Un préambule numérique du « Fabuleux Musée » est mis en ligne ce samedi 14 novembre, à 18 heures, à l’occasion de la Nuit européenne des musées. De quoi plonger, ces prochaines semaines, en famille ou en classe, dans l’univers singulier de ce musée dont vous êtes le héros. Un espace pas comme les autres créé par La Fabulerie, au cœur du quartier de Noailles, à Marseille.

Escape game, théâtre immersif, musée numérique… Il n’est pas aisé de désigner l’ovni culturel qui vient de naître dans la cité phocéenne, mais une chose est sûre, le « Fabuleux Musée » est le résultat d’une aventure collective et constitue une porte ouverte et ludique sur la richesse du patrimoine culturel de Marseille et sa région, parfois méconnue.

Pour comprendre la genèse du « Fabuleux Musée », il faut plonger dans l’histoire de La Fabulerie. Cette petite fabrique collective de tous les possibles est installée 10, boulevard Garibaldi au cœur du quartier de Noailles, sous la verrière classée d’un ancien hôtel emblématique de Marseille : l’hôtel Astoria. Son premier étage a été transformé en résidence sociale accueillant étudiants, personnes en situation d’urgence, femmes avec enfants, délogés de la rue d’Aubagne, fonctionnaires de police…

Il était une fois La Fabulerie

Depuis maintenant dix ans, dans cet espace se conjuguent différentes activités. Tous les jours de la semaine, le public peut y prendre un café ; déjeuner à la cantine végétale et locale, pilotée par un duo de chefs passionnés ; se former au numérique, découvrir la scène culturelle locale qui y a installé le foyer de ses festivals (FID, Avec le temps…). « Quand on passe la porte de La Fabulerie, on sait d’avance que l’expérience sera au rendez-vous », confie avec enthousiasme, la directrice des lieux, Axelle Benaich.

Développeurs, designers, artistes, start-up, structures socio-éducatives… Aujourd’hui, le tiers-lieu rassemble plus de 500 fabuleuses et fabuleux.

Labellisée le mois dernier « Fabriques des territoires » par le ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, La Fabulerie s’est donné pour mission de mettre l’imagination au pouvoir et accompagner les jeunes générations à s’intéresser à leur avenir. Prendre leur destin en main.

 « À travers son laboratoire d’idées et de pratiques, La Fabulerie questionne et accompagne la transformation des lieux du savoir et de l’éducation en mêlant l’expertise des jeunes et celles des professionnels qui les accompagnent au quotidien, poursuit la directrice. Ensemble, ils ont, par exemple, revisité les usages en bibliothèque, repensé le rôle du CDI en collège, imaginé l’habitat de demain, mis en scène la ville de leurs rêves ». Pour passer de l’idée au projet, ils s’appuient sur le design social, la créativité et le numérique.

Lorsque les jeunes de quartiers populaires (dé)jouent l’Histoire !

Après avoir mis en œuvre, au sein d’une dizaine de musées de la région, des expositions numériques, immersives et interactives, La Fabulerie a décidé d’aller encore plus loin, en installant dans ce tiers-lieux, un musée pas comme les autres.

« Un musée comme celui-ci est assez inédit » confie avec enthousiasme, Roseline Faliph, la facilitatrice de projets de La Fabulerie. « On est clairement les premiers en France à faire ça ! », ajoute Gabriel Radakovicth, l’infographiste.

, Immersif, numérique et inclusif, découvrez le « Fabuleux Musée » de Marseille, Made in Marseille

Ce projet a été imaginé avec la complicité de jeunes issus des quartiers prioritaires de Marseille, via l’initiative « Dé(Jouons) l’Histoire ! », et grâce à la dynamique des cités éducatives de la ville. « Enrichi et mis en œuvre par une équipe pluridisciplinaire, le Fabuleux Musée a été tricoté avec l’apport de différentes expertises numériques, scientifiques et créatives », poursuit Axelle Benaich.

Destiné aux moins de 25 ans, le « Fabuleux Musée » propose aux jeunes générations une expérience interactive unique. Sa vocation première est de leur permettre d’explorer des fonds culturels et scientifiques, parfois peu accessibles, à leur âge, « développer leur curiosité et leur esprit de coopération », en privilégiant l’immersion et le jeu.

Ainsi, le long du parcours, les enfants et adolescents (de la grande section de maternelle à la 3e) pourront découvrir des œuvres de différentes époques et par la même occasion de la création artistique, le tout à travers l’univers numérique, « au cœur de l’expérience ».

Et pour capter leur attention, rien de tel qu’une histoire animée par de véritables personnages, et rythmée par des énigmes. Une sorte d’escape game, culturel, sociétal et environnemental, puisque cette année la thématique retenue est liée aux changements climatiques.

Edith, l’exploratrice et sa quête de l’amulette du climat

Une fois sur place, les enfants sont accueillis par Louis, le concierge de l’hôtel, pour partir à la recherche d’Édith Labruyère, un personnage fictif, disparu lors d’un déluge. L’exploratrice du monde et des forêts a passé toute sa vie à chercher une mystérieuse amulette qui permet de rétablir l’équilibre environnemental. S’ouvre ainsi l’aventure de « l’Amulette du Climat ».

« Ils sont séparés en cinq petits groupes autour de mallettes pour résoudre des énigmes sur Marseille et son histoire, explique Axelle Benaich. Chaque action des enfants va leur permettre de trouver une bonne combinaison de clé qui leur permet d’avancer dans l’histoire par la projection immersive ».

, Immersif, numérique et inclusif, découvrez le « Fabuleux Musée » de Marseille, Made in Marseille

Ainsi, ils plongent dans le Marseille de 1900, qu’ils voient s’animer à travers une fenêtre, découvrent des édifices disparus prendre forme sur les murs, à l’instar du pont transbordeur, ou encore des dirigeables. Tout le décor est lui aussi interactif.

Les projections murales sont accompagnées de sons d’époque ou d’ambiance émanant de chaque coin de la salle pour plus de réalisme. « Par un simple geste des enfants, les projecteurs illuminent la pièce et déclenchent toute la scène immersive. Le but est de leur donner le pouvoir », explique Théo Radokovicth, référent technique et numérique.

, Immersif, numérique et inclusif, découvrez le « Fabuleux Musée » de Marseille, Made in Marseille
Début du XXème siècle (après 1905). Vue générale de l’entrée du Vieux-Port et du pont à transbordeur ; bateaux ; le fort Saint-Jean et le quartier Saint-Jean à l’arrière plan. Archives municipales, Marseille.

C’est dans cette ambiance qu’ils remontent jusqu’au jour du déluge, où Édith a disparu. « Ils peuvent découvrir son laboratoire, où on y trouve une carte aussi interactive sur laquelle on peut retracer le parcours de l’exploratrice durant sa quête à la recherche de l’amulette ».

Il y a un vieux téléphone aussi. En décrochant le combiné, on peut entendre la voix de commerçants et des sons d’antan comme ceux émanant du Père Blaize ou la quincaillerie l’Empereur.

, Immersif, numérique et inclusif, découvrez le « Fabuleux Musée » de Marseille, Made in Marseille

« Édit apparaît d’ailleurs de temps à autre. Et chaque fois que les jeunes donnent une bonne réponse à une énigme, cela leur donne un code qui ouvre une malle, à l’intérieur de laquelle se trouve une pierre ». Et lorsque toutes les pierres sont réunies, pour former l’amulette, la forêt si sombre et malade dans laquelle ils se trouvent se métamorphose soudain en forêt luxuriante « où tout va bien ».

, Immersif, numérique et inclusif, découvrez le « Fabuleux Musée » de Marseille, Made in Marseille

 

Une passerelle vers les autres musées de la ville

Ce musée nouvelle génération constitue une passerelle vers d’autres musées de la Ville. Car cette initiative, qui répond également à une demande de la Ville de Marseille, permet de valoriser les fonds des institutions culturelles marseillaises comme ceux des Archives municipales, du Musée d’Histoire, du Museum d’Histoire naturelle et du Conservatoire.

Et même d’organisations internationales qui ont fait le choix de prendre le train de “l’Open Data” et de “l’Open Content”, qui met à disposition gratuitement et sans restriction des reproductions numériques d’œuvres des musées.

, Immersif, numérique et inclusif, découvrez le « Fabuleux Musée » de Marseille, Made in Marseille
Ascenseur Notre Dame de la Garde. Imprimerie marseillaise (1908). Musée des Photographies Documentaires de Provence, Bibliothèque municipale, Marseille.

La cible reste clairement la jeunesse, dont l’image d’un musée traditionnel est souvent péjorative. « Tous les professeurs rencontrent le même problème. Ils ont beaucoup de mal à mobiliser les enfants et surtout les ados pour aller à la bibliothèque ou au musée », reprend Roseline Faliph. À partir du moment où ils n’y vont plus dans le cadre scolaire, ils n’y vont plus du tout », ajoute-t-elle.

« Les enfants sont émerveillés quand ils découvrent notre univers numérique auquel ils n’avaient pas accès à l’école ou dans leurs activités extra-scolaires », poursuit Adelis Sacchi, en service civique à La Fabulerie. « Ils peuvent également faire le lien avec des métiers auxquels ils n’avaient jamais pensé comme par exemple designer numérique », précise Léna Desiles, la chargée de projet création numérique.

, Immersif, numérique et inclusif, découvrez le « Fabuleux Musée » de Marseille, Made in Marseille

De la posture réceptive à celle de créateur

La Fabulerie, qui a créé l’un des tous premiers fablabs de la région, a choisi d’orienter son espace de fabrication numérique (équipé de découpe laser, thermoformeuse, casque de réalité virtuelle, électronique simplifiée, scanner et projecteur mapping) autour de la créativité numérique des enfants et des adolescents.

L’occasion pour les jeunes générations de passer de la posture souvent réceptive à une posture de créateur.  « Les appareils mobiles à la portée de tous ont apporté du contenu à chaque instant de notre vie et les médias sociaux ont brisé la vieille distinction entre le public et le créateur. Bercés par ces outils informatiques dès l’enfance, les digital natives savent se servir d’Internet, des smartphones et des ordinateurs dès le plus jeune âge. Pour les 13-25 ans d’aujourd’hui, cela s’accélère ! 83 sms/jour, en moyenne, 5h30 sur les médias interactifs, analyse Axelle.

Internet n’est plus derrière un écran d’ordinateur, c’est la façon dont ils vivent leur vie. La fracture n’est pas numérique ou technique, elle est générationnelle ! Il faut s’approprier ce nouveau langage et accompagner cette génération à tirer parti de ces nouvelles ressources pour enrichir leurs compétences sociales, stimuler leur empathie, leur capacité de création, d’innovation qui leur permettront sans doute de résoudre, par eux-mêmes, les grands défis qui les attendent ! ».

Les Ludobox en attendant l’ouverture officielle le 14 janvier 2021

En préambule de l’ouverture officielle prévue le 14 janvier 2021 et en attendant de pouvoir vivre l’aventure en famille ou y emmener les scolaires, l’expérience au Fabuleux Musée se prépare avec des activités, à vivre in situ au Fab Lab, en classe ou à la maison, via la mise en place de Ludobox, à découvrir sur le site.

Des mallettes pédagogiques imaginées avec la scénographe Cléo Duplan, éditrice de livres, qui propose chaque semaine une nouvelle activité pour découvrir la richesse des fonds des archives municipales de Marseille, et jouer, détourner, remixer ces nouvelles ressources. « C’était important pour nous de partir des créations numériques et de les rendre tangibles. Sortir de l’écran ses œuvres et les faire vivre. Cela permet aux enseignants d’aller plus loin et de leur montrer comment ils peuvent développer les expériences numériques avec leurs élèves », explique la directrice.

, Immersif, numérique et inclusif, découvrez le « Fabuleux Musée » de Marseille, Made in Marseille
Place Castellane [années 1890-1900] (avant 1911). Vue plongeante sur l’obélisque de la place Castellane ; le casino Eldorado ; l’animation de la rue ; les devantures des commerces et les façades des immeubles ; Notre-Dame de la Garde dans le lointain. Archives municipales – Marseille.

Lancement des Ludobox, ce samedi 14 novembre, à 18 heures à l’occasion de la Nuit européenne des musées. « La Fabulerie prête également des Ludobox numériques, contenant du petit matériel pour faire du bricolage numérique à la maison ou en classe, de façon guidée grâce à des tutoriels vidéo, libres de droits ».

, Immersif, numérique et inclusif, découvrez le « Fabuleux Musée » de Marseille, Made in Marseille
Egypte. Ghiseh. Les pyramides de Kephren. Le sphinx. Archives municipales, Marseille.

Des perspectives teintées d’une “Micro-Folie”

Par ailleurs, une extension des lieux est prévue. « Nous récupérons 300 m2 d’Habitat Marseille Provence, dans le courant du premier trimestre 2021, pour élargir le lieu à d’autres structures et la partie Fab-Lab », confie Axelle. L’objectif est également d’accueillir les Micro-Folies.

Il s’agit d’un dispositif de musée numérique qui valorise des œuvres issues de musées nationaux. Concrètement, ce sont les chefs-d’œuvres des collections des grands musées nationaux tels que le Louvre, le Musée d’Orsay, ou le Château de Versailles pour ne citer qu’eux, qui ont été numérisés en très haute définition. Une Micro-Folie permet donc d’apporter au plus près des citoyens ces chefs d’œuvres nationaux et même locaux.

C’est dire que la fabuleuse histoire de ce lieu n’a pas fini de s’écrire…


> Mise en ligne du préambule du Fabuleux Musée – 14 novembre 2020 à 18 heures, en clin d’oeil à la Nuit des Musées 
> Ouverture officielle – 14 janvier 2021 – 10 boulevard Garibaldi, 13001 Marseille. 
> Plus d’infos ici 
Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !