Visitez les coulisses de la tour CMA CGM, plus haute de Marseille

Visitez les coulisses de la tour CMA CGM, plus haute de Marseille

Depuis 2010, la Tour CMA CGM domine fièrement Marseille du haut de ses 147 mètres, qui en font après Notre Dame de la Garde, le point le plus haut de la ville. Adorée par certains, détestée par d’autres, la tour CMA ne laisse personne indifférent. Nous vous ouvrons ses portes pour une visite exclusive.

Sa hauteur, 147 mètres, et sa forme particulière, qui lui vaut le surnom de « Tour Zippée », ont réussi à faire de la tour CMA CGM l’un des symboles de Marseille et plus particulièrement du quartier Euroméditerranée sur lequel elle est implantée. Construite entre 2006 et 2010, cette tour est le projet de Jacques Saadé, directeur et fondateur du groupe CMA CGM, la multinationale marseillaise spécialisée dans le transport maritime par porte conteneurs.

À cette époque, l’entreprise se trouve dans des locaux voisins, depuis vendus au Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, et sur sept sites marseillais différents faute de place. La construction d’un nouveau bâtiment était donc indispensable pour le développement du groupe.

À lire aussi

Un architecte de renom pour un projet ambitieux

L’appel à projets de la construction de la tour est confié à l’architecte star décédée l’année dernière, Zaha Hadid, pour son projet considéré comme le « plus audacieux » par la CMA CGM. La tour se compose d’une structure métallique avec une architecture en verre. Elle est supportée par 1 172 poteaux en béton exactement, qui ont la particularité d’être tous différents. Car chacun d’entre eux a été moulu de façon à donner à la tour sa forme si particulière.

La paroi a elle aussi été pensée d’une façon bien spécifique. À certains endroits, elle est constituée de deux épaisseurs de verre, séparées par plusieurs dizaines de centimètres. Une volonté artistique de la part de l’architecte ? Pas seulement. Ce système permet en fait de faire passer l’air, et le vent qui souffle souvent en bord de mer, entre les deux parois, assurant ainsi une climatisation naturelle du bâtiment et lui apportant de la fraîcheur en toute circonstance.

tour-cma-cgm-marseille

paroi-verre-architecture-tour-arenc
À certains endroits, la paroi est doublée se sorte à apporter une climatisation naturelle à la tour.

Une tour imaginée comme une véritable ville

Si l’intérieur de la tour CMA CGM est majoritairement composé de bureaux, Jacques Saadé a souhaité en faire une véritable ville avec des espaces où ses 2 400 salariés puissent se rencontrer et se retrouver. On trouve ainsi, au sous-sol, un auditorium de 190 places où sont organisées, une à deux fois par mois, des conférences sur la géopolitique ou la santé.

Une grande partie du deuxième étage est composée par « L’Academy ». Inauguré en 2015, c’est dans cet espace que sont données de nombreuses formations aux salariés du siège marseillais. Des formations sur la technicité du transport maritime pour que chacun soit au courant des innovations dans leur domaine, mais aussi en management par exemple pour développer les qualités internes et aussi des formations interculturelles pour que les 47 nationalités qui cohabitent apprennent les particularités professionnelles des autres.

Sur les deuxièmes et troisièmes étages, se trouve le restaurant d’entreprise et ses 800 places. Au menu, différents stands (wok, bar à salade, pizza, grill…) à des prix modérés. L’eau vendue est même étiquetée CMA CGM puisque le groupe a investi dans une source d’eau du Var, Jacques Saadé étant persuadé qu’il y aura un manque d’eau dans le futur. Au troisième étage également est installé un groupe médical avec un à deux médecins pour des consultations urgentes et imprévues.

restaurant-entreprise-tour-cma-cgm
Une partie du restaurant d’entreprise qui compte 800 places réparties sur une partie des 2e et 3e étages © AP

Toujours dans cet esprit de lieux de vie et de facilitateur du quotidien, il existe sur le site marseillais une crèche inter-entreprise et trois salles de sport. Pour 45€ par trimestre, les salariés ont accès à des appareils de musculation suivant un programme défini au préalable avec un coach sportif et même à des cours collectifs de zumba ou encore de step.

Clou du spectacle au dernier étage de la tour, dans la Salle du Conseil. Pour la vue à couper le souffle sur Marseille, de la ville à sa rade, mais aussi pour les deux œuvres d’art qui s’y trouvent. L’art est d’ailleurs omniprésent dans la tour, avec des œuvres qui habillent tous les étages. Ces deux œuvres sont remarquables par leur taille : 5,7m x 4,3m.

Il s’agit de deux panneaux laqués en or et sculptés par Jean Dunand en 1935, baptisés « La Pêche » et « La conquête du cheval » et qui, à l’origine avec trois autres panneaux, décoraient les murs du fumoir première classe du paquebot Normandie (interdits de photographier). Des œuvres qui s’inscrivent dans le patrimoine du groupe depuis la fusion de la Compagnie Maritime d’Affrètement (CMA) et de la Compagnie Générale Maritime (CGM) en 1996.

reunion-tour-cma-cgm
La salle du conseil en présence de Manuel Valls lors de son dernier passage à Marseille en tant que Premier Ministre © JZ
panneau-laque-conquete-cheval-dunand
Panneau laqué « La Conquête du Cheval », collection du Musée d’Art moderne André Malraux du Havre © MuMa Le Havre / Charles Maslard
vue-salle-conseil-joliette-euromediterranee
Vue depuis la Salle du Conseil © AP
fleet-center-valls-cma-cgm
La salle de contrôle qui surveille tous les navires dans le monde © JZ
fleet-center-cma-cgm
Les écrans de contrôle © JZ
jules-verne-cma-cgm-marseille
Un bateau CMA CGM

La Tour CMA CGM en chiffres

  • 147 mètres de haut : plus haute tour de Marseille
  • 2 400 salariés pour une capacité de 2 700 personnes
  • 15 ascenseurs qui parcourent 7 mètres/sec en faisant les ascenseurs les plus rapides d’Europe
  • 64 000 m² de surface totale, soit près de neuf terrains de football
  • 53 000 m² de verre extérieur
tour-cma-cgm-euromediterranee-arenc
© CMA CGM

Retour sur une success-story à la marseillaise

Aujourd’hui troisième armateur mondial de transport maritime en conteneur et premier au niveau national, le groupe CMA CGM dispose de 600 bureaux à travers le monde où travaillent plus de 29 000 personnes. La tour marseillaise n’est pas un simple bureau parmi les centaines d’autres qu’il compte puisqu’il s’agit de son siège social. Pourquoi Marseille sachant que 97% de l’activité du groupe se fait en dehors de la France ? Tout simplement parce que c’est ici, et à quelques pas de la tour, que Jacques Saadé a fondé son entreprise, la CMA, en 1978.

siege-social-histoire-cma-cgm
En blanc, le premier bâtiment où s’est installée la CMA en 1978, au milieu celui où elle s’est installée en 2002 et enfin la Tour CMA CGM qu’elle occupe depuis 2011 © exmagina

jacques-saade-cma-cgmLibano-syrien, Jacques Saadé a fui le Liban où il vivait au moment de la guerre civile. Il s’installe avec sa femme et ses enfants à Marseille, car le soleil lui rappelle celui du Liban. Il décide d’y créer une ligne maritime qui relie les deux villes en faisant une escale en Italie et en Syrie. Il mise dès le départ sur les conteneurs pour assurer le transport, persuadé que les échanges économiques mondiaux n’allaient que se développer dans le futur.

Suivent alors des choix stratégiques de développement qui s’avèrent gagnants comme l’Asie, d’abord avec le Japon puis la Chine, ou encore l’Afrique. En 1996, le gouvernement décide de privatiser la CGM, issue de la fusion de plusieurs compagnies maritimes publiques. C’est le projet de Jacques Saadé qui est retenu et qui donne ainsi lieu à la CMA CGM. Depuis, l’entreprise ne cesse de se développer et est restée une entreprise familiale puisque c’est Rodolphe Saadé, fils du fondateur, qui en est devenu directeur général le 7 février 2017.


À lire aussi

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE