La Région a organisé les premières Assises de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Associations, professionnels et élus étaient présents ce 25 novembre, journée internationale de cette cause. L’occasion pour le président de la collectivité d’annoncer les prochaines mesures en la matière.

10 millions d’euros. C’est le budget annoncé ce 25 novembre par Renaud Muselier lors des premières Assises régionales de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Cette journée pose la première pierre d’un plan d’action qui sera voté le 17 décembre lors de l’assemblée plénière de la Région Provence-Alpes-Côté d’Azur.

Il devra répondre à la charte d’engagement contre les violences faites aux femmes, signée avec l’ensemble des partenaires institutionnels, associatifs et porte-paroles régionaux engagés pour la cause et présents pour l’occasion. Le plan s’articule autour de trois grands objectifs : alerter, accompagner et prévenir.

violences sexistes et sexuelles, Un plan à 10 millions d’euros pour protéger les femmes victimes de violences, Made in Marseille
Renaud Muselier a signé la charte d’engagement contre les violences sexistes et sexuelles

Mise en place d’un dispositif d’alerte

Selon Renaud Muselier, il faut « doter chaque femme de la région, en situation d’insécurité ou victime de violences, d’un dispositif d’alerte ». Cela pourrait prendre la forme d’applications smartphone qui permettent par un simple clic de signaler une situation d’agression et demander de l’aide. Une solution de ce type a été développée par le festival marseillais Marsatac.

Autre exemple : le bouton Monsherif qui peut prendre la forme de divers objets connectés, bijoux ou accessoires, pour lancer une alerte par simple pression. La Région lancera un appel à projets en 2022 pour sélectionner le dispositif.

Une Maison des femmes dans chaque département

Sur le deuxième volet, il s’agit « d’accompagner chaque femme victime de violences en proposant une solution d’hébergement et de secours ». Renaud Muselier a affirmé vouloir construire une Maison des femmes dans chaque département de la région, sur le modèle de celle qui ouvrira en janvier 2022 à Marseille. Il souhaite également mettre à disposition 1 000 places d’hébergement d’urgence, en plus de celles promises par le gouvernement, en s’appuyant notamment sur l’aide de bailleurs privés.

A lire aussi

violences sexistes et sexuelles, Un plan à 10 millions d’euros pour protéger les femmes victimes de violences, Made in Marseille
À Marseille, des conteneurs maritimes pour héberger des femmes victimes de violence

Création d’arrêts à la demande sur les lignes de bus régionales

Autre mesure concrète prévue pour 2022 : la création d’arrêts à la demande sur les lignes de bus régionales. Cette action avait été expérimentée par la Métropole sur plusieurs lignes à Aix et Marseille en mars 2021. Elle permet aux femmes de demander à un chauffeur de bus de la déposer au plus proche de son domicile plutôt qu’à un arrêt de bus pour éviter de marcher longtemps, seule, de nuit. Renaud Muselier souhaite que les femmes se sentent en sécurité sur le territoire.

Enfin, « il faut changer les mentalités à travers la prévention ». Les compétences régionales permettent de mettre en place des actions de sensibilisation dans les lycées. Le Parlement Régional de la Jeunesse a pu soutenir 15 projets à hauteur de 50 000 euros « pour lutter contre les stéréotypes, les inégalités, les discriminations et les violences ».

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !