La métropole Aix Marseille Provence dévoile son agenda économique pour booster l’emploi

Jean-Claude Gaudin, sénateur maire (LR) de Marseille et président d’Aix Marseille Provence Métropole (AMP) et Martine Vassal, sa première vice-présidente, ont présenté, lundi 13 mars, l’agenda de développement économique de la Métropole au Palais du Pharo, devant une foule d’élus et de responsables économiques.

banniere-madeinmars

L’agenda économique sera voté lors du Conseil de la Métropole le 30 mars 2017. Il reposera sur 6 priorités d’actions qui sont détaillées plus bas dans l’article.

Un territoire idéalement positionné entre l’Europe et la Méditerranée

Jouissant d’une position stratégique exceptionnelle à mi-chemin entre Barcelone, Gênes et Paris, la métropole de 92 communes fait directement face au continent africain. Elle représente également un poids lourd de l’économie française avec plus de 40% du PIB de la région PACA et 75% des projets d’implantations internationales sur la région. Voilà pourquoi, la collectivité vient d’engager sa propre stratégie de développement économique, dont elle a la compétence, afin de répondre aux besoins des acteurs de son territoire.

« Collaboration », c’est sur ce mot que Martine Vassal place l’accent. « L’agenda économique est un travail de collaboration de 6 mois », tous les acteurs économiques de la Région ont été associés pour que « chacun puisse y apporter sa pierre à l’édifice », insiste-t-elle. « Une collaboration qui permet à chacun des territoires de « garder leurs spécificités », selon elle. Parmi les partenaires économiques à cet agenda, on retrouve la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence (CCIMP), la Chambre d’Agriculture, l’UPE13 et Aix-Marseille Université pour tout ce qui concerne la Recherche et l’Enseignement Supérieur.

 « Les grands mots doivent être traduits en actes » Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille

agenda-economique-metropole-aix-provence
Beaucoup d’élus présents au Pharo pour la conférence de presse

Mais des lacunes qui rendent son attractivité plutôt difficile

Le territoire de la Métropole est qualifié de paradoxal, avec ses forces mais également ses faiblesses. Parmi ses faiblesses, Martine Vassal énumère notamment la mobilité, le manque de fonciers, ainsi que la dispersion des moyens. Néanmoins, elle souligne le grand potentiel de la Métropole grâce à son territoire, ses ressources et sa géographie. « Tout ce qui constitue l’identité de notre territoire » résume-t-elle. Pour Martine Vassal, « il faut mieux communiquer sur les hommes et les femmes du territoire et ce qu’ils font pour celui-ci », sans oublier d’ajouter que la Région « a de quoi faire la différence avec les autres territoires ».

Partant d’un sombre constat : le chômage en Région PACA est supérieur de 2 points au taux national, les acteurs de cet agenda économique souhaitent faire de l’emploi le cœur de la stratégie de la Métropole. Martine Vassal déplore l’exemple de l’hôtel Intercontinental qui ne trouve pas de personnel issu de Marseille car la population n’est pas formée aux postes proposés par l’hôtel et n’a pas les compétences exigées par celui-ci. Pour y remédier, elle souhaite « accueillir des filières pour permettre aux gens de trouver du travail à tous les niveaux, qu’ils soient qualifiés ou non ». L’accent est mis sur la formation. Une logique plutôt simple : plus la population sera formée, moins elle aura du mal à trouver du travail sur le territoire. Par ailleurs, une seconde école de la 2ème chance est en projet, un autre établissement qui viendra s’ajouter à celui de Saint-Louis.

Un agenda économique en 6 actions

Pour arriver à ses fins, la Métropole a mis en place un plan d’action construit autour de 6 orientations stratégiques :

  1. Une métropole attractive et ouverte au monde, notamment en menant une politique de « grands événements », avec, par exemple, « la culture qui sera mise à l’honneur en 2018 et la gastronomie en 2019 », explique Martine Vassal. La Métropole souhaite mettre en avant une communication nationale et internationale.
  2. Une métropole qui facilite la vie des entreprises, notamment avec la mise en place d’un référent unique au niveau métropolitain. Une démarche qui s’inscrit suite à la complexité des démarches auxquelles se heurtent les investisseurs étrangers qui viennent s’installer dans la Région. Aussi, la Métropole s’engage à proposer une fiscalité plus avantageuse aux entrepreneurs du territoire, en créant de nouvelles zones franches. Enfin, le très haut débit Internet est un point sur lequel la Métropole souhaite agir.
  3. Une métropole entrepreneuriale et innovante : Aix-Marseille Provence est classée 40ème sur les 445 villes les plus innovantes devant Milan ou Barcelone selon l’OCDE. Elle est même placée au premier rang des agglomérations entreprenantes avec la création de près de 20 000 entreprises par an. Il s’agit là pour la Métropole de créer un label Aix-Marseille Provence Technopôle, de soutenir la Recherche et le Développement des entreprises et de créer une Cité de l’Innovation et des Savoirs, un carrefour entre formation, recherche, culture et innovation. En effet, le territoire souhaite assister à l’émergence des start-up notamment dans les secteurs de la Recherche et de la mode, en centre-ville.
  4. Une métropole de proximité, proche de ses habitants en accompagnant chacun des territoires et en aidant à l’installation de petits commerçant dans les centre-villes.
  5. Une métropole partenariale en créant un Comité de Gouvernance économique de la Métropole qui rassemblera les principaux partenaires économiques du territoire et qui sera chargé de suivre l’avancement du plan d’action et les objectifs fixés.
  6. Une métropole compétitive en renforçant le développement de six filières d’excellence : la santé, le maritime et la logistique, l’industrie mécanique et l’aéronautique, le tourisme et l’art de vivre, l’environnement et l’énergie, le numérique. La Métropole accompagnera la Recherche et l’Enseignement Supérieur via l’investissement dans les logements étudiants dès 2017 qui permettra de développer l’attractivité et l’accessibilité des campus. L’apprentissage et l’alternance participeront également à pallier le déficit de la formation des jeunes.

Partenariat, proximité, projets

La Métropole voit passer la réussite de son projet par le collectif. L’objectif pour elle est de réunir tous les partenaires de l’agenda économique autour d’un seul et même objectif : celui d’aller vers la réussite. Aussi, elle souhaite générer un développement local. Enfin, Martine Vassal insiste sur la nécessité d’adopter une stratégie à l’écoute des problématiques et par conséquent, mettre en place une stratégie flexible susceptible d’évoluer en permanence.

Par ailleurs, en ce qui concerne le tourisme, Aix-Marseille Provence tient à rester aux côtés de l’ensemble des acteurs du territoire et espère accueillir 2 millions de croisiéristes prochainement. Mais la Métropole voit encore plus grand, avec notamment le potentiel de la Région pour le marché de l’éolien off-shore flottant, la création de la Smart City de demain ou encore la réparation navale à Istres.

Et l’emploi dans tout ça ?

Tous les acteurs de cet agenda économique métropolitain se sont accordés sur une échéance à l’horizon 2021. Toutefois, aucun d’entre eux ne s’engage sur le nombre d’emplois qui seront créés dans le cadre de ce projet, un manquement sur lequel les élus n’ont pas souhaité trop s’épancher.

« Une stratégie flexible », ne cesse de répéter Martine Vassal, à l’image de la tenue de réunions qui auront lieu une à deux fois par an pour faire un bilan de l’avancée des choses.

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE