Une cité de Marseille va tester l’autoproduction d’électricité verte

Une cité de Marseille va tester l’autoproduction d’électricité verte

C’est un projet d’innovation à la fois technologique et sociétale que s’apprête à accueillir la Cité de Frais Vallon (13e). D’ici deux ans, le quartier va entrer en travaux de renouvellement urbain mais aussi de transition énergétique. Des panneaux solaires vont notamment y être installés dans le but de produire sur place l’électricité nécessaire aux logements et aux services publics de la cité.

Ce projet baptisé « Sirius », pour Système d’Innovation par les Réseaux d’Intelligence Urbaine et de Services, est porté par la Métropole Aix Marseille Provence (AMP) en collaboration avec Habitat Marseille Provence, son organisme de logement social. Il se compose d’un volet énergétique qui va coupler rénovation classique du bâti, transformation du système de chauffage et création d’une centrale photovoltaïque pour que le quartier puisse auto produire son électricité.

En plus de ce caractère énergétique, la démarche vise à améliorer les comportements individuels des habitants et les inciter à réaliser d’autres économies, que ce soit en énergie, en eau ou en impact environnemental. Un volet qui sera accompagné par le développement, dans le quartier, de nouveaux services urbains de proximité co-construit avec les habitants.

projet-renouvellement-urbain-frais-vallon
Le projet Sirius va être expérimenté à la Cité Frais Vallon (13e) © HMP

Une centrale photovoltaïque pour un quartier entier

La partie énergétique du projet Sirius est axée sur une rénovation énergétique très performante du quartier, avec un impact carbone et des consommations d’énergies qui vont être réduits au maximum. Cela va se faire par l’amélioration des performances du bâti, avec des travaux classiques de rénovation énergétique, mais aussi par le changement complet du système de chauffage. « Actuellement, le système de chauffage est collectif. La chaufferie centrale va être supprimée et remplacée par des systèmes adaptés bâtiment par bâtiment pour obtenir le rendement souhaité, à savoir une économie réelle et chiffrée de 500€ en moyenne par an et par logement, sur les charges de chauffage et de production d’eau chaude », met en avant Gaëtan Lazzara, directeur de Marseille Provence Habitat.

cite-logement-frais-vallon
Vue aérienne de la Cité Frais Vallon qui compte des services publics ainsi que 1 350 logements sociaux.

En plus de l’amélioration de l’existant, le projet Sirius introduit un volet FlexGrid, démarche qui a pour objectif de faire de la région PACA une vitrine des savoir-faire et des réseaux électriques intelligents. À Frais Vallon, cela va passer par la création de 6 000 m² de panneaux photovoltaïques et d’une centrale de production locale en façade et sur les toits des bâtiments du quartier. L’électricité ainsi produite sera presque entièrement autoconsommée par les services généraux des bâtiments, mais aussi par la consommation domestique des 1 350 logements, soit environ 5 000 habitants.

« C’est là que se trouve l’innovation. C’est une première, puisque pour l’instant, il n’existe aucun cadre juridique, administratif et tarifaire pour revendre de l’électricité autoproduite », souligne Gaëtan Lazzara. Une électricité que les habitants pourront acheter à des prix avantageux pour réaliser des économies financières encore plus importantes.

À lire sur le FlexGrid

Inciter les habitants aux économies de façon générale

Le volet énergétique n’est pas le seul que comprend le projet Sirius. « On envisage également une démarche sur les comportements individuels des habitants de manière à ce que les économies d’énergie qui vont être faites puissent être complétées par d’autres économies, aussi bien dans le cadre de l’énergie que de la vie quotidienne en générale, qu’ils pourront réaliser eux-mêmes en modifiant leur comportement », explique Gaëtan Lazzara.

L’idée est d’inciter les habitants à modifier leur comportement de manière douce, c’est-à-dire sans contrainte ni pénalité et au contraire de façon volontaire, afin que ces derniers consomment moins d’énergie, fabriquent moins de déchets, utilisent moins leur voiture ou encore prennent mieux en compte leur santé en augmentant leur activité physique. Tous ces écogestes seront mesurés, grâce aux compteurs d’électricité et d’eau, mais aussi grâce à une série de capteurs qui vont être développés auprès des habitants et en concertation avec eux. Les diverses mesures enregistrées seront ensuite converties en euros qui permettront aux habitants d’avoir une réduction supplémentaire sur leur facture énergétique par exemple.

Pour permettre aux habitants du quartier de réaliser ces écogestes, de nouveaux services urbains de proximité vont ainsi voir le jour. Dans les transports notamment, avec peut-être des vélos et des scooters électriques que les résidents pourront utiliser à la place de leur voiture, mais aussi dans les domaines des déchets et de l’éclairage. « Ces services seront élaborés par la métropole et Habitat Marseille Provence en fonction des principales demandes des habitants », précise Gaëtan Lazzara.

cite-frais-vallon-quartier-nord
De nouveaux services urbains de proximité vont également être mis en place pour inciter les habitants aux écogestes © HMP

Un chantier prévu vers 2019

Pour l’instant, et depuis 2016, le projet Sirius est en période d’études préalables. Le budget se chiffre à « quelques millions d’euros » mais n’a pas encore été fixé définitivement pour le moment. Les travaux devraient débuter entre 2019 et 2020, en même temps que ceux du programme de renouvellement urbain que va connaître la cité de Frais Vallon. Le protocole devrait être signé d’ici un an d’après Gaëtan Lazzara et figurer ainsi parmi les chantiers du Nouveau Programme de Renouvellement Urbain aux côtés notamment de La Castellane (16e) et d’Air-Bel (11e).

Le projet de renouvellement urbain à Frais Vallon prévoit, entre autres, rénovations, démolitions et reconstructions de bâtiments ainsi qu’une reconfiguration des voiries. L’objectif est d’apporter au sein de ce quartier de la mixité fonctionnelle, c’est-à-dire des activités tertiaires et créatrices d’emplois en plus des logements déjà présents.

projet-cite-frais-vallon-scolaire
2e prix du concours photo « Mon paysage au quotidien, la France vue par ses habitants » (catégorie scolaire), réalisé par les élèves du collège Jacques Prévert de Frais-Vallon.

Pour aller plus loin sur le renouvellement urbain à Marseille

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE