En visite à Marseille après un été marqué par les règlements de comptes, Emmanuel Macron annonce la création d’un hôtel de police pour la ville, d’un nouveau commissariat, et accélère l’arrivée des renforts policiers.

Le Président de la République, Emmanuel Macon, est arrivé à Marseille ce mercredi pour un marathon qui se poursuivra jusqu’à vendredi 3 septembre avec le lancement du Congrès mondial de la nature de l’UICN. Trois jours et un programme chargé pour décliner une série de mesures et d’aides pour la cité phocéenne.

Après une réunion en mairie avec Benoît Payan et des personnalités politiques locales, sa première journée marseillaise s’est déroulée sur le thème de la sécurité, avec un passage à la cité Bassens dans le 15e arrondissement, et une revue d’effectifs au commissariat de la Division Nord.

Une priorité dictée par l’actualité. Douze règlements de compte mortels ont eu lieu cet été à Marseille, sur les quinze comptabilisés en 2021, la plupart sur fond de trafic de stupéfiants. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait déjà annoncé le renfort de 300 policiers sur trois ans à Marseille, dont 100 sont déjà arrivés. Le maire de Marseille, Benoît Payan, juge qu’il en faudrait « 800 supplémentaires ».

Si le Président n’entend pas pour l’instant aller jusque-là, il met un coup d’accélérateur aux annonces de son ministre de l’Intérieur pour que les 200 agents supplémentaires arrivent « dès 2022 ».

150 millions d’euros pour un nouvel hôtel de police

Devant les effectifs du commissariat Nord, Emmanuel Macron a annoncé un financement de l’État de 150 millions d’euros pour la création d’un nouvel hôtel de police. Un nouveau commissariat sera également créé « conjointement avec la Ville pour les 13ème et 14ème arrondissements », a précisé Yannick Ohanessian, adjoint au maire de Marseille en charge de la tranquillité publique, « pour un coût de 8 à 9 millions d’euros. Tout cela est déjà dans les tuyaux, nous avons identifié le foncier, et cela devrait se faire rapidement », a assuré l’élu marseillais, en accueillant « favorablement » ces premières annonces du Président.

500 caméras dans les quartiers Nord et 220 véhicules renouvelés

Alors que la visite présidentielle dans la cité Bassens n’a pas manqué de soulever les carences en sécurité et en services publics dans le nord de la ville, Emmanuel Macron « propose de financer 500 caméras » de vidéosurveillance dans ce secteur de la cité phocéenne, alors que les 1 600 caméras sont principalement concentrées au sud et au centre-ville.

Une nécessité « pour la sécurité de nos concitoyens » estime Rudy Manna, secrétaire départemental du syndicat de police Alliance dans les Bouches-du-Rhône : « une affaire sur deux est résolue grâce aux caméras », assure-t-il.

Enfin, côté équipement, Emmanuel Macron a annoncé que « 220 véhicules seront renouvelés l’année prochaine » pour la police marseillaise.

Des renforts pour la justice également ?

« Il y a un manque dans la justice à Marseille, dans la réponse pénale », a lancé le représentant syndical Rudy Manna. Sur France info, le maire de Marseille attendait de l’État qu’il crée « un parquet spécial à Marseille » ou du moins renforce la justice « sous-dotée » dans la cité phocéenne. Notamment concernant le nombre de procureurs et de juges d’instruction.

La semaine dernière, le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, annonçait des renforts au parquet de Marseille. « Il y aura, d’ici le mois de septembre, dans les jours qui arrivent, onze magistrats qui seront à pied d’œuvre », confiait-il à la presse. La visite présidentielle devrait préciser cela ces prochains jours.

Bouton retour en haut de la page

Ne ratez rien de l'actualité
marseillaise avec notre
newsletter gratuite.

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine
les meilleurs articles de Made in Marseille