Nouveau look, nouvelle vie pour les piétons et vélos sur la rocade du Jarret !

Nouveau look, nouvelle vie pour les piétons et vélos sur la rocade du Jarret !

La rocade du Jarret est l’un des axes routiers les plus empruntés de la ville. Une sorte de mini périphérique qui contourne le centre-ville sur 4,2 km. Depuis 50 ans, les riverains se plaignent des nuisances : de la pollution, du bruit et de la saturation du trafic automobile, et rien n’était fait pour améliorer la situation à cause du retard pour la L2.

Cette requalification validée à l’unanimité par les élus du conseil métropolitain de MPM le 22 mai 2016 est une bonne nouvelle pour les milliers d’habitants de ce secteur et pour les automobilistes en quête d’un meilleur cadre de vie.

Le projet, retenu par la Métropole Aix Marseille Provence qui a repris le projet lancé par MPM, est celui proposé par le groupement Devillers et associés / Tangram Architectes / Réussir l’Espace Public / 8’18’’/ INGEROP Conseil et Ingénierie, lauréat du concours de maîtrise d’œuvre.

Les études de conception démarreront en juin, avant le lancement de la concertation préalable. Les premiers coups de pioche sont prévus au 1er trimestre 2019 pour la réalisation du premier tronçon entre Chave et La Timone.

boulevard-sakakini-jarret
Bientôt les voies de circulation seront réduites pour faire de la place aux modes doux

Avec l’ouverture totale de la Rocade L2 (tronçon Est déjà ouvert et tronçon Nord prévu pour début 2018), le Jarret sera libéré de 20 à 30% de son trafic actuel, absorbé par la L2. Ce qui permettra de réduire les voies « voiture » sur le Jarret et de sécuriser la circulation des piétons et cyclistes. De nouveaux arbres seront plantés sur les trottoirs, et le mobilier sera remplacé : lampadaires, bancs, poubelles, pour créer un boulevard agréable et homogène.

plan-projet-renovation-jarret-sakakini
Le plan global du projet

Le Jarret : 5 boulevards inadaptés au trafic, imaginés en 1968 

La rocade du Jarret est constituée de 5 boulevards : Maréchal Juin, Françoise Duparc, Sakakini, Jean Moulin et la première partie de Rabatau. Par sa connexion à l’autoroute A7 au Nord, via l’axe Fleming, Plombières et à l’autoroute A50 au Sud via la Place de Pologne, la rocade du Jarret constitue actuellement l’unique itinéraire de contournement de la ville.

Initialement, le site était occupé par le ruisseau du Jarret, qui a fait l’objet de travaux de couverture de 1955 à 1968. Aujourd’hui cet axe supporte des trafics pour lesquels il n’a pas été conçu à l’origine, engendrant ainsi de multiples nuisances (sonores, pollution de l’air) dans l’environnement urbain traversé. 

Selon Bruno Gilles, sénateur et maire des 4e et 5e arrondissements « Les habitants aux abords du Jarret sont soumis à de très fortes nuisances sonores et de pollution. La rocade du Jarret est l’un des 10 axes de circulation les plus pollués de France« .  La rocade serait aussi l’axe le plus chargé de Marseille, en dehors des autoroutes : sur la section la plus chargée au droit de la Timone, le trafic peut atteindre plus de 80 000 véhicules par jour.

rocade-jarret-projet-velo-pieton
Bientôt les voies de circulation seront réduites pour faire de la place aux modes doux

Des projets antérieurs insuffisants pour améliorer le Jarret

Cet axe a peu évolué depuis sa réalisation. Les deux lignes de tramway, mise en service en 2007 et croisant le Jarret au niveau du boulevard Chave et de l’avenue Foch, ont permis une requalification ponctuelle des espaces publics.

Le projet Vieux-Port, dont la 1ère phase a été réalisée en 2013, a marqué la volonté d’apaisement du centre-ville vis-à-vis de la circulation automobile. L’objectif des fortes restrictions de circulation opérées autour des quais était de renvoyer le trafic de transit sur un axe de boulevards de ceinture constitué par l’avenue de la Corse – boulevard de la Corderie – Préfecture – Cours Lieutaud – boulevard Garibaldi – boulevard d’Athènes – boulevard Charles Nedelec – boulevard des Dames.

La réalisation de la rocade L2 permettra d’assurer les reports de trafic satisfaisants, afin de soulager l’hyper-centre. La L2 constituera l’itinéraire de grand contournement de Marseille, supportant ainsi l’essentiel du trafic de transit.

Enfin un avenir radieux pour le Jarret

La rocade du Jarret retrouvera alors une fonction de desserte interquartiers ; l’allègement de trafic attendu offrira ainsi l’opportunité d’une requalification complète, basée sur une reconquête de l’espace public. Le projet prévoit un réaménagement au profit des modes doux (vélos et piétons), tout en maintenant un trafic fluide pour les voitures et les transports en commun pour un total de 72 millions d’euros.

En 2014, Patrick Mennucci alors maire du 1er secteur et candidat PS pour les élections municipales avait présenté son projet pour le Jarret. A cette période, la gauche marseillaise voulait que la circulation automobile se fasse sur les côtés et que le centre constitue une large promenade piétonne. Aujourd’hui, la municipalité de droite accompagnée par la métropole Aix Marseille Provence, également à majorité LR, envisage plutôt l’inverse, c’est à dire de concentrer la circulation au centre des voies et d’élargir les trottoirs le long des immeubles.

projet-amenagement-jarret-sakakini
Le projet de Patrick Mennucci abandonné en 2014

Les grandes lignes du projet pour le Jarret

  • Profil de voirie à 2 x 2 voies sauf exception, notamment dans les secteurs où la charge de trafic le justifie 
  • Aménagements ciblés pour les transports en commun pouvant prendre en compte des modes de transports innovants comme le BHNS
  • Réorganisation du pôle d’échange de la Timone
  • Élargissement des trottoirs : de 2 à 3 mètres selon les endroits
  • Aménagement de pistes cyclables de chaque côté de la route
  • Végétalisation continue des deux rives avec des dizaines de nouveaux arbres
  • Organisation des différents usages : livraisons, stationnement, accès riverains 
  • Unification du mobilier urbain, des matériaux et de la mise en lumière

Commentaires Facebook

6 COMMENTAIRES

  1. Et se garer pour ceux qui habitent sur le Sakakini ?????
    Payer 100 € ( au minimum ) au parking Vallier à ajouter aux prix des loyers pour permettre à qui ? de respirer ….. la belle affaire , sachant que MM . Bruno Gilles et Menucci – quand ils daignent venir dans le quartier , eux laissent leur chauffeur se dém—-r pour garer la voiture .
    Merci Messieurs !!!!!!!

  2. Et se garer pour qui habite le Bd Sakakini ?
    Payer 100€ ( au minimum ) par mois au parking Vallier à ajouter au prix du loyer qui n’est déjà pas donné ?
    Merci MM. Bruno Gilles , Ménucci et ….. mais lorsque vous daignez venir nous rencontrer ( en période électorale ) cherchez-vous une place où laisser votre véhicule ou laissez-vous votre chauffeur se dé…brouiller ?

LAISSER UNE RÉPONSE