Contrat de Baie – Les actions en faveur de l’environnement s’étendent jusqu’à Fos

© Lionel Duval

Signé à la fin de l’année 2015, le Contrat de Baie, une charte de six ans entre tous les acteurs du littoral pour mener des actions communes en faveur de l’environnement, a été réévalué. Parmi les changements, l’extension de son champs d’action qui s’étend désormais jusqu’à Fos sur Mer.  

signature-contrat-baie-mpm
Les élus autour de Guy Teissier lors de la signature du Contrat de Baie le 28 octobre 2015 : le Préfet de Région Stéphane BOUILLON, Didier REAULT, Laurent ROY Directeur Général de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, Mireille PEIRANO © David Girard

C’est quoi le Contrat de Baie ?

Le Contrat de Baie est un document élaboré entre l’ex communauté urbaine de Marseille (MPM) et la ville de Marseille et qui définit une liste d’actions communes pour préserver et restaurer la qualité des eaux et des écosystèmes (dépollutions, risques d’inondation, rejets pluviaux, etc.). Ces actions ont été réfléchies en partenariat avec les autres collectivités concernées : l’État, la région PACA, le département des Bouches-du-Rhône, l’agence de l’eau, les communes concernées, les associations d’usagers, etc.

Au total, 265 millions d’euros seront investis par tous les acteurs concernés jusqu’en 2021 pour financer les actions de ce contrat ambitieux qui s’articulent autour de 3 grands défis :

  • Prévenir et réduire les pollutions en mer et améliorer la qualité des eaux de baignade
  • Préserver et restaurer la qualité écologique des milieux littoraux et côtiers
  • Organiser la gouvernance du littoral, sensibiliser la population, les usagers et les acteurs du littoral
Les communes initialement concernées par le Contrat de Baie. Aujourd’hui, le dispositif s’étend jusqu’au Golfe de Fos © Agam

Initialement, les actions du Contrat de Baie étaient à mettre en place sur un territoire déjà assez vaste, de Martigues à Saint-Cyr-sur-Mer, ce qui représente 130 km de côte. Aujourd’hui, il englobe aussi le golfe de Fos-sur-Mer, soit 30 km de côte supplémentaires. Une extension qui va indéniablement entraîner une hausse du budget de 265 millions d’euros. « Il va falloir compter sur la mutualisation des acteurs », met en avant Patrick Boré, président du Comité de Baie.

Les actions pour 2018

Deux ans après la signature du Contrat de Baie, 75% des 80 actions contenues dans le document sont engagées a annoncé Didier Réault. Parmi elles, le projet REXCOR d’installation de récifs artificiels dans la calanque de Cortiou, historiquement dégradée par les eaux usées de la ville de Marseille et les eaux déviées de l’Huveaune. Ou encore une meilleure gestion de l’Huveaune, de la station d’épuration de Marseille et des eaux pluviales qui font que la qualité des eaux de baignade est de meilleure qualité qu’avant.

À lire aussi 

Pour 2018, l’accent va être mis sur la stratégie de mouillage des plaisanciers dans le Parc national des Calanques, la continuité du travail sur l’Huveaune avec une meilleure gestion des eaux de ruissellement et l’élaboration d’un schéma directeur de gestion des eaux pluviales du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM). « Il faut que le GPMM s’investisse un peu plus pour la gestion de ses eaux pluviales qui polluent car elles ne sont pas gérées. La pollution c’est pas seulement ce qui se voit, c’est aussi ce qui ne se voit pas. Le GPMM est déjà présent, mais il faut qu’il soit plus actif et plus rapide », a souligné Didier Réault, adjoint au maire de Marseille délégué à la mer, au littoral, au nautisme et aux plages.

Quelles priorités d’actions pour préserver notre littoral, nos rivières, nos plages et nos poissons ?

Au total, 80 actions ont été recensées et classées par ordre d’importance pour réduire au maximum les risques de pollution dans la région marseillaise et ainsi nuire à un écosystème exceptionnel. Nous vous présentons ci-dessous les actions que l’on a jugé les plus fortes pour préserver notre écosystème méditerranéen.

calendrier-contrat-baie-marseille
Calendrier d’exécution du Contrat de Baie

Dépolluer l’Huveaune

Parmi les plus grandes priorités du Contrat de Baie : la dépollution de l’Huveaune est un axe fort. En effet, depuis les années 70, l’Huveaune a été déviée de son lit pour préserver la qualité des eaux de baignade des plages du Prado. Elle se jette dans la calanque de Cortiou, via le second émissaire, après avoir fait l’objet d’un simple « dégrillage » au niveau de Sainte-Marguerite. Malheureusement, en cas de fortes pluies (c’est-à-dire lorsque l’Huveaune atteint le seuil de 35 m3 par seconde), le cours d’eau retrouve son lit naturel, en lien avec la capacité maximum du second émissaire. C’est pourquoi les plages du Prado sont fermées à la baignade de manière préventive après un épisode de pluie important.

Pour lutter contre cette pollution, de nombreuses actions seront entreprises. Par exemple : la station d’épuration d’Auriol – Saint-Zacharie sera agrandie, quelques kilomètres après la source de l’Huveaune. Tout le long des 53 km de berges, des aménagements seront réalisés pour assurer le bon développement des animaux et végétaux qui permettent à la nature de fonctionner normalement.

Le ruisseau des Aygalades n’est pas épargné lui non plus. Il sera restauré dans le cadre de l’opération Euroméditerranée 2.

rejet-mer-emissaire-cortiou-cassis
Les rejets polluants en mer © Agam

Limiter un maximum que les eaux de pluies polluées finissent dans la mer

Le phénomène est très spécifique à Marseille, à cause de son relief très fort et de sa proximité immédiate avec la mer : lors des fortes pluies, l’eau dévale les rues et les trottoirs et emporte tout sur son passage… Que ce soit les déchets mais aussi la la pollution non visible comme les rejets des pots d’échappement qui « huilent » les routes, l’eau qui dévale de la ville vers la mer est chargée de mauvaises choses.

Pour lutter contre ce phénomène et retenir les eaux polluées en ville afin de les traiter avant de les rejeter dans la nature, MPM a misé sur la construction de nombreux bassins de rétention. Pour en savoir plus, nous y avons consacré un reportage il y a quelques semaines nommé : « Gouverner c’est prévoir » Comment MPM s’y prend pour lutter contre les inondations ?

Impliquer les habitants en sensibilisant les plus jeunes

C’est l’une des clés de la réussite de notre territoire pour les années à venir : sensibiliser les jeunes à la préservation de l’environnement pour qu’ils éduquent eux mêmes les générations futures.

Pour cela par exemple, le Pays d’Aubagne et de l’Etoile et MPM ont travaillé ensemble et ils prévoient de réaménager les berges de l’Huveaune afin d’y installer des parcours pédagogiques destinés à apprendre aux habitants les enjeux de la préservation d’un fleuve qui a fait l’histoire de leur territoire.

Dépolluer les sites industriels à l’Estaque et au sud de Marseille

L’un des gros danger écologique de notre territoire se trouve sur ces sites industriels de Marseille, abandonnés ou non et qui continuent à polluer nos sols.

Au nord, les grandes friches de l’Estaque / Les Riaux présentent des pollutions minérales (arsenic) et organiques (hydrocarbures et matières chlorées) sur le site et dans les sédiments marins du port de la Lave en contrebas (arsenic).

Pour arrêter de processus, fin 2011, l’État a décidé d’allouer des moyens financiers à l’ADEME pour concrétiser la dépollution des sites. Les objectifs visés sont de couper les voies de transfert des polluants (envols au vent, ruissellement) et les voies d’exposition des personnes (risque d’ingestion, d’inhalation de poussières contaminées). Si le maître d’œuvre a été choisi en 2012, des études ont été menées mais le projet reste à être lancé.

ruine-usine-plomb-escalette-calanques
Friches industrielles dans les Calanques

Au sud, depuis 1966, 30 millions de m3 de boues rouges ont été déversés dans la fosse de la Cassidaigne, au large de Cassis. Ces boues sont des résidus de traitement de la bauxite produits par Rio Tinto (Gardanne). Depuis 2009, le rejet est limité à 180000 m3 /an, avec un arrêt des déversements prévu en 2020. Des études sont en cours pour examiner les solutions de devenir des eaux industrielles, une des hypothèses étant toujours le rejet en mer. Un dossier réglementaire d’autorisation est en cours d’instruction. Des investissements importants ont été réalisés pour l’achat de « filtres presses » afin de limiter les rejets de matières en suspension. Retrouvez notre reportage sur ce sujet ici

usine-alteo-gardanne-boue-rouge
L’usine d’alumine de Gardanne

Générer de l’énergie verte grâce à la mer 

À l’avenir, les eaux littorales pourraient bien constituer une énergie renouvelable à fort potentiel sur le territoire, grâce à la thalassothermie. L’inertie thermique de la mer Méditerranée, associée à une pompe à chaleur, peut en effet être utilisée pour rafraîchir les bâtiments en été et les préchauffer en hiver. La faisabilité d’une « boucle à eau de mer » a été étudiée et démontrée en 2011 sur un périmètre englobant le périmètre d’extension d’Euroméditerranée :

action-reduction-pollution-contrat-baie
Les actions classées par thématiques © Agam

Réduire les pollutions issues des ports et des bateaux de plaisance

Cette action vise à intensifier la mise aux normes environnementales (démarche « Ports Propres˝) des ports de plaisance et réduire les pollutions toxiques.

L’opération globale portée par MPM intitulée « Opération Calypso » regroupe tous les travaux d’aménagements d’envergure tels que :

  • la protection des ports
  • la construction d’équipements nouveaux et la mise aux normes réglementaires
  • la modernisation des stations d’avitaillement, des aires de carénage
  • une meilleure gestion des déchets portuaires

Cette action concerne notamment les ports de plaisance de Carry-le-Rouet, de La Ciotat, du Frioul, de Sausset-les-Pins, des Goudes, du Grand Méjean, de La Madrague de Gignac, de La Madrague de Montredon, du Vallon des Auffes, du Vieux-Port de Marseille, de Sormiou et de la Pointe-Rouge.

calanque-port-miou-plage-port
Le port de la Calanque de Port-Miou

 

Commentaires Facebook

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE