Acrobates, jongleurs, funambules… Depuis le 22 octobre et jusqu’au 20 novembre, un cirque « 100 % humain » s’est installé au pied du Mucem.

Le Nouveau Cirque mondial vient de débarquer à Marseille. Il a installé son chapiteau sur l’esplanade du J4, au pied du Mucem. Sa particularité… c’est un cirque 100% humain.

Clowns, acrobates, magiciens et performeurs… Des artistes confirmés ou jeunes talents venus des quatre coins du monde livrent des numéros spectaculaires. « C’est un cirque adapté à toutes les tranches d’âge. Ce sont des numéros à sensation et très rapide. Et il a donc la particularité d’être 100 % humain, de reposer uniquement sur le talent et les prouesses des artistes », précise Maxime Kerboua.

« Après une longue réflexion. Je me suis rendu compte que beaucoup de gens n’allaient plus au cirque à cause de la présence animale qui était un frein. Aujourd’hui de le faire sans animaux, c’est une façon de se réinventer », rajoute-t-il. 

La troupe est composée d’une trentaine de personnes provenant déjà tous du cirque ou des galas. Le spectacle dure près de deux heures avec un entracte au milieu d’environ 15 minutes et peut accueillir 1500 personnes. La troupe se produit à Marseille jusqu’au 20 novembre, à raison de deux représentations par jour la semaine et trois le week-end. 

Traditionnellement, c’est le cirque Medrano, réputé pour ses spectacles avec fauves, qui prenait place sur cet espace. A Marseille, le 5 octobre 2020, le conseil municipal avait voté unanimement un « voeu relatif à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques ». Un rapport dans la lignée de l’annonce du gouvernement de septembre 2020, d’une fin progressive de la présence des animaux sauvages dans les cirques, ainsi que la fin de la reproduction des orques et des dauphins en captivité.

Benoit Payan, alors premier adjoint à Michèle Rubirola, s’était également exprimé sur sa page Twitter, fin juillet 2020, sur une vidéo d’un ancien rhinocéros appartenant à un cirque qui tourne en rond, annonçant déjà que Marseille allait interdire l’accès à ces cirques.

« On remercie Benoit Payan de nous faire confiance et qui a enfin permis à la concurrence de se produire à Marseille », souligne Maxime Kerboua, directeur artistique du cirque.

La veille de l’installation du cirque « 100% humain », une commission mixte paritaire (sept députés et sept sénateurs) a trouvé un accord autour du texte contre la maltraitance animale, ouvrant la voie à son adoption rapide. Ainsi, d’ici 7 ans, les cirques français devront définitivement tirer un trait sur leurs animaux sauvages. Cette loi ne s’applique donc pas aux chevaux, dromadaires, lamas, alpagas, zébus, buffles…  selon l’arrêté du 11 août 2006 fixant la liste des espèces, races ou variétés d’animaux domestiques.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !