Sur scène, Christophe Alévêque et Thomas Piketti fêtent la Dette avec humour

Pour la quatrième année consécutive, Christophe Alévêque va présenter son spectacle « Le tour de la dette en 80 minutes » pour parler de l’économie actuelle. Et cette fois c’est à Marseille qu’il va se produire à l’occasion de la Fête de la Dette, le 2 juin prochain.

« Mettre une claque aux idées reçues », tel est l’objectif de Christophe Alévêque à travers la Fête de la Dette. Pour sa quatrième édition, l’événement prend place à Marseille, et plus précisément au Théâtre Toursky, après trois sessions parisiennes en 2014, 2015 et 2016. La soirée va s’articuler, comme à chaque fois, autour du spectacle écrit et orchestré par l’humoriste, qu’il met au goût du jour d’une année sur l’autre.

Sur scène, à ses côtés, des économistes (Gaël Giraud, Thomas Piketty, Éric Toussaint, Suzan George, Thomas Coutrot) et des invités du monde des médias, des psychologues, des sociologues, des artistes qui donneront leur point de vue sur l’économie. Un spectacle qui a pour but de décrypter ce domaine et cette question de la dette en utilisant l’humour.


C’EST QUOI LA FÊTE DE LA DETTE ? par Christophe… par fetedeladette

fete-dette-marseille-theatre-toursky
Après trois années à Paris, c’est à Marseille qu’aura lieu la Fête de la Dette, le 2 juin prochain.

Soirée humoristique mais aussi caritative

Si le sujet de cette Fête de la Dette est sérieux, la forme sera quant à elle festive et sur le ton de l’humour. « L’humour permet de capter plus longtemps l’intérêt des gens. On nous dit tellement souvent qu’on est en crise et que rien n’est possible qu’au bout d’un moment il faut en rire, sinon on explose », souligne Christophe Alévêque.

Le spectacle, qui a pour but de vulgariser le monde de l’économie afin qu’il devienne compréhensible aux oreilles de tous, sera suivi d’un bal mais aussi d’un temps pour présenter les solutions qui existent. Un « futur des solutions réalistes », grâce à l’association Pop Finance, pour que les gens se projettent dans le futur et pour montrer aussi qu’il « n’y a pas que des nuages, mais aussi des coins de ciel bleu » dans l’économie actuelle comme aime le mettre en avant l’humoriste.

Comme pour les éditions précédentes, l’intégralité des recettes sera reversée au Secours Populaire Français, association dont Christophe Alévêque est le parrain. Respectivement 13 000€, 15 230€ et 16 500€ ont été respectivement récoltés chaque année depuis la première Fête de la Dette.

fete-dette-secours-populaire
En 2016, l’événement a permis de récolter 16 500€ pour le Secours Populaire.

L’INTERVIEW

christophe-aleveque-humoristeMade in Marseille – Bonjour Christophe Alévêque. Cette quatrième Fête de la Dette va se passer à Marseille après trois ans à Paris. Pourquoi ce changement ?

Christophe Alévêque – Les trois premières éditions se sont passées au 104 à Paris qui est un lieu magnifique. Mais à un moment donné, il y en a marre du Parisianisme ! J’avais envie depuis très longtemps de le faire ailleurs car je suis un provincial et j’avais envie de montrer que tout ne se passe pas à Paris. On aimerait aussi aller à Bordeaux, Lille ou Lyon dans le futur, et c’est d’ailleurs en bonne voie pour Lyon.

Dès la première édition, 1 500 personnes ont répondu présentes. Comment expliquez-vous cet engouement ?

Les gens veulent apprivoiser ce sujet de l’économie et de la dette. Beaucoup pensaient que ça n’intéresserait personne, mais au contraire on voit que les gens en ont marre d’attendre le messie. On parle de comment fonctionne l’économie, de ce qu’est la dette, combien on doit, comment elle a augmenté, etc. Des choses assez simples en fait pour que celui qui soit hermétique ressorte en ayant compris le sujet. En mettant le côté absurde en avant pour apporter de la légèreté.

Pour quels sujets plus précisément par exemple ?

Pour les 3% (le déficit public annuel ne doit pas excéder les 3% du PIB, ndlr) qui ne viennent pas de mesures mathématiques mais de la décision d’une personne, du fait que l’on ne sache pas, pour deux tiers de la dette, à qui l’on doit le pognon, etc. Il y a aussi plein de choses positives et des avancées, notamment sur la fraude et l’évasion fiscale, qui seront abordées.

En cette période de campagne électorale, quel candidat porte le meilleur bagage pour expliquer cette question de la dette ?

Aucun ne l’explique correctement. Mais mon métier s’arrête à constater et à expliquer. Quant aux solutions, elles sont dans ces explications. Aujourd’hui, on n’est pas endetté parce que l’on dépense trop, mais parce qu’il n’y a pas assez d’argent qui rentre. C’est un constat qui permet d’entrevoir des solutions.


4eme-fete-dette-marseilleInformations pratiques

La Fête de la Dette
Vendredi 2 juin 2017
À partir de 19h30 au Théâtre Toursky
16 passage Léo Ferré, 13003 Marseille

Tarif spectacle + bal : 22€ | Réduit 18€
Tarif bal uniquement : 5€

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE