La création d’un conseil municipal des jeunes sera présentée en conseil municipal ce vendredi. Il s’adresse aux Marseillaises et Marseillais de 14 à 18 ans. Les jeunes élus devraient siéger pour la première fois au printemps 2022.

Après le « conseil municipal des enfants », place à celui des jeunes Marseillais. Une grande première dans la deuxième ville de France. Vendredi 17 décembre, Hedi Ramdane, adjoint au maire en charge de la jeunesse, présentera une délibération pour la création de cette assemblée. « Rien de mieux que les jeunes pour porter les idées de la jeunesse », déclare l’élu.

Le conseil municipal jeunes (CMJ) s’adresse aux Marseillais de 14 à 18 ans, élus pour un mandat de deux ans. Les objectifs sont multiples : « il s’agit d’abord de permettre de se familiariser avec les processus démocratiques, mais également avec l’organisation des institutions publiques nationales et locales », explique l’adjoint.

Sur le territoire, le Conseil départemental des jeunes de Provence a été créé en 2017. La Région a lancé un Parlement régional de la jeunesse composé de lycéens, d’apprentis, de jeunes en formation professionnelle et en formation sanitaire et sociale, tous âgés de 15 à 25 ans. Le conseil de la Métropole Aix-Marseille Provence a acté, hier, la création d’un conseil métropolitain composé de 60 jeunes.

S’engager pour Marseille

Nombreux sont les Marseillais qui ont interpellé Hedi Ramdane sur l’absence d’une instance de ce type au niveau local alors qu’il en existe plus d’un millier en France. À l’occasion du Congrès mondial de la Nature, les jeunes souhaitant entreprendre et s’investir pour leur ville ont pointé cette anomalie. L’association marseillaise « À l’unisson pour le futur », créée en juillet dernier, a même lancé une pétition en ligne pour la création d’un conseil municipal pour la jeunesse « et pour créer des solutions pour l’avenir ».

À l’origine, des adolescents âgés de 14 à 16 ans ayant participé au tour de France républicain, un séjour éducatif d’une semaine qui consiste à sensibiliser les élèves méritants de tous les collèges REP+, plus précisément des quartiers prioritaires de Marseille, aux pratiques démocratiques.

La lettre au maire de Marseille

Pour appuyer leur pétition, ils ont également rédigé une lettre à l’attention du maire de Marseille, dans laquelle ils se disent « prêts à s’engager. Cette opportunité est l’occasion pour les jeunes marseillais de se faire écouter et de s’investir dans les besoins de la ville (…) Nous voulons créer ce conseil de la jeunesse car nous avons repéré certaines disparités en ces lieux sachant que nous sommes résidents permanents de ces quartiers, nous avons une connaissance de nos quartiers, de ses inégalités qu’il ne faut pas normaliser », écrivent-ils, tout en formulant déjà quelques propositions.

« Nous les avons rencontrés, poursuit Hedi Ramdane. Ils sont motivés et ont surtout envie de faire des choses pour leur ville ». Et d’ajouter : « Ce projet est inscrit depuis le début dans ma feuille de route, avec la mise en place du bus de l’entreprenariat et la formation gratuite au Code de la route pour les jeunes des quartiers prioritaires, dont l’idée est d’ailleurs née grâce à des discussions avec cette jeunesse qui est la mieux placée pour nous dire ce dont elle a besoin ».

Un budget, à titre expérimental, pour mener des projets

Ainsi, ce nouvel organe consultatif et représentatif donnera « la possibilité aux jeunes Marseillais de s’impliquer, participer à la gestion de projets construits par les jeunes eux-mêmes, en bénéficiant, à titre expérimental, d’un budget ». Celui-ci n’est pas encore arrêté et sera déterminé en fonction du modèle d’assemblée qui sera retenu.

Hedi Ramdane estime que le fonctionnement à 101 élus, à l’image du conseil municipal de Marseille, n’est pas la formule la mieux adaptée pour favoriser les échanges et mener des actions. Il mise davantage sur des binômes à parité, « un garçon et une fille par arrondissement, soit quatre par secteur. Cela permettra de faciliter le travail avec les adjoints, et même dans le cadre de certains déplacements ».

Ils pourront également assister aux conseils d’arrondissements, réunions de programmation et aux conseils municipaux dans le public. Certains jeunes de l’association « À l’unisson pour le futur » seront d’ailleurs présents lors de la séance municipale de vendredi.

« Nos meilleurs ambassadeurs » auprès des jeunes

Mise en place du règlement intérieur, modalités de désignation, durée du mandat, fréquence et horaire des réunions de travail… Dès la première semaine de janvier, le projet sera élaboré par les « jeunes eux-mêmes ». Les services de la Ville ont adressé un courrier aux associations en lien avec la jeunesse pour informer de cette nouveauté et mobiliser. « Les niveaux de classes concernés seront décidés par un groupe de travail composé de jeunes volontaires mis en place au préalable. Ils seront nos meilleurs ambassadeurs pour s’adresser à la jeunesse, communiquer sur des formations, l’apprentissage, être des acteurs privilégiés en vue des JO 2024…».

Les jeunes élus devraient siéger pour la première fois dans l’hémicycle municipal au printemps prochain. Tout un symbole.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !