A l’occasion de l’assemblée plénière de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la majorité de Renaud Muselier (LR) présente ce matin son dernier budget. Un « budget de perspectives » pour donner de la « stabilité et de la visibilité », en pleine situation de crise sanitaire et économique.

C’est non sans satisfaction que le président Renaud Muselier dévoilait hier, lors d’une conférence de presse précédant la plénière, les résultats de ses 5 années de mandat (2016-2020), en insistant sur la réduction de la capacité de désendettement de sa collectivité, et rappelant qu’en 2015, « la dette s’élevait à 2,7 milliards d’euros pour une capacité de désendettement de plus de 10 ans pour atteindre fin 2020, après une année de crise, une capacité de 7 à 8 ans ».

Fin 2019, la Région avait même réussi à abaisser le délai entre 5 à 6 ans, mais en 2020 – le Covid est passé par là – la collectivité a dû « investir massivement pour soutenir les filières frappées par la crise, acheter des masques, … », rappelle Renaud Muselier.

Pour le Rassemblement national, le budget présenté ce jour en séance plénière reflète « l’absence de vision régionale cachée sous le mantra de la Cop d’avance », pointe le vice-président du groupe d’opposition Franck Allisio. « Nous ne critiquerons pas cette année l’évolution de la dette (…), nous ne parlerons pas non plus des réductions des dépenses, liées à la crise que nous traversons. Mais le budget, c’est la traduction d’une politique. Au-delà des chiffres, les faits sont têtus, et finalement ce dernier budget de la mandature, c’est le symbole de l’action que vous avez mené. Nous ne pouvons plus faire confiance à vos engagements de campagne, pour réduire la dette que vous avez fait augmenter chaque année », avance-t-il dénonçant le manque de « soutien aux entreprises ». Le groupe du Rassemblement national c’est logiquement opposé au budget proposé.

« Nous résistons mieux que nos voisins à la pandémie »

« Vos critiques sont politiques, du coup je vais vous répondre politiquement », défend en réponse Pierre-Paul Leonelli. Le conseiller régional, président du Groupe Majoritaire « Union Pour la Région » estime que l’examen de ce dernier budget de la mandature témoigne au contraire « de notre action autour des 5 années qui viennent de s’écouler et trace l’avenir. Nous avons rétabli les finances publiques et l’équité des territoires, avec une équipe soudée, avec une majorité unie. Nous résistons mieux que nos voisins à la pandémie, en protégeant et accompagnant ceux qui en sont les victimes, et Dieu sait que notre région est particulièrement touchée », plaide l’élu.

Il ne manque pas de noter que « l’action » du président de la région Sud « a été saluée au niveau européen, puisque nous sommes la seule région française présente dans le Top 6 européen des régions les plus efficaces dans la gestion de cette pandémie. Mais cela a un coût, et ce n’est pas sans influence sur notre trajectoire budgétaire ».

Sur son bilan, la majorité de Renaud Muselier s’appuie sur l’agence Fitch, qui a confirmé fin 2020, la note AA- de la collectivité. En 2021, la Région prévoit d’investir 600 millions d’euros, un budget identique à l’année précédente, sans compter les aides attendues de l’Europe, qui s’annoncent de 10 milliards d’euros sur la période 2021-2027, et les 5,1 milliards d’euros dans le cadre du Plan de relance de l’Etat.

S’appuyer sur les fonds européens et le Plan de relance de l’Etat

Signé le 5 janvier 2021, avec le Premier ministre Jean Castex, le Contrat d’avenir 2021-2027 entre l’Etat et la Région, prévoit une enveloppe globale de 5,1 milliards d’euros. Dans le détail, 1,6 milliard sera dédié à la transition climatique et énergétique et aux mobilités durables, 831 millions pour la formation professionnelle et l’égalité hommes-femmes, 707 millions d’euros au soutien des espaces urbains et ruraux, 587 millions pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation, 449 millions pour la santé et la lutte contre les déserts médicaux, 148 millions pour le tourisme, la mer et le littoral, ou 94 millions d’euros seront attribués pour le développement économique et l’aide aux entreprises.

La Région entend aussi aller chercher 10 milliards d’euros supplémentaires auprès de l’Union européenne d’ici à 2027. « Entre 2007 et 2013, la Région n’avait consommé de 300 millions d’euros de fonds européens, entre 2014 et 2020, la Région avait au départ 1 milliard d’euros, et on a finalement obtenu 4,6 milliards d’euros de l’Europe pour notre territoire, soit 5 fois plus ! » se plait à rappeler Renaud Muselier.

Avec les élections régionales prévues aux mois de juin [une clause de revoyure est prévue fin mars-début avril, ndlr], ce dernier budget est aussi l’occasion pour la majorité d’annoncer « un bon bilan » comme le rappelait, hier, Renaud Muselier, avançant toutefois avec prudence vers les prochaines échéances électorales : « Je ne suis pas en campagne, je suis dans l’action ».

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !