Avec La Touline, les marins sont accompagnés dans leur recherche d’emploi

Installée à Marseille depuis 2006, l’association La Touline œuvre pour accompagner les marins ou ceux souhaitant travailler dans le secteur de la mer dans leur parcours professionnel. Orientation, formation et promotion des métiers de la mer sont les maîtres-mots de cette structure qui accompagne chaque année plus d’une centaine de personnes.

Avec 120 000 emplois qui dépendent de la mer sur le territoire de Provence-Alpes-Côte d’Azur, la région se classe première région maritime de France. De l’emploi dans l’économie maritime, il y en a bien, mais il faut toutefois nuancer quelque peu les chiffres. « Sans la Marine nationale et le tourisme, on ne compte plus que 25 000 emplois directes en PACA dans le domaine de la mer. Il y a donc toujours des possibilités d’emploi, mais il faut bien être orienté et accompagné car ces emplois sont des métiers de passion avant tout, avec des conditions de travail particulières qu’il faut connaître avant de s’engager », met en avant Marina Jovanovic, ‎chargée de mission emploi formation maritime dans l’association La Touline.

À lire aussi

Pour être accompagné dans l’emploi maritime, encore faut-il connaître les structures qui le permettent. Parmi elles, il existe à Marseille l’association La Touline, reconnue d’utilité publique. Créée en 1999 à Brest par d’anciens commandants de la marine marchande désireux d’aider les marins à trouver un emploi. Depuis, des antennes se sont installées à Nantes, Lorient, la Seyne-sur-Mer et Marseille en 2006. Au niveau national, 7 000 adhérents ont bénéficié ou bénéficient encore aujourd’hui des services de La Touline.

Trois objectifs : l’orientation, la formation et la promotion

Depuis sa création, la structure s’est aujourd’hui spécialisée dans l’orientation professionnelle pour le secteur maritime et l’accompagnement pour l’emploi maritime. « Nous nous adressons autant à des marins à la recherche d’un emploi ou d’une reconversion dans un autre domaine qu’à des personnes sans expérience qui souhaitent travailler dans la marine », souligne Marina Jovanovic. Tous les métiers de la mer sont couverts : marine marchande, pêche, offshore, nautisme, plaisance, yachting ou paramaritime.

Concrètement, à Marseille et dans la région PACA, La Touline travaille en étroite collaboration avec tous les acteurs maritimes, de la CMA-CGM à la compagnie Frioul-If Express et même avec les entreprises de réparation navale. « Cela nous permet de bien connaître leurs métiers et les postes pour donner une bonne information à notre public », explique Marina Jovanovic.

Outre l’orientation et l’information, l’association collabore également avec les organismes de formation du domaine maritime pour guider les personnes qui le souhaitent vers l’obtention de certificats et de brevets. C’est aussi un validateur unique pour les dossiers de VAE dans le domaine maritime.

Dernier grand axe des actions de La Touline : la promotion des métiers de la mer. « Malgré la proximité de la mer Méditerranée dans nos antennes de Marseille et de la Seyne et de l’océan Atlantique dans celles de Brest, Nantes et Lorient, ces métiers sont encore trop méconnus », regrette Marina Jovanovic. Au niveau local, l’association mène ainsi une fois par mois, à la cité des métiers de Marseille et de PACA, une info métier sur toutes les professions de ce domaine afin de mieux les faire connaître.

Accompagner les bénéficiaires du RSA sur les Bouches-du-Rhône

Depuis 2014, La Touline a passé une convention avec le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône (CD13) qui a en charge la compétence « Insertion » sur le territoire. 48 bénéficiaires du RSA ont ainsi bénéficié de l’accompagnement de l’association.

Julian Delannoy, marin accompagné par La Touline © AP

Parmi eux, Julian Delannoy a trouvé du travail en tant que marin et réussi sa reconversion. Après des études de sociologie, il s’est tourné vers le domaine de la restauration où il a exercé divers postes. Attiré depuis toujours par l’univers de la mer, il a alors souhaité travailler dans ce domaine. « Je me suis formé pour être matelot mais, une fois ma formation obtenue, ça a été compliqué de trouver du travail par moi-même. Mes recherches n’aboutissaient pas. Avec La Touline, j’ai réussi à décrocher un poste au bout de deux mois de recherche seulement », explique Julian Delannoy. Une première expérience qui ne s’est pas révélée concluante mais, toujours grâce à l’association, le marin a ensuite été embauché sur le mythique Ferry Boat.

À lire aussi 

Pour Hichem Daoudi aussi, marin mécanicien de formation, avoir fait appel à La Touline lui a permis de trouver un emploi beaucoup plus rapidement que tout seul. « Malgré une formation de mécanicien réparateur en marin de plaisance, je n’arrivais pas à trouver un emploi, même avec Pôle Emploi. Deux mois après mon inscription à La Touline, j’ai trouvé un poste », se réjouit-il. Hichem Daoudi travaille ainsi, pour une durée à minima de 18 mois, à bord du caissonnier Marco Polo amarré au port de l’Estaque. Une véritable usine flottante où il participe à la fabrication de caissons en béton armés qui serviront à l’expansion de la Principauté de Monaco. Une première en France.

Au total, 48 personnes sont accompagnées par La Touline au niveau des Bouches-du-Rhône dans le cadre de la convention avec le Conseil départemental. Plus de 80% d’entre elles ont eu un résultat positif, à savoir qu’elles ont trouvé un emploi ou ont validé leur projet de formation.


À lire aussi

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE