Plongez dans l’histoire de la gare Saint-Charles et découvrez son avenir

Plongez dans l'histoire de la gare Saint-Charles et découvrez son avenir

La gare Saint-Charles fait partie des monuments emblématiques de la ville. Lieu incontournable de l’arrivée et des départs des touristes en séjour à Marseille, et même des Marseillais en voyage vers d’autres horizons. Découvrez son histoire tumultueuse et les projets futurs liés à l’arrivée de la ligne à grand vitesse entre l’Espagne et l’Italie.

C’est en 1848 que la construction de la gare Saint-Charles démarre, pour l’ouverture de la ligne dite « PLM » pour « Paris-Lyon-Marseille », l’artère maîtresse du réseau ferroviaire français. À l’époque, il s’agit de bâtiments provisoires qui seront remplacés par la gare actuelle plusieurs décennies plus tard, entre 1893 et 1896, par l’architecte Joseph-Antoine Bouvard.

La gare est bâtie sur le plateau Saint-Charles qui surplombe la ville de Marseille, là où auparavant se trouvaient des « campagnes », à savoir des propriétés rurales. Un autre lieu, la place Pentagone, actuelle place Marceau, était également pressenti pour accueillir la gare mais pour des raisons de faisabilités techniques et économiques, c’est le plateau qui a été retenu par Paulin Talabot, ingénieur des gares de l’époque.

distance-place-marceau-saint-charles
La place Marceau avait également été envisagée pour y bâtir la gare Saint-Charles © Google Map

Comme le montrent les dessins ci-dessous, à sa création, la gare Saint-Charles ne se situait pas dans le centre-ville de Marseille à l’inverse d’aujourd’hui. Car au début du développement des chemins de fer, au 19e siècle, les gares n’étaient pas les bâtiments que l’on connaît de nos jours. Il s’agissait seulement d’embarcadères et/ou de débarcadères où les trains accostaient (comme les gares de campagne aujourd’hui), situés généralement à la limite extérieure des villes, dans de vastes espaces libres pour pouvoir se développer sans contraintes. La gare Saint-Charles, comme ses consœurs contemporaines, s’est ensuite fait progressivement absorber par l’étalement urbain de la ville au fur des années.

localisation-gare-saint-charles
La gare Saint Charles dans l’espace urbain marseillais en 1850 et en 2007 © Marseille Saint Charles, Histoire d’une grande gare 1847-2007, Gérard Planchenault

Des modifications majeures à l’aube du 21e siècle

La gare Saint-Charles connaît une première phase d’agrandissement après la Seconde Guerre mondiale. Des bâtiments sont détruits pour créer de nouveaux quais ainsi qu’un bâtiment dédié à la direction régionale de la SNCF. Parmi les nouveautés, on peut également citer la présence d’un nouveau snackbar, de kiosques à journaux et tabac plus modernes, d’une nouvelle billetterie répondant à l’augmentation massive du trafic et la mise en place du premier tableau des trains au départ, avec le nom des quais et l’heure. Particularité esthétique de cette époque : la façade principale de la gare est abritée par un auvent métallique sur toute sa longueur.

 © Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM)
© Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM)
facade-auvent-gare-saint-charles
La façade de la gare Saint-Charles et son ancien auvent © Archives municipales de Marseille

Il faut attendre la fin des années 1990 et le début des années 2000 pour que de gros travaux soient engagés. Car c’est à cette période que les travaux du TGV sont entrepris entre Marseille et Lyon afin de relier la cité phocéenne à la capitale en trois heures, contre six auparavant. La ligne de TGV dite « Méditerranée » ouvre en 2001 et, en juin de cette année-là, une première tranche de travaux est livrée. Elle comprend l’agrandissement de la gare pour faire face à la croissance du nombre de voyageurs et la modernisation des services.

Parmi les nouveautés, on compte le réaménagement des parkings souterrains, d’une partie de l’entresol, de l’ancien hall, de bâtiments et de quai. L’esplanade devient entièrement piétonne et la façade principale perd son auvent. L’un des grands changements est aussi, voire surtout, la construction du nouveau hall en prolongement de l’ancien, inauguré en 2007. Celui-là même qui compte aujourd’hui les différentes boutiques de la gare et la vingtaine de pins géants sous une verrière de 15 mètres de haut.

Autres nouveautés en lien avec ce hall : la gare routière, qui auparavant se trouvait sur la grande place en face de l’université qui a elle aussi été créée pour l’occasion, une nouvelle zone de dépose minute et deux niveaux de parkings en souterrain.

facade-esplanade-saint-charles-renovation
L’esplanade de la gare Saint-Charles

À noter que les grandes colonnes extérieures de l’extension de la gare (à gauche sur la photo ci-dessus) ont été choisies pour faire écho à l’architecture de la bibliothèque universitaire de l’université Saint-Charles situé juste à côté de la gare, réalisée par Fernand Pouillon, plus grand architecte marseillais à qui l’on doit aussi la reconstruction du Vieux-Port après la Seconde Guerre mondiale. Une verticalité qui se retrouve d’ailleurs aussi dans l’architecture de la nouvelle bibliothèque inter universitaire construite face à la gare.

bibliotheque-universitaire-saint-charles
La bibliothèque universitaire de l’université Saint-Charles © BU Saint-Charles
bibliotheque-interuniversitaire-saint-charles
La bibliothèque inter universitaire construire en face de la gare Saint-Charles

Enfin, il est bon de savoir qu’une modification majeure de la gare Saint-Charles était dans les cartons à partir des années 1960 pour faire face à la forte croissance économique de l’époque. Dans cette période marquée par l’innovation technologique et le dédain de l’architecture historique, de nombreux projets visant à faire table rase du passé sont proposés. Le bâtiment SNCF en forme de cylindre, encore présent aujourd’hui dans la halle Honnorat au dessus du café Meet & Go et du Relay, en est un témoignage fort. Ce devait être le premier bâtiment d’une longue série, qui n’a jamais vu le jour.

L’idée des architectes de l’époque était de construire au-dessus de la gare un ensemble de logements, bureaux et commerces qui permettaient de retrouver l’état originel de la colline Saint-Charles jusqu’au boulevard National, avec des formes architecturales particulièrement originales comme en témoigne l’image en noir et blanc ci-dessous. Selon Gérard Planchenault « l’objectif est de neutraliser cette énorme dent creuse occupée par le faisceau des voies ferrées afin de relier le quartier Longchamp, au sud, à celui de la Belle de Mai, au nord tant sur le plan résidentiel que social ». Finalement, en 1973, le projet ne voit pas le jour, stoppé net par le choc pétrolier qui marque la fin des « 30 Glorieuses » et contraint les conditions de financement. A-t-on évité le pire ? On ne le saura finalement jamais…

bureau-sncf-cylindre-halle-honnorat
Vue aérienne de la gare Saint-Charles et du bâtiment cylindre, le seul à avoir vu le jour © Google Map
projet-extension-gare-saint-charles
Plan masse 1970 du projet de rénovation du pôle Saint Charles qui a finalement été abandonné © Archive AREP

plan-evolution-transformation-gareL’illustration ci-contre permet de bien se rendre compte de l’évolution et de l’agrandissement de la gare Saint-Charles depuis sa création. Chaque couleur représente une période distincte de restructuration du bâtiment. Ces transformations témoignent des mutations des usages liées au moyen de transport ferroviaire.

En rouge : la gare de 1848, déjà imposante en taille, symbole de l’industrialisation naissante.
En bleu : extension de 1893, construction de la halle et sa grande verrière, symbole de la IIIe République triomphante.
En jaune : reconstruction d’après-guerre, un bâtiment sans création architecturale qui sera vite oublié, dû aux restrictions économiques.
En orange : construction du bâtiment de bureaux SNCF, symbole architectural de l’exubérance et de la croissance économique des années 1970.
En violet : construction d’une halle commerciale, représentant un espace public : la rue plantée, les commerces, les services, les snacks et restaurants…qui englobe aujourd’hui le bâtiment de bureaux de la SNCF.

©  Gérard Planchenault, Marseille Saint Charles, Histoire d’une grande gare 1847-2007

De nouveaux changements à prévoir dans les années à venir

Dans le cadre du projet Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur, que nous vous avons présenté ici, il est prévu de créer une gare souterraine sous l’actuelle gare. Cette dernière aura pour but que la gare Saint-Charles ne soit plus un « cul-de-sac » et ainsi d’accueillir les trains en transit. En plus de cette nouvelle infrastructure, des nouvelles voies vont aussi être créées.

Les changements plus perceptibles seront ceux des environs de la gare qui sont en pleine mutation puisqu’inclus dans le projet Euroméditerranée. Bien qu’ils aient déjà changé, les abords de la gare vont encore se modifier dans les années à venir et devraient embellir davantage les quartiers jouxtant l’édifice emblématique.


Découvrez les projets aux abords de la gare Saint-Charles


À voir aussi : les monuments emblématiques de Marseille

Commentaires Facebook