Alors que la grève des éboueurs impacte durement les Marseillais depuis près d’une semaine, la Métropole organisait un point presse cet après-midi, suite aux dernières négociations menées avec les syndicats dans la journée.

Roland Mouren, vice-président de la Métropole délégué à la propreté et aux déchets, est revenu sur le bras de fer parti pour durer, engagé par les agents en charge de la collecte des ordures ménagères, menés par les syndicats CGT et FO. En cause : l’augmentation du temps de travail rendue obligatoire par la loi de transformation de la fonction publique territoriale, qui impose le passage au 35 heures/semaine à tous les services au 1er janvier 2022.

, La Métropole propose des contreparties aux agents pour arrêter la grève des poubelles, Made in Marseille
Roland Mouren au siège de la Métropole cet après-midi

Concrètement, cette réforme doit obliger chaque agent de la fonction publique à travailler 1 607 heures par an. Aujourd’hui, les agents métropolitains en charge de la collecte des déchets travaillent en moyenne 1 486 heures par an. La Métropole a tenté une négociation mi-septembre en proposant un total de 1 530 heures annuel, soit une remise de 5 % du temps de travail, pour prendre en considération la pénibilité de leurs missions. Une main tendue qui ne satisfait pas les syndicats.

Des responsables de la collectivité ont rencontré à nouveau les syndicats aujourd’hui. Et s’il n’est pas question pour la Métropole de revenir sur sa proposition des 1 530 heures, d’autres pistes ont été évoquées pour tenter des négociations et mettre fin à la grève. Parmi elles, l’ouverture d’un compte épargne temps, des formations sur la qualité de vie au travail, mais surtout la possibilité d’avoir neuf jours de repos supplémentaires par an.

« En plus de reconnaître la pénibilité de ces métiers, avec une réduction du temps de travail de 5%, nous avons construit de nouveaux cycles de travail générant 9 jours de repos par an et l’ouverture de comptes épargne-temps. (…) Des formations sont proposées pour adopter les bonnes pratiques réduisant les accidents pendant la collecte, d’autres permettant la déprécarisation en devenant titulaires dans la fonction publique, ainsi qu’un accompagnement à la reconversion » a annoncé Roland Mouren pendant la conférence de presse.

, La Métropole propose des contreparties aux agents pour arrêter la grève des poubelles, Made in Marseille
L’ensemble des arrondissements de Marseille est impacté par la grève © L.E. / made in marseille

A l’heure actuelle, les syndicats ne se sont toujours pas exprimés sur ces dernières propositions. D’autant que le ton s’était durcit depuis le début de la semaine, avec l’entrée en grève du syndicat majoritaire FO, qui touche désormais tous les arrondissements de Marseille. De son côté, la CGT dénonçait ce matin une entrave au droit de grève, après la mise en place de trentaines de bennes à Istres et Marseille pour éviter le débordement des poubelles et faciliter la vie des habitants.

A lire aussi

 

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !