C’est fait ! La commission nationale d’investiture qui s’est réunie aujourd’hui, a officiellement apporté son soutien à Yvon Berland, pour mener la liste LREM dans la deuxième ville de France.

Comme nous vous l’annoncions il y a quelques jours, la commission nationale d’investiture (CNI) de La République en marche a officiellement tranché en faveur d’Yvon Berland.

Ce médecin spécialiste en néphrologie, âgé de 68 ans, a été préféré au député LREM Saïd Ahamada, qui maintient sa candidature « quoi qu’il arrive », et au doyen de la faculté de droit Jean-Philippe Agresti, qui a accéléré le mouvement ces quinze derniers jours. « « Je me sens investi d’une grande responsabilité », confie ce soir le candidat, à l’issue de la CNI. On ne gagne rien, je suis uniquement mandaté pour représenter un grand nombre de personnes de la société civile pour cette élection. »

Yvon Berland a reçu le soutien et non une investiture du parti présidentiel lui permettant ainsi d’ouvrir à un large rassemblement. « C’est ce que je souhaitais, car si on veut rassembler, mettre une étiquette unique est réductrice, d’ailleurs, Jean-Marc Borello  [lors de sa mission à Marseille, ndlr], partage la même vision », assure le candidat.

Cette décision vient également lui apporter la légitimité. « Il était difficile pour moi, en tant que candidat, d’aller à la rencontre des Marseillais sur le terrain, dans cette situation, même si nous avons naturellement continué à travailler sur le projet », explique t-il.

« Je n’ai pas peur de prendre des responsabilités »

L’ancien doyen de la faculté de médecine de Marseille estime, par ailleurs que « cette élection est historique parce que  je considère que pour la première fois les Marseilais vont pouvoir éventuellement choisir une personnalité qui n’a pas une carrière politique, qui a eu un métier, qui a exercé des fonctions… et qui n’est pas issu du milieu politique », affirme-t-il, tout en assurant être en capacité de gérer la deuxième ville de France. « Je n’ai pas peur de prendre des responsabilités politiques, ce n’est pas simple, mais j’ai décidé d’être candidat ».

Ce fan de l’OM qui jouait gardien de but est entouré d’une “team” comme il l’appelle “jeune et talentueuse”, avec laquelle il travaille, symbolisant également le fil rouge de son programme : la jeunesse et l’éducation. Il souhaite avec son projet offrir une “renaissance” à Marseille.

Dans les prochains jours, Yvon Berland qui part sur une candidature indépendante au premier tour va échanger avec l’autre candidat du parti présidentiel, le député, Said Ahamada et Jean-Philippe Agresti. Dans cette volonté de rassembler, il estime qu’avec l’un comme avec l’autre “il n’y a pas de raison de ne pas arriver à travailler ensemble ».

Dans un interview accordé au Figaro et paru ce jour, le député dit être prêt à se ranger derrière Yvon Berland. Pour rappeler, en juillet dernier, Saïd Ahamada indiquait que si choix de la commission d’investiture ne se portait pas sur lui pour mener la bataille marseillaise, il « n’y aura pas de candidature dissidente » de sa part. « J’aurais proposé un projet, fait mon job. Je ferais parti de l’aventure ». Son implication sera plus ou moins importante en fonction du projet porté. « Mais je serai là ». [lire par ailleurs] 

Le parlementaire devait s’exprimer dans les prochaines heures.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !