1 million d’euros annoncés pour sauver les grues historiques de la Digue du large

Le Grand port maritime de Marseille prévoyait de détruire trois des cinq grues monumentales de la Digue du large. La région annonce investir 400 000 euros et le port 600 000 euros pour sauver les « élégantes ». Il est également question de réouvrir la digue aux promeneurs.

Les cinq monuments métalliques pèsent 72 tonnes chacune et font partie de la carte postale portuaire de Marseille. Conçues au début des années 1960, elles jonchent le parcours de 7 kilomètres de la Digue du large. Autrefois une magnifique promenade était ouverte au public sur cette frontière entre ville et mer. Coupée du public pour des raisons de sécurité depuis 2001, sa valeur patrimoniale a également failli se perdre lorsque le Grand port maritime de Marseille (GPMM) a envisagé de détruire 3 des 5 grues monumentales.

Un destin que ne semble pas avoir supporté le président de région Renaud Muselier. Avec une aide financière de 400 000 euros de la Région Sud, le GPMM a accepté de faire un effort financier pour restaurer et préserver les grues. 

200 000 euros par grue

Soumises à la forte corrosion maritime, et sans entretien depuis des années, ces monstres métalliques sont oxydés et fragilisés. D’importants travaux de rénovation sont à prévoir. Mais le GPMM, propriétaire, compte également mettre en valeur ce patrimoine, par un important dispositif d’éclairage notamment.

« Entre la rénovation et mise en valeur, nous estimons le prix des travaux à 200 000 euros par grue environ » précise Christine Cabau-Woehrel, la directrice du GPMM. Pour un coût global avoisinant le million d’euros, l’aide de la Région Sud est bienvenue.

La digue du large réouverte à la promenade ?

C’est la question qui reste sans réponse claire. Pourtant, Renaud Muselier ne cache pas que c’est un de ses objectifs. « On ne peut pas sous prétexte de développement industriel, ne pas rendre aux marseillais un des plus beaux espaces de la ville ».

Un objectif compliqué qui ne verra pas le jour avant des années.

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE