De plus en plus de créateurs indépendants viennent s’installer à Marseille pour lancer leur marque dans le secteur de la mode. Mais pas seulement : même les grands créateurs, à l’instar du styliste Simon Porte Jacquemus, viennent désormais organiser leur défilé dans la deuxième ville de France, délaissant ainsi Paris.

La mode n’est pourtant pas le premier domaine auquel on pense lorsque l’on évoque Marseille. Son empreinte s’imprime toutefois de plus en plus dans les esprits, par le biais de créateurs qui se revendiquent marseillais. « Les marques ont la volonté aujourd’hui de vouloir porter Marseille, de montrer qu’elles viennent d’ici. Alors qu’auparavant, elles ne mettaient pas forcément en avant cette caractéristique », explique Matthieu Gamet, président de la Maison Mode Méditerranée (MMM), nouveau nom de la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode (MMMM).

Cela passe par des actions subtiles, comme des shooting photos réalisés dans des lieux emblématiques de Marseille. Et qui permettent de l’identifier sans même la nommer. « Marseille est une ville à la mode, une ville qui bouge ! Ce qui n’était pas le cas il y a quelques années », reconnaît Carine Melkonian, qui a créé sa marque Hana San à Marseille.

À lire aussi : notre dossier spécial sur la mode à Marseille

La mode ancrée à Marseille depuis des décennies

Si Marseille attire les créateurs depuis quelques années, son histoire est liée au domaine de la mode depuis plusieurs décennies déjà. Un passé hérité de l’immigration. « Les Arméniens, les Italiens, les habitants d’Afrique du Nord… Quand ils sont arrivés à Marseille, ils se sont dirigés vers des métiers que leurs grands-parents savaient faire comme la couture et le travail du cuir. Ils se sont intégrés comme cela est c’est d’ailleurs un bel exemple d’intégration », met en avant Maryline Bellieud-Vigouroux, fondatrice de la MMM.

« Cette tradition d’apport des populations a créé une économie qui existe encore aujourd’hui et qui est un bon terreau pour la création », ajoute Jocelyn Meire, codirecteur en charge du développement au sein du même l’établissement. Des influences qui se ressentent aujourd’hui dans la mode marseillaise. Tous les acteurs locaux du secteur sont unanimes pour dire que Marseille porte le courant stylistique méditerranéen.

« Il y a une signature particulière quand on crée à Marseille. L’environnement – la mer, le ciel bleu, le soleil, les massifs – inspirent forcément les créateurs de façon différente qu’à Tokyo, New York ou Londres », souligne Jocelyn Meire.

, Marseille, terre d’attractivité pour les créateurs de mode, Made in Marseille
La marque Hana San a été créée il y a deux ans à Marseille et s’est spécialisée dans les chemises en coton.

Des créateurs qui choisissent de plus en plus Marseille…

Kaporal, Sessùn, Gas, Ginette, American Vintage… Plusieurs marques créées à Marseille ont depuis assis leur notoriété. « On peut faire des choses à Marseille et on a les moyens d’accueillir des créateurs. Ces derniers sont les fleurons de notre territoire et ils nous permettent de rayonner », considère Martine Vassal, présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

Il ne manque d’ailleurs rien à la ville de Marseille selon la MMM pour rayonner davantage dans le domaine de la mode. « À Marseille, on est comme dans un village. Les gens se connaissent et dès qu’ils ont besoin de quelque chose, ils savent vers qui se tourner ou connaissent quelqu’un qui pourra les aider. Ça donne des belles histoires et de beaux business, comme la marque « La Nouvelle » par exemple », présente Jocelyn Meire.

Créée au début de l’année 2014 à Marseille, La Nouvelle est le fruit de la collaboration entre Alix de Moussac, styliste, et Aurélie Grandemenge, consultante de mode. Quand la première vivait à Marseille, la seconde, elle, était à Paris. Venue pour raisons personnelles, elle n’a pour autant pas regretté ce choix et, au contraire, ne changerait sa vie professionnelle pour rien au monde. « C’est notamment ce genre d’exemple qui montre que notre territoire est attractif », souligne Martine Vassal.

À lire aussi : nos portraits de marques marseillaises

… Aussi bien que des stylistes renommés

Des propos de Martine Vassal appuyés par les membres de la MMM, qui mettent en avant que des marques reconnues internationalement choisissent désormais de faire leur défilé à Marseille plutôt qu’à Paris. Le défilé de Simon Porte Jacquemus en mai 2017 au Mucem, dans le cadre du festival Open My Med, raisonne encore derrière leurs paroles.

Cette année, c’est la styliste Christelle Kocher, fondatrice de la marque Koché, qui vient assurer le show. « Elle vient faire son premier défilé croisière ce 19 juin, qui annonce la collection printemps été de l’année prochaine, dans le cadre du festival 2018. Ça se fera sur le ferry Danielle Casanova, une grande première ! », s’enthousiasme Jocelyn Meire.

Autre temps fort, le retour de Simon Porte Jacquemus à Marseille le 25 juin prochain. Cette fois, c’est de son propre chef que le styliste natif de Salon-de-Provence a choisi d’organiser son défilé à Marseille. Et pas n’importe lequel : le lancement de sa première collection homme. « Jacquemus a fait beaucoup pour Marseille », reconnaissent à l’unisson les acteurs locaux. Ce qui n’est pas pour leur déplaire, bien au contraire.

À lire aussi 

Par Agathe Perrier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !