À la suite d’un comité national d’engagement, l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) confirme sa volonté de développer des projets marseillais. 300 millions d’euros sont engagés pour trois premiers programmes de la nouvelle phase de l’Anru, soit l’équivalent du financement déployé sur l’acte 1 qui concernait 14 projets, qui ne sont pas encore achevés.

Comme nous l’annoncions il y a quelques jours, les élus de la Métropole Aix-Marseille Provence et de la Ville de Marseille ont fait un point d’avancement des chantiers de renouvellement urbain dans la cité phocéenne, à l’occasion d’un comité national d’engagement à l’Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru).

L’occasion également de défendre des projets et présenter les nouvelles ambitions, notamment en matière de construction de logements sociaux et d’équipements publics « pour améliorer de façon très significative le cadre de vie des habitants ».

Des financements complémentaires avant la fin de l’année

À la suite de cette réunion qui a eu lieu jeudi 22 avril, l’État confirme sa volonté de continuer à soutenir les projets marseillais, et que 300 millions d’euros de financements de l’Agence nationale pour la rénovation sont acquis, « soit une participation équivalente au soutien apporté sur l’ensemble du premier programme de rénovation urbaine de Marseille ». En effet, ces 300 millions sont engagés sur trois premiers programmes, soit autant que les 14 projets du premiers programmes lancés il y a 15 ans et qui ne sont pas encore tous achevés.

« Avant la fin de l’année seront attribués des financements complémentaires sur d’autres quartiers concernés », précise un communiqué de presse de la Préfecture des Bouches-du-Rhône.

Elle précise que ces fonds doivent permettre de transformer « en profondeur les quartiers prioritaires de Marseille : renouveler le parc de logements sociaux, intervenir sur les grandes copropriétés dégradées, améliorer les espaces publics et les équipements de proximité ».

31 millions d’euros pour une centaine d’équipements publics

Dans cette perspective, la Ville de Marseille et la Métropole Aix-Marseille-Provence ont présenté une centaine d’équipements publics marseillais (écoles, centres sociaux, équipements sportifs et culturels, espaces verts et parcs) qui nécessitent des interventions.

Sur ces équipements publics, l’Anru a déjà accordé un financement de 31 millions d’euros. « Cette enveloppe sera rapidement revue à la hausse lors de l’examen de l’ensemble des projets en cours d’élaboration », annonce l’État, qui juge « indispensable » ce soutien à Marseille.

, L’Anru confirme sa volonté de transformer en profondeur les quartiers prioritaires de Marseille, Made in Marseille
Quartier de La Busserine (14e).

Dans le cadre de l’Anru 1 déployé ces 15 dernières années, ont entre autres été réalisés : la démolition et la reconstruction de 3 200 logements sociaux, la réhabilitation d’environ 7 000 logements, ou encore l’amélioration et la création de plus de 60 équipements de proximité.

En amont de cette rencontre avec l’Anru, les élus de la majorité municipale marseillaise s’étaient rendus dans le quartier de La Busserine qui fait partie du premier programme de rénovation. Une visite à laquelle était conviée la Métropole pour marquer la détermination commune des deux collectivités à accélérer ces projets de rénovation urbaine en allant notamment décrocher des fonds.

À relire

, L’Anru confirme sa volonté de transformer en profondeur les quartiers prioritaires de Marseille, Made in Marseille
La Ville de Marseille veut mettre un coup d’accélérateur aux projets de rénovation urbaine
Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !