La start-up marseillaise Anotherway commercialise son nouveau produit, une tablette pour lave-vaisselle sans plastique et fabriquée avec 99,8 % d’ingrédients d’origine naturelle. Fabriquée à Marseille, la tablette est déjà en rupture de stock depuis son lancement.

Fondée en 2018, l’entreprise AnotherWay ne cesse de s’étendre. Elle commercialise aujourd’hui son nouveau produit, une tablette pour lave-vaisselle écologique sans plastique. Après l’emballage alimentaire « Bee Wrap » confectionné à partir de cire d’abeille, la marque marseillaise utilise un ingrédient étonnant, du jus de betterave permettant de lier le reste des ingrédients comme le percabonate de soude ou le sel de carbonate.

« Ça fait 15 à 20 ans que personne ne propose ce type de produits sur le marché, s‘étonne encore Samuel Olichon, fondateur d’Anotherway. Nous sommes les premiers aujourd’hui en France et c’est fabriqué à Marseille ».

Proposé à 9,95 euros le pack de 30 tablettes, le produit fabriqué à Sainte-Marthe est déjà en rupture du stock auprès de ses partenaires. La start-up labellisée Ecocert limite son empreinte carbone en fabriquant localement et en limitant « les matières premières », explique Sauveur Fernandez, consultant éco-novateur auprès de la marque marseillaise. Quant au jus de betterave présent dans les tablettes, il est confectionné à partir de cultures présentes dans le Nord de la France.

Anotherway, Anotherway lance la tablette lave-vaisselle “marseillaise” la plus naturelle du marché, Made in Marseille

Ne pas changer l’usage du quotidien tout en limitant l’empreinte carbone

Une fois encore, le parti pris d’Anotherway est de ne pas « frustrer » les consommateurs en ne changeant pas leurs habitudes. « Nous ne voulons pas que l’écologie soit vécue comme une contrainte, mais comme un nouveau chemin » confie Margaux Dauce, responsable communication et marketing chez la start-up prônant « une sobriété joyeuse ».

L’idée est de remplacer tous les produits qui engendrent de la pollution. « Dans les tablettes classiques, ce sont les fibres plastiques hydrosolubles qui posent un problème et se retrouvent dans les eaux usées et les nappes phréatiques » ajoute Samuel Olichon.

Programme économique et rapide

En quatre années, sa société a vu ses ventes exploser, malgré le contexte de crise sanitaire et économique. Avec plus de 1000 points de vente, Anotherway espère atteindre un chiffre d’affaires à hauteur de 1,5 million d’euros en 2022. Depuis 2021, la start-up possède le statut « d’entreprise à mission », ce qui « encourage de nombreux investisseurs à impact » s’enthousiasme Samuel Olichon.

Et il pense déjà à la suite… Proposer par exemple des dentifrices naturels à confectionner soi-même dans un contenant rechargeable, comme leur gamme de shampoings et gels douche. Pour l’entretien de la maison, il réfléchit à des lingettes dépoussiérantes en microfibre naturelle.

Anotherway veut également conquérir le marché de la grande distribution en créant une seconde marque d’ici 2024.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !