En septembre, l’association l’Incassable lancera officiellement son réseau de consigne de verre au sein de la métropole Aix-Marseille Provence. 5 brasseries locales et 11 magasins de distribution participent déjà au projet. D’autres devraient suivre prochainement.

En août dernier, nous vous parlions de l’association Écoscience et de son projet “Consigne de Provence” visant à développer le réemploi des bouteilles en verre dans la région. En avril 2021, une nouvelle initiative venait joindre ses forces à cette action grandissante, cette fois à Marseille : voici l’Incassable.

« C’était une aberration que la consigne des bouteilles ait disparu en France. Après quelques recherches, on s’est rendu compte que tout un réseau d’acteurs se fédérait localement et œuvrait pour le retour de la consigne. Comme il n’y avait pas de projet à Marseille, nous nous sommes lancés », nous confiait alors Camille Chanson, présidente de l’association l’Incassable.

Ce projet, soutenu par la Métropole Aix-Marseille Provence et lauréat de l’appel à manifestation d’intérêt lancé par l’Ademe et Citéo pour développer des dispositifs de réemploi de verre, a pour objectif de réhabiliter la consigne de contenants alimentaires en région marseillaise. « Il s’inscrit dans un contexte politique favorable puisque la loi anti-gaspillage, votée en janvier 2020, acte la fin progressive de tous les emballages plastique à usage unique et vise les 5% d’emballages issus du réemploi sur la totalité des emballages mis sur le marché en France en 2023 », continue-t-elle.

[Archive INA : Pourquoi avons-nous abandonné le verre consigné ?]

Il y a 40 ans déjà, l’OCDE préconisait un retour à la…

Publiée par L’Incassable sur Jeudi 1 avril 2021

Lancement officiel à la rentrée 2021

À cette époque, l’Incassable a, dans un premier temps, lancé l’expérimentation auprès de plusieurs brasseries locales à l’échelle de la métropole Aix-Marseille Provence. Parmi elles, la Bière de la Plaine (6e), Zoumaï (6e) ou encore la Brasserie artisanale de Provence, basée à Rousset. Les premières bouteilles sont arrivées sur le marché au mois de juin.

Aujourd’hui, 5 brasseries et 11 magasins comme V&B, la Cane-Bière, Biocoop ou encore Fietje participent au projet consigne de verre et sont recensés sur la carte interactive du site internet l’Incassable. « La plupart sont déjà opérationnels et les autres le seront très prochainement », nous confie Camille. Le lancement officiel du réseau se fera à la rentrée 2021.

Pour le moment, l’Incassable ne compte pas imposer de consigne monétaire et il reviendra à chaque point de vente d’en appliquer une ou non. « Cela nous permettra aussi de tester différentes formes de gratification, déterminer ce qui marche le mieux », précise la présidente de l’association.

, L’Incassable organise le retour de la consigne de verre à Marseille, Made in Marseille

Ouverture d’un site de lavage pilote en octobre prochain

En parallèle, l’ambition de l’Incassable est de mener une opération sur le réemploi et le lavage de fûts de bière en inox. Plus tard, elle espère ouvrir cette opération à d’autres types de contenants comme des bocaux, des éco-cups mais aussi des bouteilles de vin, de jus de fruits… « On échange actuellement avec Écoscience Provence [association à caractère scientifique pour la préservation de l’environnement, située dans le Var, ndlr]. Il y a des complémentarités intéressantes au niveau de leur territoire : ils ont beaucoup de producteurs de vins, et nous de brasseurs. On va essayer de travailler avec eux pour mutualiser les efforts de construction de la filière Sud. Le travail est tellement grand, deux acteurs ne sont pas de trop », appuie Camille.

Un premier site de lavage pilote devrait ouvrir ses portes en octobre dans la région marseillaise et un schéma logistique de collecte devrait être mis en place avec les partenaires du projet. À terme, cette opération vise à « valider la viabilité environnementale et économique du projet » dans le but de l’étendre.

Le plus grand enjeu de cette expérimentation reste cependant de « sensibiliser et mobiliser les consommateurs autour de cette notion de réemploi » puisqu’ils sont, après tout, un élément clé de sa réussite. L’objectif est d’atteindre les 10 000 bouteilles collectées, lavées et 4 000 fûts en inox réemployés en un an.

Retrouvez les professionnels qui œuvrent au développement du réemploi des emballages en France sur le Réseau Consigne.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !