Les « patients Covid » ont déserté les hôpitaux à Marseille. À la Timone et à l’IHU, les urgentistes se réjouissent de la gestion de l’épidémie. Mais pas de retour au calme en vue avec le retour significatif des autres pathologies. Les médecins craignent un « effet rebond » et une crise sanitaire post-épidémie.

C’est un « calme après la tempête » qui règne à l’hôpital de la Timone et à l’IHU Méditerranée Infection, voisins et partenaires face à l’épidémie de Covid-19. L’établissement du désormais très célèbre et controversé Professeur Didier Raoult nous a habitué aux images de files d’attente imposantes ces derniers mois, avec ses dépistages massifs. Ce mercredi 3 juin, plus personne n’attend.

« On a fermé les circuits Covid depuis près de 15 jours », explique le chef des urgences de l’ensemble de l’AP-HM, Antoine Roch. « En termes de cas Covid, on est quasiment à zéro depuis une semaine. Même à l’IHU, les patients se comptent sur les doigts de la main. On est entrés dans une phase de gestion de l’épidémie à l’échelle du territoire, de détection, avec quelques petits clusters à surveiller ». 

La crise a été modérée ici, précise Marc Gainnier, chef du service de réanimation de la Timone : « On a eu le temps d’anticiper la vague dans la région, on était préparés. L’IHU a fait tampon sur les cas Covid, les détresses respiratoires, et le confinement a fait baisser drastiquement l’accidentologie ».

, À Marseille, les urgences se préparent à « une crise sanitaire post-Covid », Made in Marseille
Les files d’attentes ont été réorganisées à l’IHU durant la crise. Elles sont aujourd’hui désertes.

« On est content d’avoir connu et surmonté ça »

Urgentiste, Jérémy Bourenne confirme : « Nous n’avons jamais été saturés. On a de la chance d’être une grande structure à La Timone, avec un nombre de lits considérable. Il y a eu une organisation parfaite entre les différents services, on a pu enchaîner les ouvertures de lits, ce qui a permis que personne ne soit débordé ».

Le jeune médecin tire même du positif de la crise, pour l’expérience et la cohésion des équipes : « Tout le monde s’est donné, et on est content d’avoir surmonté ça. Ce sera sûrement la seule crise sanitaire de cette ampleur dans notre carrière », témoigne-t-il.

, À Marseille, les urgences se préparent à « une crise sanitaire post-Covid », Made in Marseille
Les ventilateurs sont retournés au placard. Ils ont pourtant manqué durant la crise en France.

Pourtant, le grand patron des urgences à Marseille, Antoine Roch, tempère l’enthousiasme : « On n’est pas dans une ambiance de reprise de souffle, c’est remonté en charge très vite. Car si les patients Covid ont déserté les services, on est déjà revenus à la situation identique à l’avant-crise aux urgences, en termes de chiffres et de typologie des patients ».

Au niveau du moral des troupes, Jérémy Bourenne explique « qu’il y a un contre-coup aussi, et la fatigue se fait sentir. On espère récupérer avec des congés cet été, mais on n’y croit pas trop… »

, À Marseille, les urgences se préparent à « une crise sanitaire post-Covid », Made in Marseille
Aux urgences de la Timone, la situation est redevenue ce qu’elle était avant l’épidémie.

Les prémices d’une « crise sanitaire post-Covid »

En effet, « tout le monde appréhende un rebond de pathologies en termes de décompensation de maladies chroniques ou de rebond de l’accidentologie », poursuit l’urgentiste.

« Il y a beaucoup de pathologies qui n’ont pas été détectées ou prises en charge durant la crise », reprend Antoine Roch. « Le retard ou l’absence de soins vont être source de nombreuses complications. Il va y avoir un reflux conséquent de patients aux urgences, c’est fatal ».

, À Marseille, les urgences se préparent à « une crise sanitaire post-Covid », Made in Marseille

Tout l’hôpital se prépare à un “effet rebond” important, notamment sur des pathologies qui ont été « mises en sommeil ». L’accidentologie routière, comme « les rixes » ont déjà fortement repris selon les médecins, qui anticipent une augmentation plus forte encore cet été. Pareil pour les urgences liées à la toxicomanie et l’alcoolémie. Dans les couloirs, il se murmure également qu’une potentielle canicule pourrait aggraver le tableau.

« Est-on au début d’une crise sanitaire post-Covid ? », se questionne Antoine Roch, « On le craint », poursuit le chef des urgences, devant Jérémy Bourenne, dont les espoirs de vacances estivales s’éloignent un peu plus.

, À Marseille, les urgences se préparent à « une crise sanitaire post-Covid », Made in Marseille
Un mouvement social hospitalier réclamait déjà des moyens supplémentaires avant la crise. Les revendications n’ont pas bougé.
Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !