Depuis deux ans, le ciné-bistrot La Baleine met à l’honneur les produits locaux dans ses assiettes et une programmation variée de films sur grand écran. Cette semaine, il accueille le FID, festival international de cinéma, à l’occasion duquel il dévoile sa nouvelle carte et ses ambitions.

Tous les Marseillais le savent : flâner au Cours Julien fait partie des expériences indispensables pour connaître la ville et son âme. C’est d’ailleurs dans ce quartier urbain, poli par les graffitis des street artists, dynamique par son marché agricole et ses différents commerces, que s’installait il y a deux ans La Baleine, un ciné-bistrot unique en son genre dans la cité phocéenne. Discrète, l’adresse se dévoile en ayant franchi le pas de la porte, derrière laquelle s’étend un comptoir au style vintage et se dissimule une arrière-salle décorée avec soin par la Maison Honoré, dans une ambiance baroque et chic.

Ici, les Marseillais dégustent les plats du chef Alan Kloniecki, des créations originales aux saveurs méditerranéennes, profitant de la terrasse disposée à deux pas de la fontaine du Cours ; pour les cinéphiles, le petit cinéma comptant 90 places les accueille dès la fin de matinée pour découvrir des films indépendants, choisis minutieusement par le gérant de l’enseigne, Thomas Ordonneau, qui met un point d’honneur à satisfaire ses clients dans une démarche qualitative avant tout.

« Que ce soit dans les plats ou dans les films, nous recherchons la qualité, nous explique-t-il, revenant d’ailleurs sur le changement de cap survenu pendant le confinement. Avec la fermeture, nous avons dû nous adapter en proposant des plats à emporter par exemple. Mais surtout, nous avons fait le bilan de ce qui était en place et ce que nous voulions faire avec Alan. Nous sommes tous les deux exigeants et souhaitions offrir des nouveautés à nos clients, pour beaucoup des habitués qui nous soutiennent et dont les avis sont précieux, tout en gardant une grille tarifaire très abordable ».

Le festival du cinéma s’invite Cours Ju

Une transition culinaire qui tombe à pic alors que revient à Marseille le festival international de cinéma (FID) auquel participe l’enseigne pour cette deuxième année. Lancé il y a deux jours, le festival rassemble différents cinémas de la ville à travers une programmation de films Art et Essai. « En tant que producteur et distributeur de films, je me déplace dans de nombreux événements cinématographiques, et cet événement fait partie selon moi des plus grands du genre. C’est donc naturellement que nous l’accueillons dans son intégralité ; il permet aussi de donner de la visibilité à notre lieu d’accueil qui a reçu l’an dernier des cinéphiles étrangers des quatre coins du monde », souligne Thomas.

Pour le chef Alan, c’est l’occasion de tester les nouvelles recettes à la carte, des plats frais, travaillés avec des produits locaux et élaboré selon son envie. « En arrivant à La Baleine il y a un an, j’avais un challenge à relever, des preuves à faire. Aujourd’hui, grâce à l’équipe, j’ai une liberté dans mes créations, mais je prends du temps pour faire plaisir à nos clients qui sont de fidèles alliés, nous confie le jeune homme. Avec le FID, l’affluence est forcément plus grande et c’est le moment de faire découvrir nos nouveaux plats estivaux, inspirés de la cuisine méditerranéenne, avec beaucoup de fraîcheur. Je compte également continuer à faire des thématiques, en jouant de la relation ciné/bistrot. Un film coréen ou argentin ? Je m’adapte à lui dans l’assiette, çà crée une connivence ».

Vous pourrez donc trouver à la carte des poissons en tartare, un couscous revisité aux dates, pistaches et citron vert ou encore des salades d’été. Une invitation subtile au voyage et à la découverte des sens.

Le site internet par ici.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !