Smog Free Tower, une tour pour aspirer la pollution et purifier l’air des villes

© Studio Roosegaarde & World Economic Forum

Dans notre rubrique inspiration, retrouvez cette semaine la « Smog Free Tower », une tour qui aspire l’air pollué des villes et le filtre dans le but de le nettoyer. Un premier exemplaire a été installé l’année dernière à Beijing, en Chine.

Cette tour est le fruit de l’imagination d’un artiste et inventeur Hollandais, Daan Roosegaarde. En voyage à Beijing, en Chine, en 2013, il est confronté à la présence d’un épais brouillard de pollution qui empêche de voir à 20 mètres et contraint notamment les enfants à rester chez eux. À son retour chez lui, à Rotterdam (Pays-Bas), il élabore, avec l’aide de son équipe d’une vingtaine d’ingénieurs, un système pour nettoyer l’air des villes. En somme, un purificateur d’air à grande échelle.

Daan Roosegaarde a créé la Smog Free Tower, un « purificateur d’air » géant © Hasy

La pollution transformée en bijoux !

Il faudra attendre environ deux ans pour que la  Smog Free Tower soit dévoilée. Cette dernière utilise une technologie d’ionisation positive brevetée pour aspirer l’air ambiant et produire un air plus pur. Chaque heure, la tour nettoie 30 000 m3 d’air en capturant 75% des particules fines PM2,5 et PM10, à savoir les particules les plus dangereuses. Le tout en fonctionnant grâce à une énergie verte et en consommant autant d’électricité qu’une bouilloire (1 170 watts) !

Autre particularité de la tour : afin d’éviter que les particules récoltées par le système de filtrage ne deviennent des déchets, Daan Roosegaarde a eu l’idée de les transformer en bijoux, et plus précisément en bagues appelées Smog Free Ring. Une idée qui lui est venue du fait que les particules sont composées en grande partie de carbone, élément principal du diamant. En compressant ces particules, il a ainsi créé des bagues, que certains couples choisissent d’ailleurs comme bague de mariage. « En offrant une Smog Free Ring, vous offrez 1 000 m3 de pollution en moins à la planète », met en avant le créateur.

Une première tour a été installée en septembre 2016 à Beijing en Chine et d’autres devraient également venir occuper les parcs chinois dans le futur. Daan Roosegaarde est aussi en discussion avec d’autres pays comme le Mexique ou les États-Unis pour développer son concept de « purificateur géant » à travers le monde.

« En offrant une Smog Free Ring, vous offrez 1 000 m3 de pollution en moins à la planète » © Studio Roosegaarde

Après la tour, les vélos purificateurs

Parce que sa Smog Free Tour n’est pas une fin en soi, mais qu’elle fait au contraire partie d’un « Smog Free Project » plus large, Daan Roosegaarde a dévoilé, en 2017, le Smog Free Bicycle, à savoir un projet de vélo purificateur d’air. Ces vélos fonctionnent sur le même principe que les tours : ils aspirent l’air pollué, le nettoient et libèrent ainsi un air plus pur dans la nature et autour du cycliste. Une technologie qui permettrait, en plus de nettoyer l’air, d’apporter une solution aux problèmes de circulation et d’embouteillages dans les grandes villes, notamment chinoises.

© Studio Roosegaarde

Actuellement en phase de développement, les futurs vélos devraient d’abord voir le jour en Chine et aux Pays-Bas au cours des mois à venir. Daan Roosegaarde a déjà signé un partenariat avec Ofo, le service chinois de vélo en libre-service qui compte tout de même 20 millions d’utilisateurs ! À suivre donc…

Commentaires Facebook

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE