L’association Toit à Moi achète des appartements grâce au financement participatif pour loger des personnes sans-abri. Elle lance une campagne pour l’acquisition d’un second logement à Marseille.

« Je suis aujourd’hui à bout de force mais heureux de ce nouveau départ ». Ça y est, après 5 ans à vivre dans la rue, Marcel vient d’emménager dans un vrai appartement à Marseille, dans le quartier de Lodi. À 45 ans, dont 20 ans de galères, l’association Toit à Moi lui a donné les clés d’un logement. Le premier qu’elle a acquis dans la ville, grâce à une campagne de financement participatif.

C’est le principe de cette structure présente dans 14 villes de France : trouver un peu plus d’une centaine de marraines et parrains. Ils s’engagent à verser 20 euros par mois. Une somme qui lui permet d’acheter un appartement à destination des sans-abri. Depuis 2007, elle est devenue propriétaire d’une cinquantaine de biens et a permis « à plus de 108 personnes de sortir de la rue ».

appartement, Grâce à Toit à Moi, Marcel n’est plus SDF et emménage à Lodi, Made in Marseille
Le nouvel appartement de Marcel

Mais pas seulement. Santé, situation administrative, loisirs et sorties… Toit à moi propose un accompagnement complet aux personnes qu’elle loge. « Il faut les aider à résoudre leurs problèmes. Cela prend du temps, mais elles peuvent vraiment redémarrer une nouvelle vie », explique Denis Castin, délégué général et co-fondateur de l’association.

Acheter un deuxième appartement solidaire dans le centre-ville

Comme toutes les personnes aidées par Toit à Moi, Marcel bénéficiera du logement « le temps qu’il faut », jusqu’à qu’il se sente prêt « à voler de ses propres ailes ». Un processus qui dure en moyenne 3 ans, selon la structure. L’appartement sera alors disponible pour une nouvelle personne dans le besoin.

Et elles ne manquent pas à Marseille. Selon des estimations datant de 2016, confirmées par de nouvelles enquêtes en 2022, la ville compte « 14 000 personnes à la rue au moins une fois dans l’année », d’après le préfet délégué à l’égalité des chances, Laurent Carrié.

C’est pourquoi, fort de ce premier succès sur le territoire, l’association lance une seconde campagne de financement participatif. Elle vise l’achat d’un « T2 dans le grand centre-ville ». Elle a déjà trouvé une vingtaine de nouveaux contributeurs, sur les 120 recherchés. Si vous souhaitez participer à l’achat d’un logement solidaire, c’est par ici.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !