour le patron spécialisé dans l’événementiel de congrès médicaux, et dans le même temps « tellement évident. Nous partageons la même volonté de transformer ce territoire, de transformer cette ville. Je ne pouvais qu’être là ». 

C’est la capacité de Martine Vassal à être dans « l’action, l’efficacité et la modernité » qui l’a convaincu.

« On est sur une nouvelle génération »

Leur rencontre ne date pas d’hier. En 2015, ils ont travaillé ensemble sur la création de l’accélérateur de l’emploi, au Département des Bouches-du-Rhône. Il a évoqué différents exemples comme la piétonisation du centre-ville, la création de la piste cyclable sur la Corniche, la politique en matière environnementale, la co-construction sur la marque One Provence… « Tout ce qui a été fait en un an, alors imaginez en six ?» 

Les deux partagent également la même vision sur la création des centres commerciaux, sur laquelle il faut mettre un frein, encore plus quand le centre-ville peine à se redynamiser. « Sur notre territoire, il y a le double d’espaces commerciaux qu’ailleurs, donc si le loisir m’en ait donné, je veillerai à ça », a assuré Alain Gargani.

, Alain Gargani se met en retrait de la CPME13 et Sud pour soutenir Martine Vassal, Made in Marseille

Pour la candidate LR, c’est un « honneur » d’accueillir Alain Gargani dans son équipe. Elle a salué son « courage » d’avoir sauté le pas. « Il y a un besoin très fort de la deuxième ville de France d’avoir des élus très engagés. On est sur une nouvelle génération. Si on ne change pas cette vision du politique, eh bien on va à la catastrophe. J’ai souvent tendu la main au monde de l’entreprise et beaucoup veulent venir participer, mais il y a une question de temps car avoir une délégation, c’est plus compliqué. Il est important de mettre la bonne personne au bon endroit, car on n’a plus le temps de se tromper », a expliqué Martine Vassal, considérant l’importance de l’engagement de son nouvel homme fort du monde économique.

« J’irai là où ce sera nécessaire »

Des propos qui résonnent comme un préambule une candidature du chef d’entreprise dans l’un des secteurs de la ville. « On n’est pas là pour la distribution de postes, a néanmoins réaffirmé Martine Vassal, mais pour avoir des résultats. Et travailler sur une stratégie ».

Alain Gargani, lui, s’est présenté comme un homme « qui sert l’intérêt général. Je n’ai pas d’ambition politique, mais j’irai là où ce sera nécessaire ». S’il n’est pas tête de liste, il sera en bonne position pour être éligible.

Pour éviter toute incompatibilité avec sa nouvelle mission, il devra également couper un marché passé avec la Métropole sous l’ancienne mandature, concernant l’organisation de congrès médicaux : « J’ai candidaté il y a quatre ans. Nous avons fait, il me semble, une action en 2018, et je n’ai pas eu de renouvellement. S’il est toujours actif, je le dénoncerai bien sûr », a assuré Alain Gargani.

Pour rappel, Alain Gargani avait été élu le 24 avril dernier, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Bouton retour en haut de la page

NEWSLETTER

Recevez le meilleur de l'actualité de la semaine gratuitement !