C’est désormais officiel. Christophe Castaner vient d’être élu président du conseil de surveillance du Grand port maritime de Marseille-Fos par 15 voix contre 2.

Christophe Castaner vient d’être élu à la présidence du conseil de surveillance du Grand port maritime de Marseille-Fos (GPMM). Son nom circulait depuis septembre pour prendre la tête de ce site industrialo-portuaire majeur en France. Ce n’est donc pas une surprise, d’autant qu’il n’avait aucun candidat face à lui.

Les membres du Conseil de Surveillance du port de Marseille Fos réunis en séance plénière, ont également élu Laurence Borie-Bancel, présidente du Directoire de la CNR, à la vice-présidence. « Avec l’ensemble des membres du Conseil, nous nous attacherons à faire du port de Marseille Fos une institution encore plus apte à relever les défis environnementaux et socio-économiques, un Port ‘’en grand’’, dont la vocation est de devenir la tête de pont de l’axe Rhône Saône », a déclaré Christophe Castaner. « Nous porterons les orientations stratégiques et les objectifs du Port pour devenir un port vert au service de l’économie bleue. Il s’agit de concilier excellence environnementale, compétitivité et attractivité économique » ajoute-t-il.

Au côté d’Hervé Martel et du directoire, il entend porter ces ambitions « pour défendre l’identité du Port, de Marseille à Port Saint Louis du Rhône, sans jamais renoncer à son ambition industrielle et maritime, à sa vivante ouverture sur la Méditerranée, à sa culture si vivace qui en fait un lieu unique où l’on doit construire dans le dialogue social avec les personnels et leurs représentants. Enfin c’est en lien évidemment avec le gouvernement et les élus locaux que nous pourrons porter cette ambition ». 

Cette nouvelle prise de fonction intervient quelques jours après sa nomination au conseil de surveillance du GPMM, au même titre que l’ex-PDG d’Orange Stéphane Richard ou Laurence Borie Bancel, à la tête de la Compagnie nationale du Rhône (CNR).

Le Président de la République a fixé un cap pour notre territoire, pour le Port, pour l’axe Méditerranée-Rhône-Saône, pour une ambition environnementale à réinventer et je sais que nous pouvons tous nous rassembler dans cette direction. Je souhaite un port de Marseille Fos en grand » conclut Christophe Castaner.

Un retour aux responsabilités

Après avoir essuyé une lourde défaite aux élections législatives dans les Alpes-de-Haute-Provence, l’ancien ministre de l’Intérieur du gouvernement Castex, et chef de file du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, revient sur le devant de la scène.

Il a également été élu à la tête du conseil d’administration de la société concessionnaire française du tunnel routier sous le Mont-Blanc le 17 novembre dernier. Agé de 56 ans, ce macroniste de la première heure remplace Thierry Repentin, maire de Chambéry et ancien ministre socialiste délégué à la formation professionnelle puis aux Affaires européennes de François Hollande, qui était en poste depuis 2017.

Autoroutes et Tunnel du Mont-Blanc (ATMB) est une entreprise détenue à 91,3 % par l’Etat et les collectivités territoriales, titulaire d’un contrat de concession avec l’Etat français qui lui a confié jusqu’en 2050 l’entretien et la gestion de l’Autoroute blanche (A40) et de la Route blanche (RN205).

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !