Les travaux de requalification ont débuté au pied des tours Labourdette sur le cours Belsunce, et devraient être terminés début 2020. Jeux d’enfant, toilettes publiques, végétalisation, piste cyclable… Cet espace de passage sans « lisibilité » ambitionne de devenir un vrai lieu de vie.

D’un côté du cours Belsunce, les piétons déambulent à l’ombre de platanes imposants, devant les terrasses de restaurants, les commerces et la bibliothèque l’Alcazar. Mais de l’autre côté de cette place majeure de Marseille, au pied des tours Labourdette, emblèmes de la modernisation du Marseille d’après-guerre, les usages sont moins évidents. Ni point d’eau, d’espace ombragé ou mobilier urbain… Il s’agit plutôt d’un lieu de passage vers le centre commercial, où les stationnements sauvages sont fréquents, qu’un lieu de vie.

Mais les tractopelles et marteaux-piqueurs sont passés à l’action. Nouveau revêtement, jeux d’enfant, bancs publics et de nombreux arbres prendront place, avec l’ambition de redonner du sens et de la vie à cet espace public. « Le lieu manquait de lisibilité et de cohérence dans les usages », déplore Sabine Bernasconi, maire LR des 1er et 7ème arrondissements. « Il s’agit d’en faire un lieu de vie harmonieux entre les familles, les enfants qui viennent jouer, les habitants, les usagers de passage, mais aussi les commerçants et les travailleurs ».

, Au pied des tours Labourdette, le cours Belsunce change de visage, Made in Marseille

73 arbres pour ombrager un revêtement en calcaire

La maîtrise d’oeuvre de cette requalification est assurée par Alma Provence, bureau d’ingénierie pluridisciplinaire du bâtiment, la paysagiste Sarah Ten Dam, l’agence 8’18’’, concepteur et plasticien lumière, ainsi que Ekos Ingénierie, bureau d’étude et de conseil en ingénierie de l’environnement. Un projet porté par la Métropole Aix-Marseille Provence dans le cadre de la vaste opération de redynamisation du cœur de ville de Marseille.

Sur les plans que nous nous sommes procurés auprès de la mairie de secteur, le choix du revêtement s’est porté sur le calcaire, en dalle ou pavés, sur l’ensemble de l’espace. Un choix de matériau justifié par Sabine Bernasconi, « pour s’harmoniser avec la requalification en cours dans les autres espaces de l’hyper-centre de Marseille ».

Alors que la « minéralité » de la ville est souvent décriée, 46 arbres devraient être plantés, en plus des 27 déjà présents sur la zone, au pied desquels « de nombreux bancs ombragés seront installés ».

, Au pied des tours Labourdette, le cours Belsunce change de visage, Made in Marseille

Jeux d’enfant, piste cyclable, fontaines et toilettes publiques

La déambulation, peu lisible sur cet axe, qu’elle soit piétonne, cycliste ou motorisée, sera également revue. Une piste cyclable sera créée le long de la voie de circulation. « Elle sera sécurisée », appuie Sabine Bernasconi, et connectera à celle qui remontera la Canebière piétonnisée.

Alors que les toilettes publiques se font rares dans le centre-ville de Marseille, la Métropole en promet deux à l’issue du chantier, ainsi que deux fontaines publiques.

Du côté de la place François-Mireur, les travaux de construction d’un espace de jeux pour enfants sont déjà en cours. Ils prendront place sur un revêtement en sol souple, à l’ombre des trois grands platanes déjà présents.

, Au pied des tours Labourdette, le cours Belsunce change de visage, Made in Marseille
Les jeux d’enfant prendront place en face de la brasserie l’Alcazar

Un vieux projet remis à l’ordre du jour

Voilà des années qu’une opération pied d’immeuble (OPI) est prévue au bas des tours Labourdette sur le cours Belsunce, aux abords du centre-bourse, sans pour autant voir le jour. Le projet s’intègre finalement à l’opération de redynamisation du centre-ville de Marseille, lancée officiellement en mars 2019. « Nous avons préféré abandonner l’OPI pour que l’esthétique et les usages de cette requalification s’intègre avec tous les projets de l’hyper-centre », explique Sabine Bernasconi, maire LR des 1er et 7ème arrondissements.

Et si le projet gagne en cohérence d’après l’élue, il perd en budget. « Ça a été un processus administratif compliqué, il a notamment fallu refaire les marchés. Environ 8 millions d’euros étaient alloués à l’OPI, contre 6 millions d’euros pour le nouveau projet de requalification ». Le chantier devrait être livré au début d’année 2020 selon la maire de secteur.


A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !