La Région Sud, la Métropole Aix-Marseille-Provence et la Chambre de commerce et d’industries métropolitaine lancent un fonds d’urgence de 10 millions d’euros pour aider les commerces ciblés par les violences urbaines qui ont éclaté ces derniers jours. Le détail.

Contexte

Depuis la nuit du jeudi 29 juin, des violences urbaines ont éclaté dans le centre-ville de Marseille, causant d’importants dégâts. Des affrontements entre manifestants et policiers sont également survenus. Ces tensions font suite à la mort de Nahel, tué par un policier à Nanterre mardi 27 juin après un refus d’obtempérer. Les obsèques du jeune homme ont eu lieu samedi 1er juillet à Nanterre.

Vitrines brisées, commerces vandalisés, pillés et parfois brûlés… Les violences urbaines qui ont éclaté ces dernières nuits, particulièrement dans le centre-ville de Marseille, ont causé d’importants dégâts. Selon le dernier rapport d’expertise, la Chambre de commerce et d’industrie Aix-Marseille-Provence évalue à 100 millions d’euros de perte et plus de 400 commerces touchés dans la métropole, dont la majorité localisée dans le cœur de ville de Marseille.

Pour faire face à cette situation et répondre à la détresse des chefs d’entreprise, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Métropole Aix-Marseille-Provence et la CCIAMP ont annoncé dès vendredi 30 juin la création d’un fonds d’urgence, en collaboration avec l’UPE13, l’UMIH, la CMAR et U2P. Ce fonds s’inspire largement de celui mis en place durant le Covid-19 pour soutenir les restaurateurs et commerces impactés par la crise sanitaire.

10 000 euros débloqués sous 15 jours sans critères

« Solidarités commerces pillés », c’est son nom, est doté de 10 millions d’euros : 5 millions de la Région et 5 millions de la Métropole. « À la demande des associations de commerçants, notamment marseillais directement impactés, nous avons décidé d’apporter une réponse d’urgence, de manière à avoir une aide forfaitaire financière, psychologique aussi, une réponse immédiate sachant que la crise n’est pas encore terminée », a déclaré ce matin, le président de la Région Sud, Renaud Muselier, à l’issue d’une réunion d’urgence et de soutien aux commerces touchés par les émeutes. Elle s’est tenue aux côtés de Martine Vassal, présidente de la Métropole et Jean-Luc Chauvin, président de la CCIAMP. Des représentants d’autres collectivités territoriales étaient également présents.

Une aide directe de 10 000 euros sera débloquée sous 15 jours pour chaque commerce pillé et vandalisé, « quelque que soit l’ampleur des dégâts, sans critères, pour l’aider à repartir », précise-t-il. « C’est une réponse pour leur dire qu’on est avec eux, on est à leurs côtés », ajoute Martine Vassal.

fonds d'urgence, Un fonds d’aide exceptionnel de 10 millions d’euros déployé pour les commerces sinistrés, Made in Marseille
Réunion d’urgence et de soutien aux commerces touchés par les émeutes, à l’Hôtel de Région, aux côtés de Martine Vassal, président de la Métropole et Jean-Luc Chauvin, président de la CCIAM. Des représentants d’autres collectivités territoriales étaient également présents.

Un guichet unique « Solidarités commerces pillés »

Cette aide s’étend à l’ensemble des commerçants touchés, mais aussi aux franchisés, mais pas aux grands groupes. Pour en bénéficier, il suffit de s’adresser directement au guichet unique mis en place à la Chambre de commerce et d’industrie, au 04 91 39 34 79 ou urgence-entreprise@cciamp.com. « On leur envoie un dossier de deux pages qu’on peut aider à remplir qui permet de vérifier qu’ils ont vraiment un fonds de commerce, et ne pas distribuer des aides s’il n’y a pas d’activités », explique Jean-Luc Chauvin. L’aide c’est tout de suite et ensuite l’accompagnement sur les autres volets ».

Un certain nombre de dispositifs sont, en effet, mis en place pour les aider dans leurs différentes démarches. Auprès des assureurs d’abord pour harmoniser l’indemnisation, accélérer le traitement des dossiers ou obtenir des délais complémentaires (24 à 48 heures selon les contrats) pour faire les déclarations de sinistre. Auprès des banques pour débloquer des aides spécifiques, avec des taux zéro, bonifiés ou des reports.

Le Barreau de Marseille a rejoint la démarche pour proposer des analyses juridiques de chaque cas afin de pouvoir négocier et soutenir les commerçants dans leurs démarches. En accord avec la Préfecture de Police, des coupe-files permettent également un dépôt de plainte dans les meilleurs délais.

« Faire en sorte qu’aucun commerce impacté ne soit amené à disparaître »

Sur le plan national, la Région, la Métropole et la CCIAMP attendent de l’État un accompagnement spécifique, mais surtout un report des échéances Urssaf, d’impôts, du PGE (prêt garanti par l’État) contracté au moment de la crise sanitaire et la réactivation du chômage partiel. « Ce qu’il faut comprendre, c’est que la dégradation matérielle c’est une chose, mais si le stock a été volé, le commerce ne pourra pas redémarrer avant une ou deux semaines. Pour des commerces d’habillement, cela nécessite l’arrivée des collections d’automne qui arrivent fin août pour relancer l’activité », explique Jean-Luc Chauvin.

Sans parler de ceux qui ont été à 100% brûlés à l’instar de l’Aldi de Sainte-Marthe ou le concessionnaire automobile de Capitaine Gèze qui a été entièrement pillé :  « Ça va leur prendre plusieurs mois… Il faut protéger les collaborateurs de l’entreprise et protéger l’entreprise pour qu’elle existe. La priorité, c’est de faire en sorte qu’aucun commerce impacté ne soit amené à disparaître, à cause de cette situation », insiste-t-il.

Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé samedi 1er juillet un certain nombre de mesures, parmi lesquelles le report de paiement de charges sociales ou de charges fiscales pour les commerçants touchés par les violences urbaines. Il a également demandé un effort aux assureurs et aux banques et « la plus grande compréhension en termes de traitement des échéances » et a évoqué « la possibilité de prolonger d’une semaine supplémentaire, si les commerçants le souhaitent, la période de soldes ».

Mise en place d’une cellule psychologique

Renaud Muselier va dès cet après-midi intervenir auprès de Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et le garde des Sceaux, Éric Dupont-Moretti « pour rappeler le besoin de reporter les PGE, la nécessaire rapidité d’intervention au niveau national, remercier les forces de l’ordre et réaffirmer la nécessité d’avoir des réponses judiciaires fortes ».

Depuis vendredi, beaucoup de commerçants sont en grande détresse. Gilets jaunes, crise sanitaire, inflation, mobilisation contre les retraites… Au-delà des pertes financières, parfois lourdes, les crises consécutives ont un impact psychologique très important, car c’est souvent le travail d’une vie qui s’est effondré en une nuit. « Certains sont en pleurs face à l’injustice, témoigne Jean-Luc Chauvin. Ça fait 5 ans que les commerçants du centre-ville subissent des crises, pour lesquelles ils ne sont pour rien ».

Une commission permanente d’urgence réunira les élus régionaux comme les élus métropolitains pour voter ce dispositif. Dans les prochains jours, les Métropoles Toulon Provence Méditerranée et Nice Côte d’Azur abonderont également au fonds de soutien.

De son côté, la ville de Marseille a annoncé la mobilisation de deux millions d’euros destinés notamment au remplacement des vitrines cassées ou à aider les associations de commerçants. « Les commerces sont indispensables à la vie quotidienne et au dynamisme de la ville », a expliqué le maire Benoît Payan.

Solidarités commerces pillés : Pour bénéficier du fonds de soutien, il faut s’adresser directement au guichet unique mis en place à la Chambre de commerce et d’industrie, au 04 91 39 34 79 ou urgence-entreprise@cciamp.com.
Bouton retour en haut de la page

NEWSLETTER

Recevez le meilleur de l'actualité de la semaine gratuitement !