Malgré un permis de construire accordé depuis 2005, le terrain de ce qui devait être le centre commercial Bleu Capelette, situé à côté du Palais Omnisports Grand Est, est toujours en friche. Élus et promoteurs se rejettent depuis 11 ans la balle de la responsabilité quand les habitants, eux, se sentent quelque peu démunis et tentent en dernier recours une pétition sur internet. L’issue est peut-être proche ? Reportage.

En 2004, la zone d’aménagement concerté (ZAC) de la Capelette, est créée dans le quartier du même nom. Cette ZAC a pour vocation de redynamiser ce secteur clé situé à l’Est du centre de Marseille. Parmi les projets phares : la création du Palais Omnisports et d’un centre commercial baptisé « Bleu Capelette ». Onze ans plus tard, si le premier est bel et bien ouvert depuis 2009, le second est lui loin d’être sorti de terre.

Capelette, Le projet de centre commercial de la Capelette a-t-il encore un avenir ?, Made in Marseille
Le terrain de Bleu Capelette, à côté du Palais Omnisports © Sifer

Un projet qui n’a plus de sens ?

Quand il a été lancé en 2004, le projet Bleu Capelette devait être constitué de 70 boutiques et restaurants, 8 moyennes surfaces, un parking de 1 500 places et un multiplexe cinéma de 12 salles. « Ce qui semblait être un beau projet commercial en 2004, devant contribuer à structurer le quartier et développer son attractivité, semble plus hypothétique aujourd’hui », considère Gérard Chenoz, adjoint au maire de Marseille, délégué aux Grands Projets d’Attractivité.

Car si le terrain a été acheté en 2004 par le promoteur Icade et le groupe Sifer et le permis de construire accordé dans la foulée, les travaux n’ont pas tellement avancé en plus de dix ans, laissant sur place un trou béant. Et contrairement à avant, un autre projet de centre commercial, celui du Stade Vélodrome, est également sorti des cartons et les travaux sont eux en cours.

De par la proximité des commerces du futur centre commercial du Vélodrome – environ deux kilomètres le sépare du terrain de Bleu Capelette – Gérard Chenoz ne voit plus le projet comme justifié. « C’est mon avis personnel, mais je n’ai pas le pouvoir ni la réglementation pour l’interdire », explique l’élu.

D’un centre commercial à un centre de loisirs

Aujourd’hui, l’avenir de Bleu Capelette tourne plus vers un centre de loisirs qu’un centre commercial. Une volonté des promoteurs eux-mêmes d’après Gérard Chenoz pour qui « [Icade et Sifer] ont du mal à trouver des enseignes » pour remplir l’espace. Un nouveau projet se dessine donc avec peut-être un centre médical et même une maison de services à la personne. Tout en gardant les invariants chers à Lionel Royer-Perrault, le maire de secteur, à savoir le cinéma et le parking.

Si la mairie, par la voix de Gérard Chenoz, explique qu’elle ne connaît pas l’évolution du centre, les promoteurs, malgré les sollicitations de la rédaction de Made in Marseille, n’ont pas donné de réponses. L’un des membres d’Icade a cependant confié au journal La Marseillaise : « Dans les 42 500m² initiaux, il y avait une grande partie de surfaces non commerciales qu’on accentue dans le nouveau projet. On ne repart pas de zéro ».

L’idée des promoteurs serait apparemment de garder les plans initiaux du centre commercial mais de changer l’intérieur pour éviter de déposer un nouveau permis de construire qui prendrait du temps et aurait un coût aussi supplémentaire. Pour le moment, les deux acteurs ont déjà déboursé plus de 20 millions d’euros entre l’achat du terrain, le permis de construire, les études et le terrassement.

Qu’en pensent les habitants du quartier ?

Depuis quelques temps, habitants et commerçants du quartier de la Capelette se sont réunis en un collectif baptisé « Pour Bleu Capelette ». Car tous veulent voir aboutir le projet de centre de loisirs. « Lorsque l’on a créé le groupe, beaucoup étaient contre le centre commercial à cause des commerces. Aujourd’hui, puisque le centre est plus tourné loisirs, tout le monde est pour », met en avant le Collectif Bleu Capelette.

Les habitants du quartier ont, eux, toujours plutôt été favorables à l’arrivée de Bleu Capelette et notamment les néo-arrivants. « Nous avons acheté assez cher nos appartements, environ 3 500€ le m², parce qu’il devait y avoir le centre commercial et les jardins de Bonnefoy à côté. Ceux qui vendent aujourd’hui perdent au moins 50 000€ par rapport au prix d’achat », souligne l’un des membres du Collectif.

Si le centre a de grandes chances de voir le jour puisque tous les acteurs y sont favorables, tel n’est pas le cas du jardin. Ce dernier devait être un prolongement du Parc du 26ème Centenaire et remplacer notamment le centre de transfert des déchets. Or le dépôt d’ordures qui devait être délocalisé reste finalement dans la ZAC Capelette, obligeant une remise en question des plans d’aménagements initiaux. Pour autant, un parc provisoire de près de deux hectares devrait sortir de terre en 2017 et être remplacé ensuite par un autre espace vert. Car des mots de Lionel Royer-Perrault : « Il y aura toujours un jardin à la Capelette ».

Pour aller plus loin sur ce sujet

Par Agathe Perrier

2 commentaires

  1. Ayant quitté Marseille il y a 10 ans pour raisons professionnelles et ayant eu l’occasion de vivre dans d’autres grandes villes françaises, je déplore que Marseille soit la seule qui piétine sur ses projets. Centres commerciaux, centre multisports, espaces verts, accès routiers, centres culturels, peu importe le projet, il y a souvent quelque chose qui coince et qui fait que ça n’avance pas ou du moins pas correctement ! Pas étonnant que la 2eme ville de France ait 10 ans de retard sur les autres ! Pourtant, cette ville qui m’est chère et dans laquelle je reviens souvent a un vrai potentiel ! Même s’il est à noter que de gros efforts ont été faits en terme d’aménagement / réaménagement, je trouve dommage que ce potentiel ne soit pas suffisamment exploité ! Les projets changent ou stagnent en cours de route, d’autres imprévus voient le jour, de l’extérieur, on a l’impression qu’il y a un vrai manque de communication / coordination !
    Comment peut on laisser un terrain en friche pendant autant d’années (depuis 2004 ??!!) sans rebondir sur autre chose si ça ne marche pas ou sans se poser la question de quel type de projet pourrait être réalisé pour améliorer la vie d’un quartier et de ses habitants et à plus forte échelle, la ville elle-même ?! J’avoue avoir du mal à comprendre…

  2. Bonjour,
    J’ai acheté à la Capelette en partie pour ce projet qui ne verra jamais le jour et pour un quartier en mutation sauf qu’aujourd’hui donc 6 ans après cet achat aucune évolution bien au contraire, l’avenue de la Capelette est très dangereuse pour les piétons à cause des poids lourds qui livrent un DICSCOUNT mais cela ne dérange pas trop! les doubles files sont un problèmes récurrent pour lequel aucune solutions n’a été trouvée.
    On nous a vanté un quartier qui a du mal à avancer…..j’envisage de faire comme certains vendre et partir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !