L’Épiphanie à Marseille : plutôt galette ou gâteau des rois ?

Aujourd’hui, comme chaque 6 janvier de l’année, c’est l’Épiphanie : le jour de la galette des rois. Dans le sud, et notamment à Marseille et en Provence, la tradition veut que ce soit le gâteau des rois qui soit dégusté ce jour-là contrairement aux habitants du nord de la France qui lui préfèrent la galette frangipane.

L’Épiphanie est une fête à la base chrétienne qui célèbre la manifestation de Jésus aux Rois Mages. Aujourd’hui, la tradition veut que l’on « tire les rois » le jour de l’Épiphanie : une fève est cachée dans une pâtisserie et la personne qui l’obtient devient le roi ou la reine de la journée. Toujours suivant la coutume, au nord de la France, cette pâtisserie est une galette et au sud un gâteau des rois.

galette-frangipane-epiphanie-nord
La galette des rois

D’après un sondage réalisé par OpinionWay en 2014, 85% des Français fêtent encore l’Épiphanie aujourd’hui. L’étude révèle également que c’est la galette frangipane qui se taille la plus belle part puisqu’elle est consommée dans plus de deux tiers des cas (70%). Suivent ensuite le gâteau des rois et la galette des rois à la pomme avec respectivement 11% et 8% des suffrages.

francais-epiphanie-gateau-galette-rois
Cliquez pour agrandir © AP

D’où vient la tradition de « tirer les rois » ?

L’origine de « tirer les rois » pour l’Épiphanie serait d’après l’histoire liée aux Saturnales de la Rome antique. Les Saturnales étaient à l’époque une période de fête se déroulant vers le solstice d’hiver, soit vers la vingtaine du mois de décembre, pour célébrer le dieu Saturne. Lors de ces cérémonies, un gâteau rond fourré de figues, de dattes et de miel était confectionné et divisé en parts égales entre les maîtres et les esclaves. À l’intérieur du gâteau se trouvait une fève et celui qui tombait dessus était nommé roi pour la journée.

Cette tradition est parvenue en France par l’intermédiaire de la papauté d’Avignon où le premier tirage des Rois eut lieu à la fin du 14ème siècle au couvent des Dominicains. Avec le temps, de nouvelles coutumes se sont installées comme par exemple de couper la galette en autant de part que de convives, plus une. Cette dernière, appelée « part du bon Dieu », « part de la Vierge » ou « part du Pauvre », est destinée au premier pauvre qui se présenterait au logis.

Aujourd’hui, dans certains foyers ou entreprises, celui qui trouve la fève et qui devient donc roi ou reine se doit de payer la prochaine galette. Il arrive aussi parfois qu’il y ait, en plus de la fève, un sujet dans la pâtisserie. Celui qui l’obtient se devra alors d’offrir la boisson.

gateau-rois-epiphanie
Le gâteau des rois

Le gâteau des rois, spécialité du sud

Dans le sud, nombreux sont les habitants qui sont restés fidèles au gâteau des rois. Ce dernier se compose d’une pâte briochée parfumée à la fleur d’oranger et garnie de fruits confits. Sur l’extérieur, des perles de sucres et des fruits confits décorent la pâtisserie. Pour la petite histoire, il est bon de savoir que la forme ovale de la brioche symbolise le chemin des Rois mages, et les fruits confits les pierres précieuses de leurs couronnes.

Si le gâteau des rois se trouve surtout en Provence, en Gascogne et Languedoc, où il est également parfois nommé « reiaume » ou « còca », il est aussi consommé en Espagne, au Portugal et même au Mexique. Le gâteau des rois traditionnel mexicain fait même l’objet d’une inscription à l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France.


Pour aller plus loin

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE