Marseille Roller Derby : (presque) tous les coups sont permis !

Le roller derby est un peu plus qu’un sport. Entre folklore rock, féminisme et sport de haut niveau, cette discipline fait de plus en plus d’adeptes à Marseille. Initiation avec les joueuses du Marseille Roller Derby Club.

Elles s’appellent Fury, Slamouraï ou Françoise Satan et ont un look extravagant. Mais ne vous y trompez pas, ces filles à roulettes ne sont pas là que pour le fun. Le roller derby est aujourd’hui un sport à part entière. Démonstration ce dimanche 14 janvier au gymnase Gimon dans le 11 e arrondissement. Une rencontre « amicale » opposait les 2 équipes du club marseillais, les Mars Invaders et les Bloody Skulls.

Le sport dépasse le folklore

« À l’origine, le roller derby est un show à l’américaine né dans les années 1980, du genre catch et exclusivement féminin » explique Laurine, alias « Trublion », joueuse de l’équipe A et entraîneuse de la B. Tenues extravagantes inspirées de la culture punk, cascades spectaculaires et mises en scène, le phénomène est devenu un vecteur de la parole émancipatrice des femmes. Mais Laurine, ancienne hockeyeuse, s’est mise au roller derby avant tout pour le sport.

Aujourd’hui, c’est devenu un sport à part entière, de plus en plus mixte, je ne considère plus ça comme un phénomène féministe

tatouages roller derby
Casques décorés, tatouages, surnoms. Le folklore du roller derby

C’est vrai qu’on aperçoit quelques garçons sur la piste, ils ne sont pas encore assez pour faire tourner l’équipe masculine du club, les chapacans. Nolwenn, alias « La Teigne », la présidente du club confirme la dimension sportive de la discipline : « C’est très encadré, avec beaucoup de règles et une fédération française. Le folklore laisse peu à peu place au sport ». La présidente aimerait d’ailleurs que les collectivités prennent conscience du sérieux de ce sport, pour qu’elles aient enfin accès à un gymnase régulièrement.

Sport de contact !

Le but du jeu ? Une joueuse dans chaque équipe porte une étoile sur son casque. Elle doit dépasser les quatre « bloqueuses » adverses sur une piste circulaire pour marquer des points. Et le passage se fait souvent en force. « Elles n’ont pas le droit au coups avec les bras, mais le contact est autorisé » explique Bertrand, alias « Marcel Pignol« , avec sa tenue rayée d’arbitre. « C’est très physique et très stratégique, notre priorité est d’empêcher les joueurs de faire des fautes qui pourraient les mettre en danger. Il faut 7 arbitres en patins et 13 arbitres sans patins pour assurer un match de roller derby ! »

Marseille VS Aix ce weekend : un derby dans le roller derby

Ce weekend, les joueuse de l’équipe B marseillaise, les Mars Invaders, joueront contre les Amazones d’Aix-en-Provence. Le match se déroule à Nice pour le championnat N2, la seconde division de la discipline.

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE