Les travaux d’électrification pour le branchement des navires en escale se poursuivent. Ils permettent déjà de brancher simultanément quatre bateaux qui assurent la liaison avec la Corse. En 2023, l’ensemble des ferries devraient être connectés.

Faire de Marseille-Fos le premier port 100 % électrique de France d’ici à 2025. Tel est l’objectif à atteindre pour lutter contre les fumées de navires en escale. Avec plus de rotations, plus de proximité immédiate avec la ville, et des bateaux plus imposants… les moteurs de navires en escale dans la cité phocéenne sont responsables de 40% des émissions totales d’oxyde d’azote, 32 % d’oxyde de soufre et 15 % de particules fines.

Face aux dangers liés à cette pollution atmosphérique, le Grand Port Maritime de Marseille a amorcé une transition écologique et énergétique en 2017, avec un investissement de 20 millions d’euros pour connecter électriquement les navires à ses quais.

Pour réduire les émissions de CO2, dans le cadre de sa « Cop d’avance », la région Sud a déployé un plan baptisé « Escale Zéro fumée » et mobilisé 30 millions d’euros (de financements régionaux et européens) qui doivent s’étaler jusqu’à 2025 pour l’électrification de ses trois ports : Marseille, Toulon et Nice.

À lire aussi

, Faire de Marseille-Fos le premier port 100% électrique de France d’ici à 2025, Made in Marseille
« Escales zéro fumée », pour un transport maritime plus vert en Méditerranée

« Un raccordement inédit en France »

La Méridionale a été la première compagnie maritime à raccorder ses navires en 2017, suivie par trois des ferries de Corsica Linea. Aujourd’hui, jusqu’à quatre ferries assurent la liaison avec la Corse, peuvent être branchés simultanément grâce à ces installations. « Un raccordement inédit en France », assure Enedis, gestionnaire du réseau de distribution électrique du GPMM. « La fourniture actuelle au port de Marseille est de 12 mégawatts et les travaux que nous menons vont permettre d’atteindre rapidement 50 mégawatts ».

Les travaux de raccordement au réseau public suivent leur cours. À terme, la plateforme devrait doubler ses capacités électriques pour permettre « à plus de bateaux d’utiliser l’électricité du réseau de distribution ». La capacité est actuellement de 20 MW et devrait atteindre 70 MW, soit la consommation de plus de 10 000 foyers.

Selon le calendrier prévu, les prochaines étapes concernent le branchement de l’ensemble des ferries vers le Maghreb, puis en 2023 le terminal croisière.

Par ailleurs, le GPMM a déposé un dossier Feder [fonds européens de développement régional, ndlr] à hauteur de 4,88 millions d’euros pour amener l’électrique au Cap Janet. Ainsi, les liaisons internationales du port de Marseille devraient, elles aussi, être connectées au Cap Janet dès la fin des travaux. La mise en service est prévue fin 2022.

A lire aussi

, Faire de Marseille-Fos le premier port 100% électrique de France d’ici à 2025, Made in Marseille
En images – Coup d’envoi du chantier de la future gare maritime du Cap Janet cet été © GPMM

Connexion des bateaux de croisière à l’horizon 2025

« Les fonds Feder permettront de boucler le plan de financement avec l’aide du Département et de l’État via le plan de relance », a souligné à ce titre Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, lors de la visite du site. « C’est pourquoi je souhaite ouvrir ces financements aux armateurs étrangers. À Tunis, à Alger, partout en Méditerranée, les grands ports du bassin se penchent sur nos trois grandes villes portuaires pour y transporter le modèle ».

Des crédits sont d’ores et déjà inscrits dans le cadre du Contrat d’avenir pour la connexion de bateaux de croisière à l’horizon 2025. Trois millions d’euros ont été « sécurisés » pour fin 2022. Pour aller plus loin, la Région entend accompagner les armateurs dans les équipements de leurs navires.

Le soutien de la collectivité a permis de tester un filtre à particules innovant sur le navire Piana de la Corsica Linea. Il permettra d’ici au printemps 2022 au navire de réduire ses émissions lors de ses phases de connexions électriques à quai, et au moment des manœuvres de démarrage, alors que la pollution est maximale.

La signature, vendredi 16 avril, de la convention « Sud connect ENR », entre la Région Sud et Enedis, marque leur engagement commun dans le développement des énergies renouvelables.

A relire

, Faire de Marseille-Fos le premier port 100% électrique de France d’ici à 2025, Made in Marseille
Le port de Marseille-Fos poursuit sa mutation verte
Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !