Un Français invente la première bouteille 100% végétale et compostable !

Un Français invente la première bouteille 100% végétale et compostable !

Dans notre rubrique Inspiration, découvrez la « Vegan Bottle », une bouteille en plastique qui ne contient pas une seule goutte de pétrole. Au contraire même, elle est composée à 100% de végétal et peut ainsi être compostée ! Une innovation fabriquée en France et créée par Nicolas Moufflet, un ingénieur français.

Cela fait 20 ans que Nicolas Moufflet fait de la recherche sur des nouveaux matériaux susceptibles de remplacer les emballages pétrochimiques. Et depuis un an et demi, il a réussi à trouver la solution pour créer des bouteilles 100% végétal qu’il produit à Sainte, en Charente-Maritime : utiliser de la bagasse de canne à sucre. « La bagasse, c’est le déchet de la canne à sucre. De cela, on en fait des petits granulés qui permettent ensuite de réaliser des flacons et bouteilles », explique le spécialiste du flaconnage.

Les vegan bottles sont composées à 100% de matière végétale.

Objectif premier : composter les bouteilles

L’avantage de la Vegan Bottle, puisqu’elle ne contient pas de pétrole, est qu’elle est compostable une fois qu’elle arrive en fin de vie. « La bouteille va ainsi se dégrader dans une déchetterie de façon saine et n’entraînera aucune pollution car elle n’est composée d’aucune molécule chimique. Même perdue dans la nature, hors réseau de déchetterie traditionnelle, elle va se biodégrader », met en avant Nicolas Moufflet.

Le temps de compostage sera différent suivant l’endroit où se retrouve la bouteille. En moyenne, dans des conditions normales, 90% du flacon sera biodégradé au bout de six mois. Le compostage est d’ailleurs la fin de vie idéale selon Nicolas Moufflet même si ses bouteilles, à l’instar du verre, peuvent être recyclées à l’infini. « Aujourd’hui, seulement 25% des plastiques pétrochimiques sont recyclés. Le recyclage est très polluant. Nous, nous avons créé un produit unique au monde à partir de la bagasse de canne à sucre pour apporter une solution à la problématique de ces déchets plastiques », souligne l’ingénieur.

Les bouteilles sont transparentes de base, mais peuvent être colorées, toujours grâce à l’utilisation de matière végétale.

Créer une cohérence entre contenant et contenu

Là où certains industriels utilisent des bouteilles « mixtes », c’est-à-dire fabriquées à la fois à partir de pétrole et de matière végétale à hauteur de 20% ou 30%, la Vegan Bottle est, elle, 100% réalisée à partir de bagasse de canne à sucre. Cette dernière provient de zones tropicales humides où l’on peut trouver de la canne à sucre. Même le bouchon et l’étiquette des bouteilles sont biodégradables.

Pour apporter de la couleur aux flacons et un peu plus de design, là encore l’entreprise utilise des végétaux couplés à la bagasse de canne à sucre : noyaux, coquilles, céréales, bois, cacao, café… « Ça permet en plus à nos clients de proposer une cohérence entre leurs contenus et nos flacons. Par exemple, une bouteille fabriquée à partir de noyaux d’olive pour contenir de l’huile d’olive ou à base de cacao pour un produit au chocolat. Plus tard, j’aimerais aussi mettre du rhum dans les bouteilles de canne à sucre ! », confie Nicolas Moufflet. Seul produit sensible pour le moment : le vin. L’entreprise travaille actuellement afin de trouver des pistes pour que les vegan bottles puissent contenir du vin sur le long terme, contre environ un mois pour le moment.

2 millions de vegan bottles ont déjà été produites, un chiffre que Nicolas Moufflet, le créateur, compte bien développer davantage.

En un an, via son entreprise Lyspackaging créée en janvier 2015, 2 millions de vegan bottles ont déjà été produites. Un chiffre que son créateur modère lui-même. « 2 millions, cela peut paraître beaucoup, mais c’est en réalité assez faible dans le domaine de l’emballage. C’est un bon début et de plus en plus de personnes sont intéressées par nos flacons », précise-t-il. Aujourd’hui, la majorité des clients qui ont adopté la Vegan Bottle font partie de l’agroalimentaire. Et ce, malgré un prix plus élevé d’environ 30% par rapport aux contenants pétrochimiques. Une différence qui s’explique principalement par le prix de la matière première.

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE