Mélenchon à Marseille pour lancer sa candidature aux législatives

Crédits photos - Julia Zecconi

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France Insoumise, arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle à Marseille, est en déplacement aujourd’hui à Marseille pour lancer sa candidature aux élections législatives de juin prochain dans la 4e circonscription, c’est à dire l’hyper centre de Marseille.

Il s’est d’abord rendu à l’Hôtel de Ville, sur le Vieux-Port, pour rencontrer Jean-Claude Gaudin, maire (Les Républicains) de Marseille. Il a annoncé qu’il allait prendre un appartement dans Marseille, mais on ne sait pas encore où.

Ce déplacement arrive le lendemain de sa déclaration de candidature à Marseille. Le chef de file de la France Insoumise a fait le choix de la 4e circonscription, ce qui lui vaut les attaques de son adversaire, Patrick Mennucci (PS). Il affrontera également Solange Biaggi (LR) et Corinne Versini, porte parole du mouvement En Marche !.

La 4e circonscription comprend : 1er, 2e et 3e arrondissements ; partie du 5e arrondissement située à l’ouest d’une ligne définie depuis la limite du 4e arrondissement, par l’axe des voies ci-après : rue du Progrès, rue Benoît-Malon, rue Vitalis, rue Saint-Pierre jusqu’à la limite du 6e arrondissement ; partie du 6e arrondissement située à l’est d’une ligne définie par l’axe des voies ci-après, à partir de la limite du 1er arrondissement : rue de Rome, boulevard Louis-Salvator, rue des Bergers, rue de Lodi, boulevard Baille, jusqu’à la limite du 5e arrondissement.

Il aurait selon nos confrères du journal Le Monde, confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais.

« Je suis disposé à prendre la tête de notre mobilisation pour les élections législatives à Marseille », écrit le leader de La France insoumise, avant de préciser son point de chute : « Je compte me proposer dans la 4e circonscription, ce dont je me suis déjà entretenu avec les animateurs locaux. Mais j’ai besoin pour mener ce combat de l’appui de tous et de toutes dans toute la ville. »

De son côté Martine Vassal, présidente (LR) du conseil départemental et proche de Solange Biaggi a réagi durement contre la candidature de JLM à Marseille.

« Ce soir, nous apprenons avec consternation l’arrivée de Monsieur Mélenchon à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône. Le même Monsieur Mélenchon qui répand les idées de l’extrême gauche avec un calme effrayant. Je n’attaquerai jamais l’homme, mais je compte bien démasquer le vrai visage de son projet. L’agressivité des mots, la brutalité des idées, le mensonge d’un programme qui mènerait la France dans la faillite. Marseille, notre ville, notre cité, où nous vivons tous ensemble, ne mérite en aucun cas l’arrivée d’une idéologie extrémiste qui a ruiné des pays entiers, démoli l’esprit de conquête et de réussite, dressé les gens les uns contre les autres. Marseille ne doit pas être le théâtre de cette violence qu’on lui imposerait. Un nouveau combat politique s’ouvre donc aujourd’hui. Au nom des principes auxquels nous adhérons, le droit à la justice, au travail, à la sécurité, à la propriété, les démocrates que nous sommes doivent se lancer dans cette nouvelle bataille. Mélenchon c’est le chaos. Nous lui résisterons ! »

Une rumeur qui plane depuis la fin du premier tour

Invité sur BFM TV le 10 mai, Jean-Luc Mélenchon avait déclaré au micro de Jean-Jacques Bourdin qu’il serait « assez probable » qu’il soit candidat aux élections législatives à Marseille. La rumeur du parachutage du leader de La France Insoumise planait depuis déjà la fin du premier tour de l’élection présidentielle, où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu près de 25% des voix à Marseille.

Pour justifier sa candidature aux législatives, Jean-Luc Mélenchon a déclaré : « Les amis ont dit « Tu ne peux pas aller dire au gens nous repartons à la bataille, nous allons être majoritaires à l’élection législative et tout le monde y est sauf toi ». On m’a dit « ça ne tient pas debout », donc qu’il faut y aller« .

Pour autant, le leader de La France Insoumise a avoué avoir hésité. « Qui n’hésiterait pas ? Ça fait beaucoup de fatigue, je viens de finir une campagne, j’ai déjà donné une fois » en référence à sa candidature aux législatives de 2012 où il s’était présenté à Hénin-Beaumont. Il avait alors fini troisième (21,5%), derrière la frontiste Marine Le Pen (42%) et le socialiste Phillipe Kemel (23,5%).

Commentaires Facebook

3 COMMENTAIRES

  1. Parachutage ? Vous avez dit parachutage ? Un député est un député de la République et peut se présenter partout §
    Donc, JLM fait ce qu’il veut.
    Encore que, à la dernière conférence de presse de la France insoumise, à une question sur ce sujet, il a été répondu que rien n’était encore décidé.
    Je serais de vous, j’attendrais l’annonce par le porte parole ou JLM lui même de la candidature.

LAISSER UNE RÉPONSE