Roland Carta dévoile son nouveau projet pour la Poste Colbert

La Poste Colbert, fermée au public depuis 2009 et vidée de ses employés depuis 2012, va enfin retrouver de sa superbe. Sa réhabilitation a été confiée à l’architecte Roland Carta et devrait être terminée courant 2019.

Le bâtiment aura vocation à accueillir 400 salariés de différents services du groupe La Poste, qui se trouvent actuellement dispatchés sur une dizaine de sites à Marseille. On y trouvera :

  • Un hall d’accueil, en lieu et place de l’ancien, avec toujours l’entrée principale qui donne sur la rue Henri Barbusse,
  • Des bureaux,
  • Un restaurant d’entreprise réservé aux employés,
  • Un parking aménagé en sous-sol de 40 places dont l’entrée se fera rue Saint-Cannat,
  • Trois patios,
  • 600 m² de « jardin », c’est-à-dire une terrasse végétalisée,
  • Des espaces ouverts à la location comme par exemple un espace de coworking actuellement en cours de réflexion.

Le bâtiment perd ainsi son ancienne fonction de bureau de poste et donc son ouverture au public. Toutefois, avec la présence de la « Maison de l’Habitat », à savoir l’espace dédié aux crédits immobiliers du groupe La Poste, des personnes extérieures pourront y venir.

L’intérieur de la Poste Colbert avec, à droite, à gauche et au fond, les trois patios © Carta Associés Architecture
Des bureaux à l’étage © Carta Associés Architecture
Vue aérienne du projet © Carta Associés Architecture
La façade de la Poste Colbert avant réhabilitation © DR
La façade de la Poste Colbert après réhabilitation © Carta Associés Architecture

Garder au maximum les éléments originels du bâtiment

Fin 2015, le groupe La Poste, propriétaire de la Poste Colbert, lançait un concours national pour la réhabilitation de ce bâtiment emblématique du quartier de derrière la Bourse. Et c’est le projet de l’architecte marseillais Roland Carta qui a été retenu sur cinq projets candidats. « Mon travail est de comprendre ce qui a été fait par l’architecte de la poste Colbert, monsieur Huot, et de le prolonger vers un meilleur avenir. Il faut respecter cette histoire », met en avant Roland Carta.

L’architecte confie « se bagarrer » pour garder au maximum les éléments originels du bâtiment, ou du moins hérités de ses anciennes années d’utilisation. Cela passe, par exemple, par le carrelage de l’ancien espace des facteurs qui sera transformé en restaurant d’entreprise ou encore les poutres du plafond du hall d’accueil. À l’étage, si les fenêtres ont dues être changées car des traces d’amiante y ont été retrouvées, elles seront toutefois refaites à l’identiques. Idem du côté de la toiture qui a été réhabilitée et dont de nouvelles tuiles vont bientôt être installées dans les mêmes conditions qu’auparavant.

L’ancien hall d’accueil avec, à gauche, l’entrée principale côté rue Henri Barbusse © AP
L’ancien plafond du hall d’accueil, dont les quatre poutres seront conservées © AP

Le projet a également été pensé par Roland Carta pour répondre aux nouveaux usages des salariés. « Le bâtiment doit respirer au rythme de l’entreprise et des gens qui y travaillent. De plus en plus de personnes veulent pouvoir travailler à différents endroits dans un même lieu. Les ingrédients essentiels sont la liberté et la lumière », souligne l’architecte.

Si les travaux ont commencé depuis la fin de l’année 2016 pour la Poste Colbert, c’est toutefois à partir de maintenant que démarre réellement le chantier de réhabilitation. « Jusqu’à présent, il s’agissait de travaux préparatoires, à savoir la dépollution notamment de l’amiante et du plomb et le curage de l’immeuble », explique Daniel Idiart, directeur régional de Poste Immo sur la région PACA et Corse, foncière du groupe La Poste. Les travaux de réhabilitation sont prévus pour durer 18 mois, pour une livraison programmée au deuxième semestre 2019 avec installation des salariés dans la foulée.

Les photos du chantier le 25 janvier 2018 © Agathe Perrier

Les rumeurs les plus folles ont circulé sur ce projet

Depuis 2011, internet a vu fleurir les rumeurs les plus folles qu’on aurait parfois aimé voir se concrétiser, comme une immense halle couverte destinée aux maraîchers de la région, à l’image de la Boqueria barcelonaise. Ce projet avait été suggéré par le chef étoilé marseillais Gérald Passédat et repris publiquement par Patrick Mennucci, ancien maire du 1er secteur de la ville et avant sa candidature aux municipales en 2014.
Autres idées ? Transférer le musée d’histoire situé sous le Centre Bourse avant sa rénovation ou y implanter des commerces culturels comme une immense Fnac ou Virgin. Au mois de décembre 2013, nous avions contacté la direction de la Poste qui nous avait signalé qu’à la suite d’études technique et financière, elle avait décidé de garder ce monument du patrimoine marseillais. 

Quelle est l’histoire de la Poste Colbert ?

La Poste Colbert a été construite par l’architecte aixois Joseph Huot entre 1889 et 1891. Le bâtiment présente une silhouette caractéristique avec sa tourelle télégraphique.
Sa décoration en façade est relativement sobre pour l’époque et se limite en fait à quatre médaillons de physiciens sur la façade principale, côté rue Barbusse, sculptés par Stanislas Clastrier en 1891 sur le thème de l’invention du télégraphe.
histoire-archive-poste-colbert
La Poste Colbert en 1903 par le photographe Emile Lacour
Les quatre personnages mythiques qui se dessinent en façade sont :
  • Charles de Coulomb (1736-1806) qui établit les lois du magnétisme et de l’électrostatique,
  • Alessandro Volta (1745-1827) qui imagine l’eudiomètre et découvre la pile électrique en 1800,
  • André Marie Ampère (1775-1836) qui signe la théorie de l’électromagnétisme, invente le galvanomètre, le premier télégraphe électrique et l’électro-aimant avec Arago,
  • Michael Faraday (1791-1867) qui découvre le benzène et liquéfie tous les gaz connus à l’époque. Il invente le modèle du moteur électrique, découvre l’induction électromagnétique et l’électrolyse.
poste-colbert-ampere-gravure-facade
Ampère a son médaillon en façade côté rue Henri Barbusse

Commentaires Facebook

2 COMMENTAIRES

  1. C’est vrai que le bâtiment pourrait abriter une grande halle de marché avec fruits/legumes/poissons/viandes/slow food..etc…Il suffirait de partager en petites stalles le rez de chaussée qui seraient ensuite louer aux commerçants.. Ca existe dans tous les grands ports méditerranéens : Malaga, Venise…. et ca fait cruellement défaut à Marseille. En plus ca pourrait devenir un point d’attraction touristique qui ferait plaisir non seulement aux commerçants dedans mais aussi dehors et à Marseille en général. Un immeuble de bureaux seul n’aura jamais ce pouvoir d’attraction…

LAISSER UNE RÉPONSE