Le port de Marseille vient de voter 20 millions d’euros d’investissement pour le branchement des navires à quai. Le but est de devenir le premier port de Méditerranée 100% électrique d’ici 2025.

A Marseille, la pollution des navires et ferries qui stationnent à quai est un vrai fléau. Ces derniers jours, la canicule et les restrictions de circulation imposées aux automobilistes font fleurir sur la toile de nombreuses réactions. Beaucoup d’internautes condamnent les activités maritimes qu’ils jugent plus polluantes que leur véhicule individuel et se sentent lésés dans les choix de la Préfecture de réduire les conditions de circulation. La pollution émise par les fumées des bateaux à quai est en effet plus importante que celle de la circulation routière, selon de récentes études de l’organisme AtmoSud. Marseille se classerait même comme le 8e port le plus pollué d’Europe, notamment à cause de l’activité de croisière.

Actuellement, seuls trois navires de la compagnie maritime La Méridionale peuvent se brancher à quai. Ceux de la Corsica Linea sont en train de s’équiper progressivement.

« Déjà effective sur les quais des ferries Corse, la connexion électrique des navires à quai poursuit son développement sur l’ensemble des bassins de Marseille pour ses quais ferries internationaux, pour la réparation navale d’ici 2022 et pour les quais de la croisière entre 2022 et 2025 » a précisé le port.

Cet investissement constitue la condition nécessaire du point de vue portuaire et terrestre pour connecter d’ici 2022, deux ferries internationaux supplémentaires puis dans un second temps, un navire de croisière en simultané. Un travail complémentaire commercial, fiscal et réglementaire est d’ores et déjà engagé pour que les connections soient effectives au plus tôt en proposant aux clients du port une offre globale attractive et adaptée à leurs enjeux.

« Le port de Marseille Fos est un vecteur économique de premier plan et génère 42 000 emplois directs sur le seul département des Bouches du Rhône. Nous sommes face à deux enjeux majeurs : celui de maintenir la croissance économique du port pour générer de la richesse sur une des villes les plus pauvres de notre pays et agir pour la qualité de l’air des riverains. Nous sommes convaincus que la transition écologique est source de croissance économique » a déclaré Hervé Martel, Président du Directoire du port de Marseille Fos.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !