Un Marseillais à la conquête de l’e-réputation et de l’identité numérique

Un Marseillais à la conquête de l’e-réputation et de l’identité numérique

La start-up marseillaise iProtego part à l’assaut du CES de Las Vegas ce matin pour présenter son invention : une plateforme dédiée à la protection de l’identité numérique, nommée Osculteo.

Créé en 2009, iProtego permet aux entreprises de maitriser ou modifier leur réputation sur internet. À l’heure où internet et les réseaux sociaux font partie intégrante de notre quotidien, se pose souvent une question cruciale : comment bien maitriser son e-réputation ? Via sa plateforme Osculteo, la start-up marseillaise assure la protection de l’identité numérique et de la réputation sur internet afin que les données personnelles qui se trouvent sur le web ne portent pas préjudice.

Cette technologie a été sélectionnée pour participer au plus grand salon de technologie grand public au monde, le « Consumer Electronic Show », qui vient de démarrer à Las Vegas.

Aujourd’hui, chaque individu, qu’il soit un particulier ou une entreprise, diffuse sans forcément le vouloir des données personnelles sur le net. Ainsi, on compte chaque minute plus de 2 millions de recherches effectuées sur Google, 72 heures de vidéos mises en ligne sur YouTube, 1,8 million de likes échangés sur Facebook, 20 millions de vues enregistrées sur les photos de Flickr, 278 millions de Tweets partagés, 104 000 photos partagées sur Snapchat ou encore 571 sites internet mis en ligne. Des données qui peuvent être utilisées à mauvais escient et donner suite à une usurpation d’identité ou à un vol.

Pour éviter ces situations, Ludovic Broyer a créé en 2009 à Marseille la start-up iProtego, spécialisée dans la protection de l’identité numérique et de l’e-réputation. « J’étais chasseur de têtes et à ce titre j’utilisais beaucoup internet et les réseaux sociaux pour trouver des candidats. Malheureusement, il est arrivé plusieurs fois que des processus de recrutement s’arrêtent du fait de ce que l’on trouvait. J’ai donc voulu donner aux internautes un moyen de reprendre le contrôle de leur e-réputation », confie Ludovic Broyer.

Osculteo, une plateforme pour les particuliers

Au départ, la start-up est tournée vers les dirigeants, les entreprises et les VIP. Mais dès 2012, Ludovic Broyer s’est rendu compte que les particuliers avaient aussi envie de préserver leur réputation sur le web. Il a alors développé par le biais, de sa start-up, « Osculteo », la seule plateforme française dédiée à la protection de l’identité numérique.

Concrètement, la plateforme permet de visualiser l’ensemble des informations importantes associées à une personne sur internet. Cette dernière peut alors demander la suppression d’un contenu qu’elle juge négatif et portant atteinte à son e-réputation. « Les procédures de suppression de données (coordonnées sur annuaire, géolocalisation, informations administratives et mots de passe enregistrés, etc.), de posts ou d’images sont très longues, n’aboutissent pas nécessairement et requièrent souvent de passer par un tribunal et des professionnels de justice », tient à préciser la start-up.

Pour compenser la longueur voire l’échec de ces procédures, la plateforme propose simultanément une autre méthode : le SERP-Sculting. Partant du constat que 9 internautes sur 10 se contentent de regarder uniquement la première page de résultats Google, l’objectif le plus efficient pour minorer la visibilité des résultats négatifs est donc de les repousser en page deux. En d’autres termes, il s’agit de faire grimper du contenu positif de qualité dans Google, pour repousser les résultats négatifs en page deux.

Le SERP-Sculpting commence dès le début de la mission de nettoyage, soit en même temps que les demandes de suppression. Ces actions simultanées ont pour effet d’accélérer le retour de la bonne réputation de l’entreprise ou de la personne.

Une technologie sélectionnée pour le CES Las Vegas

La plateforme Osculteo va être présentée à l’international pour la première fois lors du « Consumer Electronic Show » (CES), le plus grand salon au monde en ce qui concerne l’électronique grand public. Car la start-up iProtego fait partie des 23 provençales et des 250 françaises à participer à l’événement qui commence aujourd’hui et se finit le 8 janvier prochain. Là n’est d’ailleurs pas la seule nouveauté en ce début 2017 pour la jeune pousse puisqu’elle va profiter de son séjour à Las Vegas pour s’installer aux États-Unis afin de conquérir le marché américain.

Suivez iProtego dans les coulisses du CES 2017 via notre Live Tweet en cliquant ici.

Commentaires Facebook